Guillaume Liesch, Champ’pom :

« Cette année, nous avons une demande soutenue à l’export pour la pomme de terre française »

La récolte des premières pommes de terre en Champagne a commencé début août et devrait prendre fin aux alentours du 15 octobre. « L’année est plutôt moyenne à correcte d’un point de vue général, que ce soit en termes de rendement ou de qualité. Il y a des variétés précoces qu’on a très bien réussies, d’autres un peu plus tardives pour lesquelles on ne pourra pas en dire autant du fait des conditions climatiques. Nous avons souffert de la sécheresse comme l’année passée, sans l’irrigation la situation aurait pu être pire. Quant à la qualité, nous sommes plutôt hétérogènes avec de très beaux lots et d’autres plus modestes. Ce qui nous permet au final de pouvoir servir les clients qui recherchent l’excellence, tout en contentant également ceux qui privilégient davantage le prix », explique Guillaume Liesch, commercial chez Champ’pom.

L’innovation : un axe privilégié chez Champ’pom
Se tenir informé des nouvelles variétés disponibles, et prendre le temps de les tester sur l’exploitation s’inscrit parfaitement dans la stratégie de la société d’import-export : « Olivier Delaitre, le Président de l’entreprise, a dédié 30 hectares de son exploitation à l’expérimentation de nouvelles variétés. Il travaille en étroite collaboration avec les différents obtenteurs de plants afin d’identifier les variétés prometteuses. Cette année par exemple, nous avons été très satisfaits de l’une d’entre elles, la Primabelle, une sœur de la Colomba, qui est une très belle variété en termes de présentation et très intéressante au niveau du rendement. Elle commence à se faire connaitre, et a parfaitement su trouver sa place à l’export. Nous en avons récolté 1000 T dans différentes régions de production (Champagne et Beauce) pour un rendement global de 55 T/ha », explique Guillaume.

Une demande satisfaisante à l’export
Si la demande en France commence seulement à se raffermir, Guillaume en est plutôt satisfait à l’export : « L’Italie a démarré particulièrement tôt cette année, ce qui n’est quasiment jamais arrivé. Nous avons expédié nos premiers camions début août sur l’Italie, et continuons sur le même rythme. Cela est dû à des problèmes de disponibilité couplé à une demande soutenue. Maintenant, l’Espagne commence à arriver ce qui est aussi une très bonne chose pour nous. Ce sont en effet des clients exigeants en termes de qualité avec une capacité d’achat importante, particulièrement demandeurs d’Agata et de Liberta, variété les plus réputées et majoritairement produites en Champagne. Quant aux pays de l’est, ils sont de plus en plus demandeurs avec une certaine stabilité dans la demande qu’il n’y avait pas il y a quelques années. Effectivement, avant, les pays de l’Est nous appelaient pour faire un ou deux camions de façon très ponctuelle, alors que maintenant ce sont des clients que l’on va livrer toutes les semaines avec des achats croissants ».
« En ce qui concerne la demande sur le marché français, elle était plutôt calme depuis le début de l’été. Aujourd’hui elle n’est toujours pas extraordinaire, mais on voit quand même une légère amélioration du fait du rafraîchissement des températures. Malgré tout, les conditionneurs français chargent les contrats de production ».

« En terme de prix actuellement, tout le monde s’y retrouve »
Depuis plusieurs semaines, les prix se sont stabilisés : « Sur une base de vente à l’export, on se situe entre 220 et 270 euros la tonne, et dans ces prix-là tout le monde s’y retrouve. Aussi bien le producteur qui peut vendre à des prix relativement intéressants, que le centre de conditionnement et le négociant. Mais la récolte touchant à sa fin, les producteurs stockent les pommes de terre dans les frigos. Un coût qu’ils voudront amortir à la vente (entre 30 et 40 €/T). La fin de la récolte risque donc d’être suivie d’une petite période de latence si les prix ne montent pas, car les producteurs ne voudront pas vendre afin de pouvoir amortir ces surcoûts liés au stockage en frigo ».

Champ’pom, présent à Madrid au Fruit Attraction
Il sera possible de retrouver l’entreprise au salon du Fruit Attraction à Madrid au stand 4B05B : « Le Fruit Attraction et le Fruit Logistica nous permettent de rencontrer nos principaux clients, ainsi que de se tenir informé des tendances du marché. Il y a un gros hall pomme de terre où les acteurs de la filière peuvent se retrouver. Le Fruit Attraction est particulièrement intéressant car la période coïncide avec la fin des récoltes. On sait alors ce que nous avons en termes de volumes et de qualité, ce qui rend les échanges commerciaux intéressants. Nous avons toujours de bonnes retombées suite au salon de Madrid ».

À propos de Champ’pom
Champ’pom a été créée par Olivier Delaitre, à l’origine producteur de pommes de terre : « Comme sa surface de production augmentait d’année en année, Olivier a décidé de monter sa propre entreprise de négoce depuis une dizaine d’années. Aujourd’hui, Champ’pom commercialise environ 40 000 tonnes de pommes de terre dont un quart venant de sa propre production. Le reste provient des différentes zones de production France. Nous nous positionnons à 40 % sur le marché français, et 60 % sur l’export. Nous avons également une activité de vente de plants qui nous permet d’accompagner le producteur de la plantation jusqu’à la vente. », conclut Guillaume.

Pour plus d’informations :
Guillaume Liesch
Champ’pom
3 Rue des Abbesses
51120 Saint-Remy-Sous-Broyes, France
Cell. : +33 7 71 56 35 34
Tél. : +33 3 26 42 09 61
guillaume@champpom.com  
https://www.champpom.com 

 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)