Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Rob de Rond, De Rond Agro (Pays-Bas) :

« Sur le marché de la rhubarbe, une palette en trop peut provoquer de grosses fluctuations »

Dans quelques semaines, la production de rhubarbe sous tunnels chauffés de De Rond Agro reprendra. Un moment attendu avec impatience, car ces dernières semaines, le produit a été moins disponible qu'à l'accoutumée. Rob de Rond explique : « L'automne n'a pas été des plus faciles, c'est pourquoi la rhubarbe est généralement moins disponible ces dernières semaines. »

Mais du côté de la demande, c'est précisément l'inverse, souligne Rob de Rond, producteur expérimenté de Hoeven, dans la région du Brabant. « Il y a deux semaines, la situation était modérée, mais vers la fin de la semaine, elle s'est complètement inversée. De tous les côtés, en Europe et au-delà, on connaît soudain une bonne demande de rhubarbe. C'est traditionnellement le cas en cette période : suite au Fruit Logistica, on doit se calmer avant de reprendre le cours normal des affaires. La demande repart alors à la hausse. Toutefois, l'offre étant limitée en ce moment, les prix s'en ressentent également. »

« Je pense qu'à partir de la semaine 11, la disponibilité sur le marché sera meilleure », poursuit de Rond. « C'est mon opinion, mais j'espère vraiment que nous irons dans cette direction. Néanmoins, nous ne pouvons pas nous plaindre : avec The Greenery, nous continuons à approvisionner l'Angleterre, et la Suisse a elle aussi lancé ses programmes de vente au détail. »

Produit de base ou de niche
« Toutefois, pour un produit de niche comme celui-ci, il est difficile de réagir à la volatilité, qui peut entraîner des changements rapides aux deux extrémités du spectre. Le Royaume-Uni et l'Amérique du Nord sont des marchés importants pour nous, mais la demande y dépend encore souvent de la production sur place. Au Royaume-Uni en particulier, la demande diminue après le Nouvel An parce que la production domestique y est alors plus importante. La priorité est toujours donnée à la rhubarbe made-in-GreatBritain. Ce n'est que lorsqu'il y a un peu moins de production locale qu'ils décident d'ajouter quelques palettes de produits néerlandais, afin de répartir les risques. »

« Dans une large mesure, c'est la même chose aux États-Unis : ça va dans un sens et la semaine suivante, c'est l'inverse. Là-bas aussi, nous constatons une augmentation de la production locale à partir de février/mars, certainement la dernière saison. C'est là qu'on voit la différence entre un produit de niche et un produit de base. Un camion de poires par exemple se vend relativement vite, mais une palette de trop de rhubarbe peut provoquer de grosses fluctuations sur le marché. C'est pourquoi nous sommes satisfaits qu'en plus du marché libre, nous ayons certains programmes de vente au détail avec The Greenery, ce qui nous permet d'écouler notre produit et ainsi de créer une certaine continuité. »

Une intuition
De Rond Agro vise à pouvoir fournir de la rhubarbe presque toute l'année grâce à une planification précise des cultures. Ainsi, au cours d'une année, la culture en pleine terre en été passe à une culture sous serre en hiver puis à une culture sous tunnel au printemps. Et malgré les difficultés, de Rond attend la saison estivale avec sérénité. « Les dernières semaines de la saison de culture protégée sont en cours, et cela n'a pas été de tout repos. Dans l'ensemble, l'automne et l'hiver ont été pluvieux. La période de gel a été agréable pour beaucoup, mais elle a aussi donné 10 à 15 cm de neige, qui se transforme en eau. Cette situation a suscité une certaine prudence chez les producteurs quant à la poursuite du printemps et de l'été. Car une grande quantité d'eau peut entraîner une perte de rendement ! »

« Avec les problèmes climatiques, il y a de plus en plus de facteurs à prendre en compte. Nous essayons d'en tenir compte dans nos choix de parcelles, mais pour la saison estivale à venir, je pense que c'est délicat. Il ne faut jamais chercher trop loin derrière certaines choses : quand ça pousse, ça pousse ! Souvent, ce n'est qu'en cas de crise que l'intuition des cultivateurs se vérifie. Si l'on me le demande pourtant, je m'attends à un nouvel été exceptionnel. », conclut de Rond.

Pour plus d'informations :
Rob de Rond
De Rond Agro
Tél. : +31 165312314
info@derondagro.nl
www.derondagro.nl

Date de publication: