Anomalie indétectable dans le verger mais évidente lors du stockage

Afrique du Sud : Les pommes gravement touchées par la maladie des tâches amères, estimations des exportations en baisse

Dans le Koue Bokkeveld et ses environs, les récoltes de pommes et de poires sont très satisfaisantes, avec de bons volumes et une bonne taille, mais la durée de conservation des pommes est assez préoccupante cette saison, explique De Kock Hamman, conseiller technique.

Les estimations d'exportation de certains cultivars (Golden Delicious, Granny Smith, Topred / Starking, Cripps Pink / Pink Lady, Braeburn, Jazz et Kanzi) ont été revus à la baisse en raison du pourcentage négociable plus faible, mais les estimations pour cette année sont de 4 % supérieures à celles de 2018.

Au fur et à mesure que les bacs sortent des entrepôts frigorifiques, il devient évident qu'il y a davantage de tâches amères sur les pommes du Cap occidental cette année. La dégradation des lenticelles, les meurtrissures et le brunissement interne sont également perceptibles.

Comme il reste encore de gros volumes dans les magasins RA et CA, le volume d'anomalies post-récolte reste pour le moment inconnu. 

La dégradation des lenticelles 

Concentration en calcium inférieure
L'industrie n'anticipait pas ces complications post-récolte qui pourraient très bien être une conséquence supplémentaire inattendue de la sécheresse.

La tâche amère, en particulier, est causée par une carence en calcium dans le verger. Le calcium renforce les parois cellulaires. Les analyses minérales des fruits dans le verger peuvent donner une indication approximative de la présence d’un déséquilibre minéral dans un bloc particulier, mais ce n’est pas une garantie.

« Il y a beaucoup de facteurs qui influencent l'absorption du calcium. La sécheresse a certainement joué un rôle, mais ce n'est qu'une partie du problème », explique le Dr Elmi Lötze, horticulteur de l'Université de Stellenbosch. « La production a beaucoup diminué en raison de la chute des fruits après la canicule d'octobre. Le fruit restant est devenu très volumineux, puis la concentration de calcium est très diluée dans un fruit aussi gros. Par ailleurs, l'identification du problème n'est pas toujours cohérente. La décomposition des lenticelles est parfois confondue avec la maladie de la tâche amère. »

De Kock mentionne également la fin du printemps, lorsque la température du sol a mis du temps à se réchauffer, ce qui aurait pu freiner la croissance, ainsi que la hausse du pH des sols généralement acides au sud-ouest du Cap. Selon lui, c'est comme si l'amertume venait tous les quatre ou cinq ans.

Accumulation possible des coûts de stockage avant que la tâche amère ne soit détectée 
Le problème des producteurs est que la maladie ne se manifeste pas dans le verger, elle devient évidente après quelques semaines de stockage. « La seule chose qu'un producteur puisse faire est de commercialiser ses fruits le plus tôt possible après la récolte (mais pas en classe 1). Ces pommes doivent être identifiées et retirées, ce qui nécessite beaucoup de travail. Par conséquent, certains producteurs décident de laisser les pommes en stock pour que le défaut se développe pleinement et pour qu'il soit plus facile à détecter et à éliminer », explique le Dr Lötze. 

C’est un défaut esthétique plus que toute autre chose, ajoute-t-elle, qui ne rend pas le fruit amer, mais aucun marché n’accepte les pommes avec de tels défauts. Ces fruits peuvent être transformés en jus, mais les coûts de stockage peuvent avoir considérablement augmenté avant que le défaut ne soit détecté.

Heureusement, les volumes sont modestement élevés par rapport à l’année dernière, ce qui laisse une plus grande marge de manœuvre aux producteurs lorsque les taux d’emballage sont plus bas.

Après un mois de mai chaud, une pluie abondante s'est abattue sur le Cap occidental et une légère couche de « farine » est déjà visible sur les sommets des montagnes.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)