Recherche scientifique contre la maladie des proliférations du pommier au Centro Laimburg

La maladie connue sous le nom de « proliférations du pommier » affecte les vergers et cause des dommages importants à la production. Elle entraîne la croissance de petites pommes impropres à la commercialisation et les arbres infectés doivent être déracinés immédiatement.

La bactérie responsable de la maladie, Candidatus Phytoplasma mali, est transmise par les insectes Cacopsylla picta et Cacopsylla melanoneura. La dernière fois que l'infection s'est propagée dans le Haut-Adige, c'était en 2013. « Cette maladie est l'une des plus dangereuses pour l'agriculture. C'est pourquoi notre objectif est de diagnostiquer et de prévenir de nouvelles infections », explique Michael Oberhuber, directeur du Centro di Sperimentazione Laimburg.

(De gauche à droite) Katrin Janik et Stefanie Fischnaller (chercheurs du Centro di Sperimentazione Laimburg), Robert Wiedmer (Centro di Consulenza per la fruttiviticoltura dell'Alto Adige), Georg Kössler (président du Consorzio delle Cooperative Ortofrutticole Altoatesine VOG) et Michael Oberhuber (directeur du Centro di Sperimentazione Laimburg) ont présenté leurs recherches pour combattre les maladies liées des proliférations du pommier. Photo © Centro di Sperimentazione Laimburg

Le Centro Laimburg a terminé deux projets de recherche axés sur cette maladie. « Bien sûr, nos producteurs étaient plutôt inquiets lorsqu'ils ont observé les premiers symptômes. Nous sommes heureux que la coopération entre le Centro Laimburg et le Centro di Consulenza per la fruttiviticoltura dell'Alto Adige ait permis de trouver des moyens efficaces pour limiter la propagation de la maladie dans un temps relativement court », a expliqué le président du Consorzio de la Cooperative Ortofrutticole Altoatesine VoG, Georg Kössler.

« Cependant, comme nous craignons que la maladie réapparaisse, nous devons continuer à surveiller les symptômes et à faire des tests. »

Katrin Janik, chercheuse du Centro di Sperimentazione Laimburg et coordinatrice de projets de recherche sur la maladie de la « prolifération du pommier ». Photo © Centro di Sperimentazione Laimburg

La recherche sur la maladie de la prolifération du pommier au Centro di Sperimentazione Laimburg
La maladie de la prolifération du pommier pose un problème assez complexe, car elle nécessite l'étude des interactions entre de multiples facteurs tels que la plante elle-même, le pathogène, les insectes vecteurs, les facteurs environnementaux et les agents abiotiques. Afin de développer des stratégies pour contrer cette maladie, il est essentiel de connaître la distribution et la biologie des insectes vecteurs. En collaboration avec le Centro di Consulenza per la fruttiviticoltura dell'Alto Adige et la Fondazione Edmund Mach (province de Trente), le Centro Laimburg étudie la maladie depuis de nombreuses années et a obtenu des résultats significatifs reconnus également au niveau national et international. Sous la direction de Katrin Janik, les chercheurs ont étudié la biologie de deux insectes vecteurs connus et analysé comment la maladie se développe et se propage.

Suivi systématique des infections
Le Centro di Sperimentazione Laimburg et le Centro di Consulenza per la fruttiviticoltura dell'Alto Adige surveillent constamment la propagation de la maladie dans le Haut Adige. « Une surveillance systématique des symptômes est la première étape pour limiter la propagation des infections », explique Robert Wiedmer, coordinateur.

« Nous avons montré aux producteurs comment identifier les arbres infectés et les avons avertis de l'importance de les abattre sans tarder. Grâce à ce suivi systématique et à la sensibilisation, nous avons réussi à contenir la maladie. »

Symptômes de prolifération du pommier : pousses secondaires et petits fruits. Photo © Centro di Sperimentazione Laimburg

Preuve de la transmission de la maladie
Le Centro di Sperimentazione Laimburg a également effectué une recherche sur ce sujet. La chercheuse Katrin Janik et ses collègues ont étudié comment le pathogène est transmis et quels mécanismes moléculaires se produisent lorsque la maladie se développe. Il s'agit d'un point de départ pour l'étude d'une stratégie de lutte contre la maladie. L'un des résultats les plus significatifs concerne la transmission du pathogène : « nous avons réussi à prouver que la bactérie est transmise directement par l'insecte à sa progéniture sans passage intermédiaire sur une plante hôte. Bien sûr, cela augmente sa propagation de façon exponentielle. »

Y a-t-il d'autres insectes vecteurs ?
En plus du Cacopsylla picta et du Cacopsylla melanoneura, y a-t-il d'autres insectes qui peuvent transmettre le pathogène ? Les chercheurs ont effectué environ 140 000 prélèvements par an dans 50 vergers, prélevant 31 485 trémies qui ont ensuite été classées.

« Nous avons identifié 16 espèces de psylle et 95 espèces différentes de larves. Il s'agit également de quelques espèces qui ont été observées pour la première fois dans le Haut-Adige, comme les Orientalus ishidae (d'origine asiatique), l'Asymmetrasca decedens ou l'Edwardsiana ulmiphagus », explique Stefanie Fischnaller du groupe Entomology au Centro Laimburg.

La Cacopsilla melanoneura joue un rôle fondamental dans la propagation de la maladie de la prolifération du pommier dans le Haut-Adige. Photo © Centro di Sperimentazione Laimburg

Les insectes ont ensuite été analysés par le laboratoire de biologie moléculaire du Centro Laimburg pour vérifier la présence du pathogène.

Afin d'étudier systématiquement les différents insectes, le groupe de recherche dirigé par Katrin Janik a développé une nouvelle méthode d'analyse. « De cette façon, nous pouvons étudier non seulement les larves, mais aussi d'autres insectes et déterminer s'ils sont infectés. Nous pouvons aussi déterminer la quantité de l'agent pathogène dans les insectes, afin d'évaluer si un insecte est effectivement un vecteur. »

Trappage pour attraper le psylle et les larves. Photo © Centro di Sperimentazione Laimburg / Ivo Corrà

Les résultats parlent d'eux-mêmes. « Le psylle estivale du pommier est le principal vecteur de la maladie de la prolifération du pommier dans le Haut-Adige. Bien que le nombre d'insectes ait diminué au cours des dernières années, le pourcentage d'animaux infectés a en fait augmenté jusqu'à un taux d'infection de 20 %. Cela signifie que, bien que l'on ne trouve que peu d'animaux dans un verger, le risque de propagation de la maladie y est très élevé », explique l'entomologiste Stefanie Fischnaller.

En ce qui concerne les autres espèces de psylle et de larve, les chercheurs n'ont pas identifié d'autres vecteurs potentiels.

Analyses de microspones. Photo © Centro di Sperimentazione Laimburg

Perspectives de recherche au Centro di Sperimentazione Laimburg
Les activités de recherche au Centro di Sperimentazione Laimburg ne s'arrêteront pas, de manière à éviter une nouvelle vague d'infections. Le groupe de recherche dirigé par Katrin Janik procédera à trois niveaux : à court terme, il se concentrera sur un échange d'informations scientifiques entre experts et sur la sensibilisation des producteurs. En collaboration avec le Centro di Consulenza per la fruttiviticoltura dell'Alto Adige, elle élaborera un plan d'urgence pour contenir une autre vague d'infection.

A moyen terme, il testera les porte-greffes résistants et étudiera les bases moléculaires de la résistance. À long terme, il analysera plus en profondeur la maladie - quels sont les facteurs moléculaires qui mènent à la maladie ? Comment les bactéries manipulent-elles la plante ? Quelle contrepartie microbienne pourrait être utilisée contre les vecteurs ?


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)