Jacques du Preez - Hortgro

Changement drastique dans le marché des topfruits d'Afrique du Sud

La haute saison fruitière sud-africaine touche à sa fin avec moins de 10 % du stock de poires et 15 à 20 % des pommes.

C'était une saison mixte selon Jacques du Preez de Hortgro. « L'Europe a été difficile cette saison, il y avait beaucoup de stocks de l'année dernière et les campagnes d'achat local en Europe étaient également très axées sur les poires Conférence. Au cours de la saison précédente, l'Europe a connu une récolte en baisse, nous avons donc vu une croissance sur ce marché, mais cette année, l'Afrique et l'Extrême-Orient ont été nos principaux marchés. »

Les exportations vers le Royaume-Uni sont en baisse de 17 %, 20 % seulement des pommes sud-africaines y ayant été expédiées et 30 % des poires vers l'Europe.

Pour l'instant, l'Extrême-Orient a une longueur d'avance sur les exportations, mais les exportations africaines se poursuivront jusqu'en janvier de l'année prochaine, de sorte qu'elles rattraperont leur retard.

Cette saison, l'Afrique du Sud a connu une augmentation massive des exportations de pommes vers la Chine. « Normalement, nous enverrions 80 à 90 000 cartons en Chine, mais cette saison, nous avons envoyé près de 800 000 cartons. La récolte de la Chine a baissé de 25 %, ce qui nous a donné une grande opportunité. Nous ne nous attendons pas à avoir les mêmes chiffres pour la saison à venir, mais il y aura toujours de nouvelles affaires à réaliser en Chine. Beaucoup de nouveaux exportateurs et de nouveaux cultivars entrent en Chine, de sorte que le marché va croître au fur et à mesure que nous nous établirons. »

Les poires sud-africaines n'ont pas encore accès à la Chine, mais elles espèrent l'obtenir bientôt.

« Nous dépendons encore beaucoup de l'Europe pour nos poires, même si nous en avons à Singapour, en Malaisie et au Moyen-Orient, mais les poires ne sont pas encore aussi diversifiées que les pommes. Les producteurs disent qu'il y a une bonne opportunité pour la poire Forelle en Asie. Les Asiatiques ne sont pas habitués aux variétés de poires européennes, mais nous pensons que la Forelle y travaillera. »

« Pour nous, en Europe, la fenêtre se rétrécit, surtout avec l'augmentation de la production d'Europe de l'Est, il y a beaucoup de nouveaux vergers qui sont plantés, ce qui est très inquiétant pour les exportateurs sud-africains. Cela exercera une pression sur les exportateurs traditionnels vers l'Europe et ils se tournent déjà vers le Moyen-Orient et l'Afrique. Nous sommes également confrontés à l'arrivée d'exportateurs européens en Afrique. »

La plupart des meilleurs fruits sud-africains sont expédiés directement au Royaume-Uni, le Brexit ne devrait donc pas être un gros problème. Le gouvernement sud-africain est en pourparlers avec le gouvernement britannique et un accord est en place en cas d'interdiction d'opération Brexit. Jacques pense que ce sera comme d'habitude, la question est de savoir quand il s'agira des tarifs douaniers, mais cela pourrait être une opportunité pour l'Afrique du Sud.

Fruit à noyau
« Nous nous préparons pour la saison des fruits à noyau qui débutera dans la semaine 39/40, nous espérons retrouver une récolte normale après des volumes très faibles l'an dernier. Notre potentiel était de 12 millions de cartons de prunes, mais nous n'avons fait que 8,8 millions de cartons, à cause de la sécheresse et de la canicule d'octobre qui ont causé une grosse chute pendant la floraison des arbres. » 

La sécheresse a éclaté au Cap-Occidental, mais le Klein Karoo, une grande zone de production de fruits à noyaux, continue de souffrir, entraînant la faillite de certains agriculteurs. Certains producteurs ont perdu 50 % de leurs arbres et, cette année encore, ils n'ont pas d'eau.

L'Afrique du Sud est toujours très dépendante de l'Europe et du Royaume-Uni pour l'exportation de fruits à noyau, mais l'année dernière, 50 % de la production d'abricots est allée au Moyen-Orient. Le marché d'Extrême-Orient est encore très petit, sans accès à la Chine. « Une fois que nous aurons des poires en Chine, ce sera au tour des avocats puis des fruits à noyau. Nous avons donné la priorité aux prunes, mais cela peut prendre jusqu'à quatre ans, donc nos options sont très limitées pour le moment. »

Pour plus d'informations :
Jacques du Preez
Hortgro
Tél. : +27 (0)21 870 2900 
jacques@hortgro.co.za  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)