Raisins et kiwis : le point de vue des producteurs grecs

Les agrumes, les kiwis, les raisins et les fruits à noyau sont cultivés en abondance en Grèce. Pour la société exportatrice Balakanakis, ce sont les quatre groupes de produits sur lesquels elle a été fondée. Les raisins et les kiwis en particulier offrent de nombreuses opportunités pour le secteur grec, qui est durement touché par les séquelles de ces années de crise. Selon George Balakanakis, les producteurs ont besoin de deux choses : un changement de mentalité et du capital.

George Balakanakis vérifie les jeunes plants de raisin. L'année prochaine, les premiers volumes commerciaux sont attendus dans ce domaine.

Dans le passé, la Grèce et l'Italie étaient les plus importants fournisseurs de raisins, y compris les semences, pour le marché européen. Les producteurs grecs ont constaté la tendance des raisins sans pépins et se sont tournés vers ce marché juste à temps. « Les producteurs grecs ont introduit cette mode en Europe. Comme nous avons commencé tôt avec le raisin sans pépins, nous avons une position avantageuse sur ce marché », explique George. Avec la croissance de la production en Espagne, les Grecs ont trouvé un concurrent.

La Californie comme exemple pour l'Europe
George voit le secteur de la vigne aux États-Unis comme un exemple pour le secteur européen. « La Californie est sur le marché de mai à décembre, puis l'importation en provenance de l'hémisphère Sud commence », dit George. « Nous devrions voir l'UE comme les États-Unis. » Il entend par là l'étalement des saisons. « La Méditerranée doit être considérée comme la Californie. Nous pouvons fournir des raisins de cette région de mai à décembre. L'Afrique du Sud et l'Inde peuvent combler les lacunes. » La Grèce prendrait alors le rôle de la Californie du Nord.

L'entreprise familiale Balakanakis est bâtie sur quatre piliers, et le raisin et le kiwi en sont deux sur un marché qui recèle beaucoup d'opportunités. Le premier pilier en volume est celui des agrumes, dont l'entreprise exporte entre 1,5 et 1,8 million de boîtes par an. Le fruit à noyau est le quatrième pilier de l'entreprise. L'entreprise investit dans la production de raisins. Près du bureau de Nafplio, George montre un champ avec de nouvelles plantes. Les jeunes plants de raisin ne sont pas encore complètement développés. Les premiers volumes commerciaux sont attendus pour l'année prochaine. L'entreprise a planté la variété tardive Sugar Crisp.

L'avenir s'annonce également plus prometteur pour le kiwi. « La Grèce est un important producteur de kiwis dans l'hémisphère Nord », explique-t-il. « Les kiwis sont très importants pour nous. » Le kiwi vert est principalement cultivé en Grèce en ce moment, mais les variétés rouge et jaune offrent également des débouchés. « J'aimerais aussi beaucoup avoir des variétés jaunes et rouges. »

Les séquelles des années de crise
L'été dernier, les Grecs ont clôturé le prêt d'urgence de l'UE. Cela signifie que le pays est maintenant financièrement indépendant, mais les conséquences de la crise sont encore visibles. Les Grecs ont besoin de deux choses pour l'avenir : un changement dans leur façon de penser et du capital. « Nous devons penser davantage comme le consommateur et ajuster notre offre en conséquence », explique George.

En outre, les producteurs n'ont guère fait de profit ces dernières années. « Il est impossible d'obtenir de bonnes marges, car nous devons payer plus d'impôts et de primes. Les producteurs paient de 50 à 60 % d'impôts. Si cela continue, l'agriculture ne sera plus un secteur attrayant dans lequel travailler. Selon l'exportateur, ces hausses de taxes sont à l'origine de la mauvaise passe que traverse actuellement le secteur. » Avant la crise, le secteur était en bon état et les tarifs fiscaux étaient plus favorables. « Aujourd'hui, certains producteurs sont en difficulté jusqu'au cou à tel point que leurs choix sont de pouvoir manger demain ou d'investir dans l'entreprise. Ce n'est pas une décision difficile à prendre. »

Le gouvernement grec s'est occupé du système fiscal pendant la crise. De ce fait, le fardeau fiscal est passé à près de 50 %. En outre, les grands producteurs doivent payer une taxe supplémentaire de 10 % pour les pauvres. Cela réduit la compétitivité du pays. « De plus, il n'y a pas de stabilité dans le système fiscal. Cela peut changer à tout moment », conclut George.

Pour plus d'informations :
Balakanakis
George Balakanakis
Argoliko Mideas - Argolida - Grèce
Tél : +30 27520 36400
Portable : +30 6973323031
Fax : +30 27520 36348
george@balakanakis.gr
www.balakanakis.gr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)