Erik Waterman, Waterman Onions :

« Cette année encore, les oignons néerlandais peuvent jouer un rôle clé sur la scène mondiale »

Erik Waterman, de la compagnie néerlandaise Waterman Onions est très positif lorsqu'il envisage le reste de la saison des oignons. « Nous sortons d'une année extrême avec des prix très élevés. Cette année est une année complètement différente qui offre aussi de bonnes perspectives ». 

« Nous pouvons cultiver et exporter nos oignons dans le monde entier, à un bon prix. Nous exportons beaucoup. Grâce à notre qualité et à nos prix, nous pouvons répondre à la demande mondiale de manière compétitive et efficace. L'année dernière, nous avons dû faire concurrence, par exemple, à la Chine. Mais, avec les prix et la qualité de cette année, nous pouvons sortir gagnants. »

« Septembre était déjà un assez bon mois d'exportation. Les lots d'oignons mettent toutefois le marché sous pression depuis longtemps, mais ils ont disparu donc il y a maintenant plus de place pour respirer sur le marché. »

« Ce n'est pas que je m'attends à un énorme spectacle de prix. Mais si nous parvenons à maintenir ce niveau, nous pourrons jouer un rôle important sur la scène mondiale au cours des trois prochains mois », poursuit Erik.

« Ce qu'il se passe après janvier est encore dans l'expectative. Mais j'attends l'inévitable demande de l'Europe de l'Est. La Pologne est déjà en train de vider le fond du marché. Il y a d'énormes pénuries en Inde. Une interdiction immédiate d'exportation y a donc été immédiatement imposée. »

« Cela a permis d'assurer une bonne demande de la part du Moyen-Orient. Entre-temps, nous exportons de grandes quantités d'oignons jaunes vers l'Amérique du Sud, l'Afrique et l'Asie », explique M. Erik, en résumant les choses.

« L'avantage maintenant, c'est que tous les trieurs sont sous pression. En conséquence, les prix des lots peuvent aussi rapporter un peu d'argent. Les calibres moyens se vendent maintenant à environ 0,18 €, tandis que les grands se vendent plus de 0,20 €. Les plants d'oignons ont presque tous disparu, ce qui signifie que les fermiers sont un peu mieux lotis. »

« Ce qui reste dans l'entrepôt ne quitte pas facilement l'entrepôt. Et ils attendent un bon moment pour se débarrasser de ces oignons qui sont encore dehors. Nous espérons que les récoltes se dérouleront sans problème. La couleur des oignons sur la terre n'est peut-être pas si bonne. Ils sont, cependant, toujours d'assez bonne qualité. »

« Les oignons ont été récoltés dans de bonnes conditions. Mais le temps presse et les jours raccourcissent. Les rendements néerlandais ne sont pas très élevés, en général. Ils sont certainement en dessous de la moyenne », dit Erik.

Selon cet exportateur, les choses sont encore en suspens sur le marché de l'oignon biologique. « L'Europe ne vient aux Pays-Bas pour acheter des oignons biologiques qu'une fois que le printemps a commencé », conclut-il.

Pour plus d'informations : 
Erik Waterman
Waterman Onions
12 Hannie Schaftweg
8304 AR Emmeloord, NL
Tél. : +31 (0) 527 617 496
Fax : +31 (0) 527 697 801
erik@waterman-onions.nl  
www.waterman-onions.nl  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)