LCL Logistics, Durban

« Vous avez besoin d'énergie pour réussir dans cette activité »

« Nous y arrivons, mais c'est plus facile à dire qu'à faire ». Freddie Beukmann et son équipe de LCL Logistics s'occupent de la logistique et de la documentation pour les exportateurs de fruits du port de Durban, qui, dans la pratique, dure six mois (voire plus), travaillant jusqu'à dix ou onze heures du soir et quelques week-ends. Sans eux, aucun fruit ne quitterait les côtes. 

Freddie travaille dans le secteur des fruits depuis 38 ans, initialement à la Commission de contrôle des exportations de produits périssables (PPECB), puis au sein de sa propre entreprise de logistique à Durban, devenue partie intégrante de LCL Logistics il y a six ans.

L'équipe logistique de LCL à Durban

Pic de saison des agrumes 
Sarah Naidoo, qui travaille dans l'industrie depuis dix-neuf ans, affirme que le travail peut devenir très stressant. Elle a été appelée pour prendre l'appel d'un destinataire mécontent en Chine.

« Cela devient encore plus vrai avec les volumes que nous devons faire, comme si vous deviez avoir 60 envois sur un navire ou parfois même plus ». 

Pour les marchés, soixante envois correspondent à soixante colis de documentation distincts, avec quelques variantes selon la destination, dont certains doivent encore être tamponnés physiquement ou être imprimés. Pour cette raison, ils ont deux agents constamment dans les rues de Durban entre le bureau de LCL et toutes les autorités dont la signature est requise.

« Vous devriez venir nous rendre visite en haute saison - nous ne pourrions littéralement pas vous parler, nous sommes tellement occupés, les téléphones sonnent constamment », dit-elle, soulignant que les expéditeurs aiment traiter en direct, surtout sur la Chine.

Sarah poursuit « lors des expéditions groupées au Japon, à partir du moment où nous avons reçu le récépissé du partenaire, qui contient tous les détails des fruits chargés dans le conteneur, le nombre de palettes, de cartons, le poids net et brut, la température et le numéro de conteneur, nous avons deux heures pour soumettre notre phyto. Pour tous les autres envois, nous avons cinq jours après le départ du navire pour présenter l'ensemble des documents : le certificat d'exportation, les connaissements, le phyto et le certificat d'origine. 

Certains fruits voyagent vers des destinations plus proches en Afrique ou dans l'océan Indien, ce qui est spécifié pour que ces documents soient expédiés et traités avant l'arrivée.

L'année dernière, LCL Logistics, dans tout le pays, a traité entre 25 000 et 30 000 conteneurs, dont environ un tiers (principalement des agrumes) est passé par Durban. Dans ce bureau, ils traitent également des pommes, des raisins et des kiwis de Limpopo et de Mpumalanga.

Avant le début de la saison, le bureau de logistique de LCL à Cape Town rencontre les compagnies de navigation pour attribuer des créneaux horaires sur les navires, en fonction des estimations que LCL reçoit de ses clients, les exportateurs. Lorsqu'ils reçoivent une réservation d'un expéditeur, le bureau de LCL à Durban doit prendre des dispositions pour l'attribution d'espace sur un navire, vérifier les dates de la pile, organiser le transport et vérifier avec l'entrepôt frigorifique lorsqu'un emplacement est disponible.

« La nuit, vous rêvez de documentation »
Le bureau produit une montagne de documentation pour laquelle il loue un espace de stockage. Dans une pièce adjacente, le mur est recouvert d'armoires en acier qui, en mai, au début de la saison, étaient déjà à moitié pleines.

« C'est excitant et très stimulant. On ne dort pas la nuit, on rêve de documentation », déclare Sarah.

« Pendant six mois, vous êtes constamment sur le qui-vive », ajoute son collègue, Bronwyn Naidoo. « Mais je pense qu'on aime ça. »

Le souci du détail et une rigueur absolue sont requis dans le travail. « Beaucoup de problèmes peuvent survenir sur les marchés » Lance Bronwyn. « Un exemple, si un conteneur n'était pas à la bonne température lors du chargement, il sera laissé sur les quais et parfois ils apprennent un jour ou deux plus tard que le conteneur a été laissé sur le quai. Maintenant, vous devez réimporter votre conteneur dans le pays car, théoriquement, il a été exporté. Parfois, nous pouvons le faire inspecter une nouvelle fois par la PPECB et l'exporter à nouveau, cette fois pour de vrai », explique Freddie.

Effet de plus de volumes et de congestion
« Nous ouvrons un fichier, il pourrait y avoir quinze conteneurs sur ce fichier, mais à mesure que les volumes augmentent, vous avez maintenant, par exemple, dix-sept conteneurs sur un fichier, ce qui représente un peu plus de travail, mais pas beaucoup. Mais la pression est forte. Si vous n'êtes pas fait pour cette industrie, vous le savez tout de suite. Ça demande beaucoup d'énergie », poursuit-il.

Non seulement les volumes augmentent, mais le nombre d’exportateurs d'un côté et de destinataires de l'autre est également supérieur à cinq ans.

La question des camions et de la congestion n’est jamais bien loin quand on parle de Durban. « C’est fou, des camions doivent parfois attendre 24 heures au terminal à conteneurs », explique Bronwyn. «Je pense que Durban est surchargé de camions et qu'en cas de retard, il ne fait que croître et tout au long du processus. C'est juste l'effet domino. Ça pourrait d'ailleurs être notre slogan ! »

Certains exportateurs exigent des photos de leurs envois avant et pendant le chargement, tandis que d'autres montrent peu d'intérêt pour ce qu'il se passe au port. D'autres envoient des ouvriers des magasins d'emballage de Limpopo et Mpumalanga à Durban pour assister au déroulement du processus.

Alors quand est-ce que ça se termine ?

Sarah : « Il y a environ cinq ans, tout le monde dans l'industrie avait terminé vers la fin du mois de septembre. Vous aviez les trois dernières expéditions, et c'était tout. Nous passons maintenant aux semaines 45 et 46. Cela a beaucoup progressé. »

Freddie note qu'en raison du stress lié au travail, il offre une oreille attentive aux collègues qui ont besoin de se détendre. « C’est la partie la plus importante du processus. Je veux dire, vous pouvez choisir l'orange et la mettre sur un camion, mais si vous n'avez pas la documentation, vous ne pouvez pas la sortir. »

Pour plus d'informations : 
Freddie Beukmann
LCL Logistics Durban
Tél. : +27 31 304 0120
http://www.lclog.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)