Tania Silva d'Agromais sur les défis à relever pendant la saison

Saison difficile pour les pommes de terre et oignons portugais

La saison des pommes de terre et des oignons au Portugal n'est pas des plus agréables. La demande pour ces deux produits n'est pas aussi forte que la saison dernière et en ce qui concerne les oignons, certains producteurs détruisent les récoltes au lieu de vendre à perte.

Selon Tania Silva, directrice commerciale et marketing du négociant portugais Agromais, les pommes de terre ont connu une saison difficile jusqu'à présent : « Au Portugal, cette année a été difficile pour l'industrie de la pomme de terre. Le pays est l'un des premiers pays d'Europe à avoir une nouvelle récolte de pommes de terre. Cela rend le début de la saison difficile car il reste des pommes de terre de stockage de la campagne précédente au moment où les pommes de terre de primeur sont arrivées. Le fait qu'il y ait eu une réduction du secteur HoReCa nous oblige à chercher des alternatives pour pouvoir vendre les pommes de terre. Normalement, le commerce est très fluide au cours des premières semaines ».

Mais tout n'est pas mauvais car le coronavirus a aussi entraîné une hausse de la demande de pommes de terre transformées. « La demande de pommes de terre dans l'industrie de la transformation a augmenté. La quarantaine a déclenché la consommation de frites et de pommes de terre surgelées, ce qui a permis à l'industrie de la transformation d'absorber les volumes proposés, bien que les prix aient été inférieurs à ceux de l'année dernière. Dans l'ensemble, les volumes de pommes de terre au Portugal ont été similaires à ceux de la saison dernière. Nous exportons des pommes de terre vers l'Espagne et le sud de la France ».

En ce qui concerne les oignons, la situation est un peu plus grave. Tania Silva affirme que les producteurs ont activement détruit les produits, car la vente ne leur permettrait pas de réaliser des bénéfices. « La situation de l'oignon au Portugal est beaucoup plus préoccupante car les opérateurs attendent que les écoles redémarrent pour voir comment le marché va évoluer. En raison du manque de flux, certains producteurs sont si désespérés qu'ils détruisent les produits dans les champs ou les vendent en dessous du coût de production. Une grande partie des oignons espagnols est vendue au Portugal, et cette situation pourrait aggraver encore la situation du secteur. L'alternative sera de trouver des moyens de différencier les origines et les qualités ».

Le fait que le principal marché des oignons d'Agromais soit le Royaume-Uni pourrait rendre l'année prochaine encore plus difficile. On ne sait pas encore quel sera l'effet du Brexit sur l'industrie : « Les volumes d'oignons disponibles sont donc activement réduits en détruisant les cultures. Un autre défi pour l'oignon pourrait être le Brexit, car nous fournissons principalement nos oignons au Royaume-Uni. Après décembre, cela signifie que nos volumes d'exportation pourraient être réduits et que nous vendrions les oignons sur le marché intérieur. Nous avons commencé à travailler avec des prix qui sont identiques à ceux de l'année dernière, mais nous avons eu une surproduction cette année-là. Cependant, les prix ont commencé à augmenter maintenant ».

« Agromais est le seul acteur au Portugal à disposer de chambres de conservation pour les pommes de terre et les oignons, ce qui permet de fournir ces produits pendant l'hiver. Nous sommes présents sur ce marché depuis plus de 30 ans, non seulement en fournissant le marché du frais, mais aussi l'industrie alimentaire en général », conclut Tania Silva.

Pour plus d'informations :
Tania Silva
Agromais
Tél. : +351 913 601 031
tania.silva@agromais.pt   
www.agromais.pt 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)