Florent Geerdens, René Nicolaï

« De nouvelles variétés de pommes prendront le relais du classique Club des 5 »

Pendant des années, les variétés de pommes classiques « Club des 5 » - Gala, Braeburn, Golden, Jonagold et Elstar - ont représenté 85 % des surfaces de vergers d'Europe du Nord. Mais ces dernières années, Florent Geerdens, de la pépinière belge René Nicolaï, a connu une évolution rapide vers de nouvelles variétés. « Les variétés qui représentaient encore 85 % de notre superficie il y a quelques années ne couvrent actuellement que 15 % de la superficie de nos vergers. » 

« A propos de la Golden, ici vous voyez qu'il y a encore une demande limitée de la part du Maroc et de l'Algérie. Mais ça s'arrête là. La demande de pommes Braeburn s'est complètement tarie. Pour la Jonagold, elle est également minime. Celle-ci est d'ailleurs toujours plantée en Belgique, en Pologne et en Allemagne, mais dans une quantité presque insignifiante », explique Florent.

« Pour l'Elstar il subsiste encore une petite quantité en Belgique. Elle est cependant toujours présente en Allemagne et aux Pays-Bas. Les pommes Gala, en revanche, sont la variété la plus populaire au monde. Mais je pense que d'ici trois ou quatre ans, ce sera la fin pour elle. »

Variétés de clubs et nouvelles introductions
« Il ne reste presque plus rien des cinq variétés classiques. Aujourd'hui, elles sont complètement dépassées par de nouvelles variétés - des variétés Club, des variétés concept et de nouvelles introductions. Ce ne sont pas tous les producteurs d'arbres ou de fruits qui y ont accès. Malgré cela, j'ai remarqué un changement tangible », poursuit M. Geerdens.

« Ici, dans nos pépinières, les grandes variétés sont la Cosmic Crisp, la Magic Star/Natyra et la Wellant. Suivent les variétés un peu plus petites. Il s'agit notamment de la Rockit, Smitten, Cherish et GS-66. Et plus loin à l'horizon, nous apercevons la Dazzle, la Snapdragon et la Ruby Frost. Au cours des deux dernières années, ces variétés de pommes ont presque complètement remplacé les variétés classiques. »

Une concurrence féroce
« Cette prise de contrôle est due en partie à la surproduction de l'an dernier qui a entraîné une chute des prix. Ces prix bas ont donné lieu à une concurrence féroce. Le nord-ouest de l'Europe est également une zone de production très coûteuse pour les variétés de produits de base. Dans d'autres régions du monde, ils peuvent cultiver ces variétés beaucoup moins chères », poursuit le producteur. 

Il est convaincu que ce que font les autres industries devrait être examiné de plus près. « Regardez (les marques d'eau) Chaudfontaine et SPA. N'importe qui peut ouvrir un robinet pour avoir de l'eau. Mais ils ont fait de l'eau une marque massive. N'importe qui peut faire du café, mais Starbucks en fait une préoccupation mondiale. Que faisons-nous, en tant que premier secteur fruitier, par rapport aux autres industries ? »

Renouvellement et innovation
« Les bas prix de l'an dernier ont permis à de nombreux producteurs de s'en rendre compte. Ils ne peuvent plus le faire, en cultivant les cinq variétés classiques. Ils doivent s'efforcer d'innover et de se renouveler. Les variétés classiques constituent encore la majeure partie des produits commercialisés. Malgré cela, de nombreux agriculteurs ne plantent pas actuellement, ils ne savent pas quoi planter. »

« Ceux qui plantent sont novateurs. C'est une bonne chose. Nous devons rompre avec l'uniformité avec les nouvelles variétés. Les agriculteurs doivent également se concentrer sur leur propre marque et leur propre image. C'est nécessaire pour raconter une histoire au client », conclut Florent.

Pour plus d'informations : 
Florent Geerdens
Boomkwekerij René Nicolaï
22 Linde Street
3570 Alken, Belgium
Tél. : (+32) 011 312 125
info@renenicolai.be 
www.renenicolai.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)