Christophe Rousse et Pascal Lorand :

« Plus de lumière et une production plus élevée grâce au verre diffus »

Il y a quelques années, les producteurs français de tomates Christophe Rousse et Pascal Lorand, membres de la coopérative de producteurs Solarenn, ont investi dans le verre diffus Albarino de Cultilene. Ce verre permet d'obtenir des résultats positifs et une valeur ajoutée évidente dans la pratique, comme il est possible de le  constater après trois saisons de culture. 

Pascal Lorand et Christophe Rousse ont entamé cette année leur quatrième saison de culture dans les serres vitrées au verre diffus Albarino. Pascal exploite une ferme de 6,2 hectares à Saint-Erblon, en Bretagne. C'est là qu'il cultive les variétés Clodano, Luminance et Brioso sur une superficie de trois hectares sous verre diffus. Les structures en verre, d'une hauteur de 6,60 mètres, ont été construites par le constructeur de serres néerlandais Kubo. « En 2015, nous avons construit 1,5 hectare de serres. Grâce aux résultats positifs obtenus avec ce type de serres, cette surface a été doublée en 2017 ».

La société de Christophe est située à Nouvoitou en Bretagne. Sur une superficie de trois hectares, il cultive des tomates cerises de différentes couleurs, des tomates en grappe Clodano et des tomates cocktail Brioso. En 2015, il investit dans une nouvelle serre de 1,5 hectare, émaillée de verre diffus. « Lorsque nous avons voulu en construire de nouvelles, nous avons visité plusieurs projets de référence aux Pays-Bas et en Belgique en compagnie de notre constructeur », explique Christophe. Nous avons constaté qu'environ 75 % des nouveaux projets de construction ont opté pour le verre diffus, ce qui assure une meilleure répartition de la lumière. Le verre diffus Albarino de Cultilene est également doté d'un revêtement antireflet double face ce qui permet une meilleure transmission de la lumière. « Le tableau d'ensemble nous a convaincus. C'est à ce moment que nous avons choisi le verre Albarino. Ce verre se caractérise par une transmission lumineuse élevée et un facteur de trouble de 80 %. »

Une augmentation de 5 à 7 kilos
Les deux producteurs sont maintenant plus que convaincus de la valeur ajoutée du verre diffus. « La lumière diffuse pénètre mieux et plus profondément dans la culture », explique Pascal Lorand. Il n'y a pas d'ombre, la répartition de la lumière dans la serre est plus uniforme et donc aussi la hauteur des plantes. De plus, il n'y a pas de rayonnement direct sur la culture. En avril de l'année dernière, tous les producteurs se sont plaints d'un manque de lumière. C'est ce qui nous dérangeait aussi. Mais grâce au verre diffus, même le plus petit rayon de soleil était réparti de manière optimale et la lumière disponible était utilisée au maximum. »

Les autres serres sont couvertes du printemps à l'automne d'une craie qui diffuse la lumière. « L'inconvénient, c'est que cela n'est pas toujours appliqué de manière uniforme », explique Christophe. « De plus, la couche de craie doit être appliquée en mars et enlevée en septembre. Avec le verre diffus, vous n'avez plus besoin d'appliquer de craie. »

Selon les cultivateurs, le revêtement antireflet réduit également la quantité de condensation formée, et ils approuvent la valeur ajoutée apportée par le revêtement antireflet hydrophile du verre Albarino. « Contrairement aux revêtements hydrophobes, où des gouttelettes d'eau se forment sur le verre dans des conditions humides, les revêtements hydrophiles forment une sorte de film d'eau sur le verre. Ceci est logiquement plus bénéfique pour la transmission de la lumière. De plus, le verre diffus a un effet positif sur la culture », affirment les producteurs. « Les plantes sont plus fortes, plus vigoureuses et moins stressées. Nous voyons aussi que la floraison et la nouaison des fruits sont bonnes et régulières. De plus, il n'y a plus de problème de brûlure et ni de problème de nécrose foliaire. Cela signifie que le fruit est plus gros. »

Depuis 2015, Christophe a atteint un rendement moyen de 68 kg de Clodanos par m². Pour Pascal Lorand, la production des variétés Clodano et Luminence varie entre 68 et 70 kg par m². C'est 5 à 7 kilos de plus par m² que dans les autres serres. Mais cet effet n'est pas seulement dû au verre diffus. « Les autres serres sont plus anciennes, plus petites en hauteur et moins bien ventilées. Mais le verre diffus est certainement un facteur déterminant dans les meilleurs résultats de culture que nous obtenons. »

Facteur de brume
Les producteurs doutent que le facteur de brume choisi soit le plus optimal pour leurs conditions. « En 2015, j'ai choisi Albarino High Haze parce qu'il était utilisé par plusieurs producteurs », explique Pascal. Et comme les résultats ont été bons, j'ai opté pour un facteur de brume sèche de 80 % pour le nouveau bâtiment en 2018. Mais au début de l'hiver, lorsque la quantité de lumière est limitée, le facteur de brume élevée signifie que nous avons un peu trop peu de lumière dans la serre. Afin d'obtenir plus de lumière dans la serre pendant les mois d'hiver, je choisirais probablement - si je pouvais construire à nouveau - Albarino Mid Haze, avec un facteur de brume de 50 % ».

Selon Christophe, même en décembre, le verre diffus apporte plus de lumière dans la serre.

Et en été, quand il peut faire très chaud, un facteur de brume de 80 % entraîne la moitié de l'augmentation de température.

« Le nettoyage et la désinfection de la serre sont également une question importante. Le verre diffusé ne pollue pas plus vite que les autres verres », d'après les producteurs. « Dans l'ensemble, nous sommes très positifs quant à l'utilisation du verre diffus Albarino. Nous sommes clairs sur la valeur ajoutée qu'il nous apporte. »


Pour plus d'informations : 
Cultilene
cultilene.com    


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2019

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)