Réaction de BanaBay (Ceinconsa) et Agzulasa (Ecuasabor)

« Nos efforts et nos investissements pourraient ne pas être valorisés »

Alors que le Pérou annonce que sa production de bananes biologiques a chuté à Piura à cause du froid, les bananes honduriennes entrent avec succès sur les marchés russe et ukrainien, et le prix de ce produit est en hausse en Chine. La plupart des producteurs et exportateurs de bananes d'Amérique latine sont toujours préoccupés par la décision d'Aldi de réduire le prix d'une caisse de bananes d'un dollar en 2019, ce qui a suscité beaucoup de critiques, de stress et de préoccupations dans le secteur de la banane.

Comme publié dans FreshPlaza, les associations de producteurs ont uni leurs efforts et publié des lettres ouvertes à Aldi. Toutes ces lettres et tous ces articles expliquent pourquoi cette réduction de prix n'est pas une bonne idée et en quoi elle serait préjudiciable au secteur de la banane.

Danilo Serrano, directeur des exportations de BanaBay (Ceinconsa) a déclaré que cela nuirait au secteur sur le plan économique et social : « Le secteur équatorien de la banane est déjà dans une situation délicate en raison des faibles marges bénéficiaires des producteurs et des entreprises exportatrices. L'augmentation incessante des coûts dans la chaîne devrait se traduire par une augmentation des prix de la banane, mais la décision d'Aldi de les réduire en 2019 en utilisant son pouvoir d'achat sera sans aucun doute préjudiciable au secteur, tant sur le plan économique que social. » 

Le directeur ajoute que Aldi a pris cette décision unilatéralement. Elle est injuste et va à l'encontre du commerce international. « Cette décision affectera simplement les salaires des travailleurs agricoles, qui sont déjà bas, et fera disparaître tous les investissements dans l'amélioration de l'environnement ou des infrastructures. Le moment est venu de réunir les représentants du secteur de la banane liés aux institutions commerciales, aux politiques et aux organisations de protection des consommateurs et à la société civile, afin d'unir leurs forces et d'arrêter la décision d'Aldi, qui ne fera qu'affaiblir davantage le secteur. » 

Marianela Ubilla, d'Agzulasa Equateur, a dit que ce n'était pas une bonne nouvelle, mais qu'ils n'étaient pas surpris, car depuis plusieurs années, des rumeurs courent selon lesquelles cela allait se produire. « Cette décision affectera le secteur bananier de l'Equateur, ainsi que les autres pays producteurs de bananes d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, principalement le Costa Rica et la Colombie. »

« Nous avons travaillé dur pour évoluer au cours des dernières décennies, en mettant en œuvre des pratiques de travail, sociales et environnementales durables pour produire des bananes de meilleure qualité et garantir la santé des consommateurs », a déclaré Marianela. En Équateur, les petits et moyens producteurs ont fait des efforts pour investir dans la qualification de leurs exploitations et pour obtenir des certifications à long terme, telles que GlobalGAP, Rainforest Alliance et Fairtrade, entre autres, ainsi que des certifications écologiques, a-t-elle ajouté. En général, ils doivent respecter différents paramètres tels que la traçabilité, la sécurité alimentaire, la santé et la sécurité au travail, la gestion des sols et de l'eau, la lutte intégrée contre les parasites et l'exploitation adéquate des ressources naturelles.

Nouvelle certification
En plus des efforts susmentionnés, le secteur équatorien de la banane a lancé, par l'intermédiaire de l'association professionnelle numéro un en Équateur, l'AEBE, la nouvelle certification sectorielle Premium and Sustainable Bananas lors du 15e Forum international de la banane qui s'est tenu la semaine dernière. « L'objectif principal est de certifier les bananes de qualité que nous produisons en Equateur selon les bonnes pratiques, en respectant l'environnement, en ayant de bonnes pratiques sociales et un effet positif sur la santé du consommateur », explique Marianela.

« Les personnes qui prévoient de baisser le prix d'une caisse de bananes de 1 dollar en 2019 dans les principaux supermarchés de l'Union européenne ne semblent pas valoriser tous les efforts et les investissements réalisés par les producteurs », a-t-elle ajouté.

Marianela a expliqué que l'Équateur, en tant que principal fournisseur mondial, sera sérieusement affecté si cela devient une réalité. Elle a terminé en déclarant : « Nous devrions chercher de nouvelles alternatives ou de nouveaux marchés qui valorisent les investissements que nous faisons pour produire. Nous sommes satisfaits des efforts et des investissements réalisés. Avoir une production durable nous aide à préserver les ressources naturelles pour les générations futures tout en contribuant à la sécurité alimentaire. »


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)