La campagne marocaine de l'avocat se déroule tranquillement, un peu plus lentement que prévu, mais elle est en passe d'obtenir des résultats plus que corrects, et même de battre le record des volumes exportés. C'est ce qu'affirme Abdellah Elyamlahi, président de l'Association marocaine de l'avocat.

« Au 7 janvier, le Maroc a exporté 30 mille tonnes d'avocats pour la saison 2023-2024. Nous avons atteint un pic de production et de demande durant la deuxième semaine de janvier, et nous estimons qu'aujourd'hui, à deux mois de la fin de la campagne, les exportations ont atteint 42 à 45 mille tonnes, soit 70 % de l'objectif de 60 mille tonnes que nous nous sommes fixé. Cela représenterait un record historique pour les volumes exportés et symboliserait la performance de la filière de l'avocat marocain et la présence de l'origine marocaine, d'où nos efforts pour l'atteindre cette saison », déclare Elyamlahi.

Exporter 60 000 tonnes d'avocats n'est pas une mince affaire cette année. Des facteurs défavorables, tant naturels que commerciaux, se sont succédé dès le début de la saison. En octobre, la tempête Bernard a frappé la côte atlantique du pays et a été la plus violente à Larache, le cœur de la production marocaine d'avocats. « Nous avons perdu 6.000 tonnes de fruits à cause de la tempête, mais ce n'est pas tout », explique Elyamlahi. « Cette saison, il y a également eu un problème de calibres inadéquats, de 12 à 22, qui ne sont pas convoités sur le marché. La quantité totale d'écarts et de fruits perdus dans la tempête est assez importante et a ralenti nos performances à l'exportation. »

En octobre également, il n'a pas été facile pour les producteurs de se mettre d'accord sur un prix, de sorte que la campagne a commencé de la manière désormais classique que de nombreux initiés du secteur ont décriée : spéculation, récoltes tardives et attitude attentiste. Elyamlahi commente : « Cela s'est reproduit et la confusion a marqué le lancement de la saison. Profitant d'une pénurie de fruits sur le marché européen, de nombreux producteurs ont exigé des prix excessifs et en ont redemandé toujours plus, au point de retarder les exportations, puis de les ralentir. Les consommateurs ne pouvaient plus suivre les prix, ce qui a finalement entraîné une baisse de la demande et une chute des prix en novembre. »

Il a fallu plusieurs mois pour que les prix se stabilisent, ajoute l'exportateur : « La concurrence a été rude de novembre à décembre, lorsque les origines latino-américaines, notamment le Chili et la Colombie, ont tiré les prix vers le bas. Les prix ne se sont redressés qu'en janvier, lorsque les volumes chiliens ont été épuisés, et c'est à ce moment-là que nous avons pu atteindre un pic de la demande européenne pour les avocats marocains. Actuellement, les prix sont stables. Nous sommes maintenant en concurrence avec l'Espagne et Israël sur le marché européen, mais ces origines ne posent pas de problème car les prix sont plus ou moins au même niveau. Cependant, nous constatons que la demande est actuellement plus faible qu'à la même époque de la saison dernière, en raison d'un désintérêt exceptionnel des consommateurs pour l'avocat. »

Les principales destinations des avocats marocains cette saison restent, sans surprise, les Pays-Bas et l'Espagne, suivis de l'Allemagne et de la France. Il s'agit d'une configuration de marché qui n'a pas changé depuis des années, selon Elyamlahi. Il n'y a pas eu non plus de changement dans le fruit le plus populaire à l'exportation, qui reste la variété Hass dans les calibres 20 à 22. Sur le marché local marocain, les volumes d'écart de production sont suffisants pour couvrir les besoins du marché, ajoute l'exportateur.

Lorsqu'on lui demande s'il prévoit des restrictions sur la production d'avocats, étant donné que le Maroc connaît une année de grande sécheresse, Elyamlahi reste serein. « Le gouvernement a déjà pris et mis en œuvre la décision d'arrêter les subventions pour les installations d'irrigation pour les avocatiers, entre autres cultures. Mais je ne pense pas que les restrictions iront au-delà de cette mesure. La sécheresse frappe en effet durement le sud du pays, mais dans le nord, où se trouve l'essentiel de la production, nous bénéficions d'une bonne pluviométrie et d'énormes réserves d'eau souterraines. »

Pour plus d'informations :
Abdellah Elyamlahi
Moroccan Avocado Association (MAVA)
Tél. : +212678732391
abdellah.elyamlahi@gmail.com