Henry van der Lans à nouveau émaillé chez Olivier en France

« Nous avons dormi dans le même hôtel qu'en 1980 »

Henry van der Lans avait 20 ans lorsqu'il s'est rendu pour la première fois en France pour faire de la verrerie dans les serres. Soyons honnêtes - il n'a plus vingt ans maintenant - mais il voyage encore partout pour réaliser des projets de serre. Et le mois dernier, presque 40 ans après son premier voyage, il est revenu. A l'invitation de Kubo, il a réalisé le vitrage de la nouvelle serre Olivier de 25.000 m2. Un voyage qui lui a rappelé le bon vieux temps.

Les serres d'Olivier. A gauche : nouvelle construction 

Se remémorer les souvenirs 
« Je m'en souviens bien. C'était en 1980. J'y suis allé avec Willem Middelburg pour réaliser le vitrage de plusieurs serres pour Serres Fleuries à Orléans », commence Henry. « C'était une filiale de la société néerlandaise Voskamp & Vrijland, basée à's-Gravenzande. »

« À l'époque, c'était l'un des plus grands constructeurs de serres au monde. Leur directeur, Bloos Gooier, était constamment appelé Jean du Blois ou Monsieur de Blois. Arnold Duijvestein était son bras droit. On l'appelait parfois Mickey Mouse. »

Pas un mot de français
Van der Lans a d'abord travaillé pour Vinét en Haute-Goulaine. Cette région n'est pas loin de Nantes. C'est là que se trouvait également la société Olivier. Henry : « C'était une serre d'environ 8000 m2. À l'époque, c'était une serre de taille décente. Willem est rentré chez lui après seulement une semaine, laissant derrière lui mes deux ouvriers et moi. Aucun d'entre nous ne parlait un mot de français. Cependant, comme l'a dit Willem : « Avec un peu d'imagination, on arrive à ses fins ». »

« Le premier jour, nous nous étions enregistrés dans un hôtel du Loroux Bottereau. J'y ai dormi presque un an, avec des pauses lorsqu'on rentrait à la maison pour une fin de semaine. Je ne savais pas comment réserver un hôtel. La nourriture n'était pas très bonne. Mais j'ai appris de Willem qu'un bon patron trouve tout bien. Parce que s'il ne le fait pas, son personnel ne le fera pas non plus. »

L'hôtel de Loroux Bottereau

Trois vitres sur l'épaule
Comme nous l'avons mentionné, Olivier était également basé en Haute-Goulaine. Henry y a fait son deuxième emploi. « Il s'agissait d'un travail dans une serre d'environ un hectare. Le sol était si détrempé que le tracteur ne cessait de s'enliser. Que faire alors ? Il n'y avait pas d'autre choix que de marcher. Nous avons mis trois vitres sur nos épaules et nous nous sommes appuyés contre les poutres de la serre. Quand je dis ça à mon équipe, ils me regardent comme si j'étais fou. »

Dernière extension

Fière de son oeuvre
« Nous avons fait un autre hectare en 1982 et, je crois, en 1983 aussi. Mais c'était en collaboration avec Jack Middelburg. Jusqu'en 1984, j'ai travaillé dans différents endroits en France », explique Henry. En 2016, il est revenu. « Kubo m'a demandé de poser un vitrage sur une serre d'environ 25 000 m2 dans la région nantaise. »

« Oh, je connais cet endroit, j'y ai passé beaucoup de temps. Savez-vous ce qui était le plus agréable ? Nous avons dormi dans le même petit hôtel qu'en 1980. Le mois dernier, nous avons pu à nouveau travailler chez Olivier sur une belle serre de 25000m2 de Kubo's. J'en suis, bien sûr, assez fier », conclut Henry.

Pour plus d'informations :
Henry Van der Lans
www.vdlans.nl
henry@vdlans.nl


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)