Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.

Sign up for our daily Newsletter and stay up to date with all the latest news!

S'abonner I am already a subscriber
Maarten van Damme, Dacomex :

« Je m'attends à ce que la croissance annuelle de 3 à 5 % des exportations d'oignons se poursuive au cours des prochaines années »

Mardi soir, environ 150 personnes du secteur de l'oignon se sont tournées vers le webinaire de De Groot en Slot. Après une présentation des variétés par Peter Vroegindeweij et une explication des méthodes de protection des cultures par Luc Remijn (Delphy), Maarten van Damme de Dacomex a évoqué les conditions du marché, marqué par un record des exportations. « Les 10.000 tonnes que nous exportions par semaine au début des années 80 sont passées à +40.000 tonnes en 2020, soit la plus forte augmentation des quinze dernières années, avec une croissance annuelle de 3 à 5 % ».

« Les quantités d'oignons vendues sont énormes, avec des exportations de près de 46 000 tonnes au cours de la semaine 45, un record absolu. L'Afrique de l'Ouest est la force motrice, mais le Royaume-Uni et l'Asie du Sud-Est sont également des acheteurs importants, avec une autre année de demande importante en provenance du Sri Lanka et du Bangladesh. En tant qu'exportateurs, nous avons dû faire face à la disparition de destinations comme la Russie en se tournant vers d'autres destinations, donc les oignons sont souvent épuisés avant que la nouvelle récolte ne soit sur le marché. Les Pays-Bas jouent vraiment un rôle de remplaçant dans ce domaine. En cas de pénurie appelez les Pays-Bas, il y a toujours quelques personnes prêtes à livrer des oignons ».

Pour Maarten van Damme, le Brexit est une réelle menace pour les exportations. « La question est de savoir si nous allons continuer à aller au Royaume-Uni avec les mêmes volumes ou si le pays va se développer davantage. Mais globalement, je m'attends à ce que les exportations d'oignons continuent d'augmenter dans les années à venir et je vois que l'augmentation annuelle de 3 à 5 % se maintient. Dans les prochaines années, nous continuerons à nourrir de plus en plus de bouches et les Pays-Bas peuvent jouer un rôle important en tant qu'exportateur. Les autres pays ne sont pas en reste ; lLe Maroc progresse bien et approvisionne actuellement toute l'Afrique de l'Ouest. La Chine a également fourni des oignons aux Pays-Bas l'année dernière. Il est important que nous ne nous excluions pas du marché, car d'autres pays pourraient alors rapidement prendre notre place ».

Pour pouvoir approvisionner le monde en oignons, une plus grande surface sera nécessaire. « Cette année, la qualité est globalement bonne, mais nous constatons davantage de différences entre les régions de culture. Dans le passé, les meilleurs rendements provenaient de l'argile lourde, mais nous constatons maintenant une légère diminution du rendement. La qualité de l'argile zélandaise est toujours bonne, mais il y a aussi un fusarium plus précoce et les oignons provenant du sable ont une pression de maladie nettement moindre. Nous voyons assez rapidement si les oignons proviennent du sable ou de l'argile. Il est bon qu'il y ait des innovations en matière de qualité, de durée de conservation et d'amélioration des variétés. Nos oignons restent parfois dans des caisses pendant trois à quatre semaines, il est donc important de pouvoir en garantir la qualité ».

« Nous devrons également surveiller de près la qualité vers le printemps, après une saison de croissance spéciale. Il est possible que certains problèmes de qualité soient mis en évidence ici et là. Nous sommes tous très occupés en ce moment, mais les pays qui sont maintenant principalement sur le marché - l'Afrique de l'Ouest, les Caraïbes et l'Asie, vont diminuer fortement en janvier. Si, plus tard, nous avons encore 30 % de la demande de l'Afrique de l'Ouest en février et mars, nous serons très heureux. La grande question est bien sûr de savoir quelles seront les conséquences sur le prix ».

Pour plus d'informations :
Maarten van Damme
Dacomex
Provincialeweg 46
4695 RK Sint-Maartensdijk
Tél. : +31 (0) 166-662550
maarten@dacomex.nl
www.dacomex.nl

Date de publication: