Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Juan Fernández, de Castañas Rafael (Espagne) :

« La production de châtaignes a été faible, les pertes sont très élevés et la vitesse de travail est minimale »

En 2009, la production espagnole de châtaignes avoisinait les 300 000 tonnes, la Galice représentant 96,4 % de la production totale. Mais cinq ans plus tard, en 2014, le ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation a enregistré dans ses statistiques une baisse de 46 % de la production nationale, qui s'élevait officiellement à 161 359 tonnes.

« À cette époque, comme ça s'était déjà produit en Italie et avait réduit la production d'environ 10 % dans ces années-là, on a connu l'apparition du Cynips du châtaignier. Il s'agit d'un insecte, le Dryocosmus kuriphilus, originaire de Chine, qui pique les bourgeons des arbres et réduit la production de fruits », explique Juan Fernández, propriétaire de Castañas Rafael et président de Proagrosilga. « Depuis ces années, l'Italie a récupéré sa production, mais celle de l'Espagne et du Portugal a chuté. »

« Cette année, ce problème s'est poursuivi, mais ce qui a eu le plus gros impact sur la production, c'est le climat », souligne-t-il. « Après un été parfait pour la campagne, entre le 20 septembre et le 15 octobre, nous avons eu presque un mois consécutif de températures supérieures à 30 degrés. Avec l'humidité des pluies de l'été et la chaleur, les champignons ont eu beaucoup de facilité à altérer les fruits, de sorte que non seulement la production a été faible, mais aussi la qualité a été médiocre et de nombreuses châtaignes n'ont pas pu être commercialisées. »

Cette saison, dont la récolte est déjà terminée, succède à une année où la production avait également diminué. « Pour vous donner une idée de la situation, nous avons produit plus de 4 000 tonnes de châtaignes à Rafael en 2016, et l'année dernière, seulement la moitié de cette quantité. Cette baisse de la récolte n'a pas seulement eu lieu en Espagne, mais aussi au Portugal. Bien que l'Italie ait connu une reprise de la production et qu'ils puissent de nouveau approvisionner tout le monde avec leurs châtaignes. Mais cette année, il n'y a pas eu beaucoup de volumes nulle part. »

Bien entendu, cette situation de l'offre se répercute sur les prix, souligne Fernández, qui se situent à des niveaux élevés. « Si vous voulez faire de la bonne qualité, si vous ne pouvez pas faire de la qualité exceptionnelle, cette saison vous êtes confrontés au problème que les déchets sont très élevés et que la vitesse de travail est minimale. C'est pourquoi le prix doit augmenter, avec toutes les châtaignes non commercialisables dont on dispose en ce moment. »

« Mais nous constatons une augmentation constante des prix depuis 2016 et nous craignons aujourd'hui que les prix augmentent trop. A des niveaux tels qu'en Espagne et au Portugal, il sera difficile de consommer le produit. Car même cette année où l'offre est plus faible, cela se remarque déjà. »

Comme dans beaucoup d'autres segments, non seulement en Espagne, mais aussi en Europe, qui ont été fortement affectées par la météo, la filière de la châtaigne - et plus encore en Galice, où 92 % de la production espagnole a été récoltée en 2022 - espère que le climat sera plus favorable pour récupérer les volumes et, surtout, la qualité lors de la récolte 2024.

« En ce qui concerne la guêpe du châtaignier, c'est un problème qui va perdurer, mais grâce à l'expérience italienne et au fait qu'en Espagne nous n'avions pas atteint les niveaux qu'ils avaient avec le ravageur, nous le freinons en utilisant le Torymus sinensis pour son contrôle biologique. Il s'agit d'un insecte avec lequel les producteurs italiens sont parvenus à contrôler le ravageur », partage Fernández.

Pour plus d'informations :
Rafael Chestnuts
Tél. : +34 988 295 060
info@castanasrafael.es
www.castarafael.com

Date de publication: