Canada : les cultures de pommes de Nouvelle-Écosse en péril après la catastrophe Dorian

Les pomiculteurs de la Nouvelle-Écosse mesurent encore les dégâts causés par l'ouragan Dorian qui s'est abattu sur la région il y a plus d'une semaine.

« C'est un peu le bazar en ce moment », déclare Brian Boates, cultivateur de poires et de pommes biologiques chez Boates Farm à Cambridge, en Nouvelle-Écosse. « Les dégâts ont été considérables. La première moitié de la journée, le vent a soufflé à l'est et la seconde moitié, il a été très sec à l'ouest. » 

Boates estime qu'il a perdu 20 à 50 % de sa récolte, selon la variété. « Notre variété de grande valeur, Honeycrisp, a été emportée. J'ai aussi quelques poires Bosc, une autre récolte de grande valeur, portant des marques. Les poires poussent en grappes et les grappes s'entrechoquent. »

Photo : Boates Farm.

Nouvelles variétés endommagées
De nouvelles variétés ont été touchées chez Elderkin's Farm à Wolfville, en Nouvelle-Écosse, Peter Elderkin estime également une perte de 50 % de sa récolte. « Notre Honeycrisp a été la variété qui a subi les plus gros dommages et c'est en plus une variété de grande valeur. La majorité des plus jeunes arbres de la région ayant été touchée étaient des Honeycrisp, mais également d'autres variétés de grande valeur telles que l'Ambrosia, la SweeTango et la Jazz. »

M. Boates souligne qu'une fois que les fruits restants auront été cueillis, il faudra les examiner de près pour en déterminer le calibre, mais il ajoute qu'il est probable qu'une majorité sera d'un calibre inférieur. « Par rapport à l'année dernière, lorsque nous avons perdu 90 % de notre récolte à cause du gel printanier, notre situation s'est nettement améliorée. Nous avons quelque chose à vendre et à travailler » explique M. Boates.

« Je vois beaucoup de gens ramasser des fruits qui tombent et l’usine de jus est ouverte et ils prennent les pommes », dit Elderkin. « C'est récupérable, mais à une fraction de la valeur du produit frais. »

Photo : Boates Farm

Préoccupations futures
S'il s'agit de l'effet à court terme de la tempête, Elderkin souligne un problème plus vaste à plus long terme qui pourrait se poser. « Certains agriculteurs ont eu de nouvelles plantations qui ont été plantées avec des systèmes de soutien et les arbres ont en fait chuté. Une grande partie des arbres est soit au sol, ce qui est très difficile à remettre en place et pour que les treillis reviennent à l'intérieur, soit  cassée. Cela ne nous concerne pas cette année, mais au cours des prochaines années, car les investissements dans ces nouveaux systèmes sont très élevés. »

Il ajoute que ces quatre derniers jours ont été consacrés à la plantation d'arbres abattus et à leur replantation dans les trous maintenant exposés. « Le vent a simplement fouetté les arbres, nous les avons donc remontés et avons comblé les trous autour de l'arbre », dit-il.

Fin de saison tardive 
Alors que la récolte est déjà en retard cette année en raison d'un automne, d'un hiver et d'un printemps humides, les producteurs affirment qu'ils n'auraient pas pu faire plus pour se préparer à l'arrivée de Dorian.

« On n'était pas prêt à cueillir parce que tout était en retard », dit M. Boates, ajoutant qu'en ce moment, il récolterait normalement des pommes McIntosh et qu'à la place, il pourrait commencer ce week-end ou lundi prochain. « Cela nous laisse donc un peu de temps pour faire le ménage ! »

Pour plus d'informations : 
Brian Boates
Boates Farm
Tél. : +1 (902) 670-3339
https://boatesfarm.ca/

Peter Elderkin
Elderkin's Farm
Tél. : +1 (902) 542-7198
elderkinsapples@accesswave.ca 
http://www.elderkinsfarmmarket.com/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)