Incertitude autour des fruits à noyau, pour lesquels de gros volumes sont attendus

« Ce que tout le monde se demande, c'est combien on peut en prendre »

Depuis le début de la crise du coronavirus, le secteur des fruits et légumes frais fait partie des secteurs ayant pu poursuivre l'activité. 

« La demande sur le marché intérieur s'est un peu calmée, mais maintenant les consommateurs des pays du nord de l'Europe font des achats de masse ; une sorte de panique collective, comme cela s'est produit ici ces derniers jours. Cela entraîne une augmentation considérable du nombre de commandes », déclare Sergio Orobal, directeur de l'entreprise Catman Fresh, basée à Alicante, spécialisée dans la vente d'agrumes en automne et en hiver et de fruits à noyau au printemps et en été.

« La question que tous les acheteurs de la grande distribution se posent chaque jour est la suivante : combien pouvons-nous en prendre ? C'est le chaos, car nous avons essayé pendant un certain temps de répondre à toute la demande de la grande distribution, mais maintenant nous devons donner la priorité à nos clients les plus fidèles. Entre-temps, de nombreuses commandes prévues pour la chaîne Horeca ont été annulées. Les prix des agrumes ont évidemment augmenté parce que la demande a été plus forte », explique le directeur de cette entreprise.

Les tâches de récolte, de manutention et d'emballage ont été ralenties en raison des restrictions de mobilité et des mesures d'hygiène, qui prévoient que les travailleurs doivent se tenir à au moins 1,5 mètre les uns des autres. Pratiquement aucune visite n'est effectuée au siège de l'entreprise et les mesures d'hygiène sont poussées à l'extrême. « Ceux d'entre nous qui travaillent au bureau ont plus de facilité, car ils peuvent rester à la maison. D'autres travailleurs doivent rester à la maison parce qu'ils n'ont personne pour s'occuper de leurs enfants, les écoles étant fermées depuis des jours ».

Il faut ajouter à cela les coûts de production et de logistique, car de nombreux camions reviennent de leur destination vides, étant donné qu'une grande partie de l'industrie est au point mort. En outre, en raison de la fermeture des restaurants et des auberges dans les stations-service, de nombreux transporteurs ne veulent pas prendre la route. En outre, les contrôles aux frontières entraînent des retards dans les commandes.

Cette situation coïncide avec une saison d'agrumes ayant récolte nettement inférieure à celle de l'année dernière en raison des mauvaises conditions météorologiques.

« En dehors de cette situation liée au coronavirus, la saison des agrumes a été bonne pour le producteur, sans aucun doute, même pour la grande distribution. Pour les détaillants, cependant, la situation a été plus compliquée car, bien que les prix aient été relativement bons, les marges ont été très serrées, ce qui a même entraîné des pertes, en particulier pour le citron et l'orange, en raison du niveau élevé de destruction causé par les tempêtes. Le pourcentage de fruits utilisables dans les oranges et les citrons a été plus faible et les coûts de production ont augmenté. Cette année a été compliquée pour nous », déclare Sergio Orobal.

Incertitude pour les fruits à noyau, pour lesquels de gros volumes sont attendus
« Nous avons dû annuler certains voyages dans des pays européens que nous avions organisés pour lancer des programmes pour la prochaine saison de fruits à noyau. Il y a beaucoup d'incertitudes sur la façon dont cela va commencer, car nous ne savons pas si les restrictions sur le transport seront plus importantes, ou si des états d'alerte seront appliqués dans d'autres pays européens, et le volume de production devrait être très important ».

Malgré les plantations déracinées en raison des crises de prix des dernières saisons, une grande récolte est attendue. « Les prix pourraient être raisonnables, mais on craint également que, comme le prédisent les experts, le nombre de cas de coronavirus continue d'augmenter et qu'il soit détecté dans certaines usines de conditionnement, ce qui obligerait à une mise en quarantaine. Il y a déjà eu quelques cas dans ce secteur », déclare Sergio Orobal.


Pour plus d'informations : 
Sergio Orobal, managing director
Catman Fresh
Camino de Iryda, s/n
03190 Pilar de la Horadada, Alicante. Espagne
Tél. : +34 966 747 902
sergio@catmanfresh.com 
www.catmanfresh.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)