Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Dick Hylkema, NAO :

« Nous voulons éviter qu'un milliard de kilos de pommes de terre ne soient chassés des terres »

Les ventes de frites fraîches et surgelées ont fortement diminué en raison de la fermeture du secteur de la restauration en Europe, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. À tel point qu'une grande partie des chaînes de production sont inactives chez les fabricants. Les stocks chez le producteur resteront intacts pour l'instant. En attendant, la date de l'interdiction du CIPC dans le secteur se rapproche.


Dick Hylkema, directeur de la NAO

« Actuellement, les agriculteurs néerlandais sont responsables de plus d'un million de tonnes de pommes de terre », déclare Dick Hylkema, directeur due la NAO. « L'équivalent de 30 000 camions complets et d'un stock qu'il nous faudrait cinq ans pour consommer sous forme de pommes de terre fraîches aux Pays-Bas (la consommation fraîche implique des pommes de terre que les consommateurs achètent non pelées), mais le stock doit être épuisé avant le début de la nouvelle saison. Les ventes de pommes de terre de table se poursuivent dans plusieurs segments, comme dans les supermarchés où il y a même eu une pénurie de pommes de terre dans les rayons ces dernières semaines. L'exportation de pommes de terre de semence et de consommation se poursuivra également, lorsque la logistique le permettra. Cependant, le secteur de la restauration s'est complètement effondré dans le monde entier, où nous, les Pays-Bas, sommes l'un des plus grands exportateurs de produits à base de pommes de terre pour ce canal de vente, qui représente 50 % des ventes totales de pommes de terre ».

Canaux de vente alternatifs
Les pommes de terre restent donc chez les producteurs aux Pays-Bas, ce qui pose problème. « C'est une bombe à retardement ! Le stockage des pommes de terre coûte de l'argent, alors que 40 à 50 % des revenus du cultivateur sont liés à la récolte des pommes de terre. Cette montagne de pommes de terre doit disparaître non seulement à cause des coûts, mais aussi pour des raisons phytosanitaires et en prévision de la prochaine saison de pommes de terre. C'est pourquoi, en tant que chaîne de production de pommes de terre, nous nous réunissons avec l'Organisation des grandes cultures (par l'intermédiaire d'un groupe de travail) pour trouver une solution. Nous nous concertons avec le ministère de l'agriculture, de la nature et de la qualité des aliments, car le secteur ne peut pas le supporter seul. Avec ces parties, nous recherchons activement des canaux de vente alternatifs pour cette montagne de pommes de terre. Nous examinons les possibilités dans l'industrie de l'amidon, dans la bio-fermentation ou pour la transformation en aliments pour animaux. Même si l'un de ces canaux de vente alternatifs présente un potentiel, il est toujours impossible d'envoyer toutes les pommes de terre dans cette direction. Ce que nous voulons éviter autant que possible, c'est que l'agriculteur soit obligé de chasser les pommes de terre des champs, ce qui serait également indésirable d'un point de vue phytosanitaire ».

La situation dans le secteur de la pomme de terre est sans précédent et ne s'est jamais produite auparavant. « Je ne travaille dans l'industrie de la pomme de terre que depuis quatre bonnes années, mais j'entends de nombreux collègues dire qu'ils n'ont jamais vécu ça », déclare Dick. « J'ai vu beaucoup de choses dans toute ma carrière : la montagne de beurre dans les années 80, les dégâts des eaux de 1998 qui ont touché de nombreux producteurs ou les bactéries EHEC qui ont fait s'évaporer la demande de légumes de serre, mais tous ces événements ne peuvent être comparés à l'ampleur de ce qui se passe actuellement. Nous avons mis en place notre communication très rapidement à la NAO pour informer au mieux nos membres des mesures à prendre et pour les soutenir là où nous le pouvons ».

Interdiction du CIPC
En attendant, Dick s'inquiète de l'interdiction prochaine de l'utilisation du chlorprophame (CIPC) dans l'industrie de la pomme de terre. « Nous avions déjà mis en place un groupe de travail pour le dossier de l'interdiction du CIPC et maintenant un groupe pour le coronavirus afin d'indiquer l'ampleur du problème. C'est un fichier qui doit être mis à jour en permanence. Aussi parce que nous ne disposons toujours pas d'un autre inhibiteur de germination pour les exportations vers des pays lointains comme l'Afrique de l'Ouest, où sont envoyées en moyenne plus de 200 000 tonnes de pommes de terre par an. La recherche d'une alternative à l'université et à la recherche de Wageningen (WUR) se poursuit donc toujours. Dans le cadre de l'interdiction du CIPC, il est également nécessaire que le stock de pommes de terre ait quitté l'agriculteur avant le début de la nouvelle saison. En effet, nous devons traiter et nettoyer les hangars de stockage afin qu'il ne reste aucune trace de CIPC. »

Pour plus d'informations : 
Dick Hylkema 
Nederlandse Aardappel Organisatie
(Association néerlandaise de la pomme de terre)  Tél. : +31 (0) 70 358 9331
Cell. : +31 (0) 62 299 5775
hylkema@nao.nl  
www.nao.nl  

Date de publication: