La deuxième partie de la saison des mandarines commence déjà avec l'arrivée de Clemenvilla et la récolte des premières Tango et Nadorcott et tant au niveau de la production que des ventes, les circonstances sont très différentes de celles de l'année dernière. La demande a augmenté avec l'arrivée du froid et l'augmentation des infections grippales au cours des deux dernières semaines, mais la disponibilité des fruits sera désormais plus importante.

« En première partie de campagne, nous avons eu plus d'Oronules et de Clemenules que prévu, ce qui a provoqué un déséquilibre dans le calendrier de commercialisation, avec un net retard dans le passage d'une variété à l'autre. C'est pourquoi la commercialisation de Clemenvilla et Tango a commencé plus tard », explique José Ramón Mechó, directeur commercial d'Agribur, spécialiste des clémentines et mandarines à feuilles.

Selon le producteur et exportateur, si les conditions météorologiques ont été généralement bénéfiques pour des variétés telles que Clemenules, elles sont plus compliquées pour la variété Clemenvilla, qui présente une destruction abondante, avec des pathologies telles que la « clareta. » Néanmoins, les ravageurs sont mieux maîtrisés cette année en général.

« Les prix des clémentines ont généralement été élevés au cours de la première partie de la saison, car des prix très élevés ont été payés sur le terrain, mais dans une situation d'inflation, qui affecte le porte-monnaie des consommateurs, la pression à la baisse est de plus en plus forte à mesure que nous entrons dans la deuxième partie de la saison. La baisse de la production d'oranges a provoqué une flambée des prix et une baisse de la demande. La saison est plus compliquée que la précédente et, en général, le volume d'affaires a déjà baissé de 30 % », souligne M. Mechó.

« La production de Tango, Nadorcott et Orri devrait être nettement supérieure à celle de l'année dernière, avec une prédominance des calibres moyens et, alors que la saison dernière, les ventes se sont déroulées avec des prix en hausse, cette année, l'offre est déjà supérieure à la demande et je doute que la saison soit facile », prévient le producteur et exportateur.

« En fait, les prix de départ sont déjà inférieurs à ceux de l'année dernière. La récolte attendue provoque un ralentissement des achats et des ventes et la spéculation qui avait lieu au début de la saison s'arrête. Il s'agit d'une saison où l'on achète sur le terrain au maximum deux semaines à l'avance, en fonction de l'évolution du marché ».

Située à La Vall d'Uixó, Castellón, Agribur possède deux usines d'emballage : Agribur, qui traite exclusivement les clémentines et les mandarines avec feuilles, et sa société sœur Storemech, qui traite et emballe les oranges et les mandarines sans feuilles. L'entreprise, qui a récemment investi dans l'augmentation de la capacité de production de son usine principale, connaît une croissance continue et a doublé son chiffre d'affaires au cours des quatre dernières années pour atteindre 40 millions d'euros.

« Nous estimons que nous travaillerons avec un volume de 30 millions de kilos cette année, bien que nous ayons déjà la capacité d'en traiter le double », affirme son directeur commercial. « Notre objectif est de continuer à développer notre propre production afin de pouvoir contrôler l'ensemble du processus verticalement et de mieux planifier les ventes, ce qui nous donnera de plus en plus une position plus avantageuse », conclut-il.

Pour plus d'informations :
José R. Mechó
Agribur S.L.
Ctra. Burriana- Segorbe, km. 23,5.
La Vall d'Uixó (Castellón). La Vall d'Uixó (Castellón). Espagne.
Tél. : +34 964670215
Cell : +34 669819149
comercial@agribur.es
www.agribur.es