Ronald Borst, Van der Windt Packaging :

Recyclage ou compostage ?

Réduire l'utilisation du plastique est un sujet d'actualité. Dans la mesure du possible, et si le produit le permet, du papier ou du carton peut être une alternative ; le flowpack est une forme d'emballage dans laquelle le matériau pèse relativement peu. Toutefois, beaucoup de pensent que le plastique devrait être interdit et par conséquent que le carton serait une solution possible.

Un flow pack en papier cartonné

Ce type de papiers s’appelle CartoPaper. « Ce n'est pas nouveau », déclare Ronald Borst de Van der Windt Packaging, une entreprise néerlandaise. « De nouvelles applications viennent d'être ajoutées. Il y a six mois, l'accent était mis sur l'emballage des oignons et des pommes de terre dans un appareil de scellement vertical. Maintenant, nous pouvons également les emballer en continu. Nous avons également trouvé de meilleures possibilités d'étanchéité. »

« Le CartoPaper a d'innombrables utilisations. Il peut même être utilisé avec du PET. Bien que ce ne soit pas la combinaison la plus évidente pour sceller du papier sur du PET. Pourtant, cela profite un peu à l'environnement car il remplace du plastique. C'est plus évident pour sceller de la pâte ou du papier. Mais comme le scellement en PET est possible, nous offrons cette option. »

Machines d'emballage
Ce type de cartons est résistant à l'eau mais n'absorbe pas l'eau. Il peut aussi facilement être traité sur des machines d’emballage existantes. « Certains ajustements doivent être apportés à la machine. Mais cela ne représente pas un gros investissement », déclare Ronald.

« Vous devez apporter le moins de modifications possible aux machines FlowPack. Avec les soudeuses verticales, il faudra prévoir une adaptation. C'est trop raide pour le papier. D'ailleurs, il serait préférable d'investir dans une machine capable de traiter le papier. Il est plus facile de commuter ces machines pour utiliser du plastique que l'inverse. À l’avenir, j’espère que le plastique et le papier seront de plus en plus utilisés côte à côte. »

Pas la seule solution
Avec le CartoPaper, Van der Windt suit la tendance du marché. « Du point de vue du public, il y a une aversion pour le plastique. Nous sommes donc allés chercher d'autres matériaux d'emballage. L'emballage alternatif n'est pas, à mon avis, la seule solution pour réduire le plastique. Il y a toujours deux aspects à une histoire. Voulez-vous recycler les matériaux d'emballage ? Ou préférez-vous des matières compostables ? » Demande Ronald.

« Le PET peut, par exemple, être bien recyclé. L’Europe a bien maîtrisé le processus de recyclage. Les emballages en r-PET sont très présents à l’heure actuelle. Cette application date de plus de dix ans. Il n'est jamais entièrement fait de plastique recyclé à 100 %, Environ 80 % sont recyclés. La couche externe ne l'est généralement pas. Les entreprises promeuvent cette vieille idée comme quelque chose de nouveau. » Cela ne gêne toutefois pas le fait que le PET puisse être réutilisé de cette manière.

Lorsqu'il s'agit de matériaux compostables, il faut investir beaucoup d'argent dans ce type d'emballages. Il n’est pas non plus facilement reconnu en tant que tel par les consommateurs. Souvent, il ne se retrouve pas dans la poubelle à compost. Et, même s'il tombe dans le bon bac, un matériau coûteux va devenir du compost. La réutiliser est une bien meilleure option.

« Il existe différentes manières de considérer l'impact environnemental de quelque chose. Par exemple, la consommation d'eau, d'énergie, d'épaisseur, de poids, etc. d'un emballage donné. En fait, une analyse du cycle de vie ou ACV (thelcacentre.com) est le seule moyen de comparer correctement l’impact environnemental des emballages », explique Borst.

Produits non emballés
Il est également possible d'avoir des produits non emballés dans le magasin. « A mon avis, ne pas emballer les fruits et les légumes n'est pas la solution. Il est de notoriété publique qu'un pourcentage important des fruits et des légumes est déjà jeté. Si nous vendions plus de produits non emballés, ce pourcentage ne ferait que croître car les produits auront une durée de conservation plus courte. Ils seront également plus susceptibles d’être endommagés. »

« Nous aurions également besoin d'un emballage. Dans les supermarchés, les fruits et les légumes conventionnels et biologiques doivent être séparés. Sinon, les clients risquent fort d'essayer de payer des prix moins chers pour les produits biologiques. Le papier est une excellente alternative. Après utilisation, il se retrouve dans l’ancienne corbeille à papier. Il est recyclé et reprend vie », conclut Ronald.

Pour plus d'informations : 
Ronald Borst 
Van der Windt Verpakking
10 Nieuweweg
2675 BC Honselersdijk
Cell. : +31 (0) 651 092 337 
Ronald.borst@vanderwindt.com       
www.vanderwindt.nl  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)