Andreas Allenspach, gestionnaire des catégories chez Coop, Suisse

« Vingt-deux pour cent de notre chiffre d'affaires provient des produits biologiques »

En Suisse aussi, l'été ne semble pas s'achever. « C'est vraiment bizarre. Jamais auparavant autant de prunes, de pommes et de poires n'avaient été cultivées dans les jardins des maisons des gens. Cela permet aux supermarchés d'économiser de sérieuses ventes », déclare Andreas Allenpach, responsable de catégorie AGF du supermarché suisse Coop. Selon lui, la sécheresse n'a pas de conséquences qualitatives majeures. « Qualitativement, c'est parfait. Cependant, la question est de savoir comment les pommes et les poires se conservent au printemps et si elles sont assez robustes pour le faire à la fin de la saison. Normalement, la Suisse a assez de ses propres produits disponibles avec des pommes, mais personne ne sait à quoi s'attendre au printemps prochain. »

Andreas a travaillé pendant plus de 3 ans et demi dans le commerce néerlandais de produits frais. Il est rentré dans son pays natal le 1er décembre 2014. L'an dernier, Coop a lancé un nouveau concept de rayon produits frais qui est maintenant mis en œuvre dans toutes les succursales. « Je suis très satisfait de la façon dont nos clients l'ont reçu. Grâce à des lignes claires et à l'aspect naturel et durable des étagères, nous avons réussi à augmenter le chiffre d'affaires de deux pour cent », explique Andreas.

Depuis des années, Migros et Coop sont les principaux acteurs du commerce de détail en Suisse, mais les formules dites discount sont en augmentation. « Aldi et surtout Lidl se portent bien en Suisse, même si ce n'est qu'à petite échelle », poursuit Andreas. Cependant, il voit toujours la plus grande concurrence de la part des Suisses qui, surtout pour le week-end, vont faire leurs courses dans les supermarchés allemands et français. « Cette part est élevée et stable. Mais nous avons un avantage : le franc suisse n'est pas aussi fort qu'il l'était il y a un an. »

Coop dispose depuis de nombreuses années d'un vaste assortiment de produits biologiques. Cette année, le distributeur a célébré le 25ème anniversaire de sa propre marque Naturaplan avec des actions et des promotions en rayon. « Les Suisses se soucient beaucoup de l'environnement et de la durabilité. L'an dernier, notre chiffre d'affaires biologique a augmenté de 15 %. Au total, 22 % de notre chiffre d'affaires en produits frais est biologique », explique Andreas. « Cette part élevée s'explique sans doute aussi par le fait que le revenu moyen est assez élevé en Suisse, ce qui permet à un plus grand nombre de personnes d'acheter des produits plus chers. » 

Au niveau des produits, les fruits à baies en particulier sont une catégorie en pleine croissance. « Beaucoup de producteurs suisses étendent leur surface, les myrtilles sont le produit qui connaît la croissance la plus rapide », explique le responsable de catégorie. Le changement climatique est également à l'origine de certaines nouveautés sur le marché. « Cette année, nous avons été surpris par le premier physalis cultivé localement. La qualité n'était pas encore aussi bonne que celle du produit colombien, mais j'ai trouvé remarquable que la production ait été possible. Les clients pensent que les produits locaux sont très importants. Aujourd'hui, environ la moitié de nos produits frais proviennent de la production suisse. Pour les légumes, c'est environ 60 pour cent, et pour les fruits environ 40 pour cent. » 

Le commerce de détail suisse est également familier avec de nombreux défis, la discussion sur l'emballage étant le numéro un. « Tout le monde en parle, et la tendance générale est que les gens veulent se débarrasser des emballages en plastique, en particulier pour les fruits et légumes biologiques. C'est pourquoi nous avons mené des recherches approfondies avec une université suisse sur les variétés de fruits et légumes qui en ont absolument besoin en raison de leur durée de conservation », explique Andreas. Le détaillant n'est pas encore tout à fait prêt à passer à une technique comme le marquage au laser. « Nous avons fait un test avec cette machine l'année dernière, mais nous ne pensions pas qu'elle avait la bonne vitesse de débit. En plus, l'utilisation d'énergie de cette machine laser était très élevée. C'est pourquoi nous avons maintenant choisi un autocollant comme solution plus durable. Cependant, je ne veux pas exclure la possibilité de commencer avec cette technique à une date ultérieure. » 

Les pesticides constituent un deuxième défi et les organisations environnementales tirent la couverture. Chaque mois, les médias suisses présentent une analyse sur les moyens trouvés. Bien que les LMR ne soient pas dépassées, les détaillants en sont tenus responsables, selon Andreas. Enfin et surtout, les déchets alimentaires sont un autre point d'attention majeur pour les Suisses. « Coop a commencé à travailler là-dessus il y a cinq ans, et nous avons lancé notre propre marque Unique. Nous vendons des fruits et légumes visuellement différents sous cette marque. Les agrumes, les pommes de terre et les kiwis sont les plus gros produits de cette marque. Cette année, nous avons vendu 700 tonnes de produits différents sous cette marque. » 

Pour plus d'informations :
Andreas Allenspach
Coop
Thiersteinerallee 14
4002 Bâle


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)