Pour la 24ème année consécutive, une enquête des stocks est menée par la Fiwap , le Carah le PCA et l’Inagro auprès de 208 producteurs belges de pomme de terre.

1. Bintje chute du podium

En Wallonie
Sur base des estimations d’emblavements 2020 en Wallonie (43.716 ha de pommes de terre de consommation - chiffres SPW, déclarations PAC) le taux d’échantillonnage de l’enquête téléphonique est de 17,8 % de la surface totale cultivée en pomme de terre de consommation en Wallonie. 

81 agriculteurs ont accepté (et ont pris le temps, certains arrachaient leurs derniers hectares) de répondre à l’enquête sur l’ensemble de la Wallonie, avec une proportion représentative des surfaces pour chaque province sondée (Hainaut 52, Brabant wallon 10 ; Namur 11 ; Liège 8). 

En variétés industrielles, Fontane poursuit sa progression avec quasi 50 % des surfaces. Elle est produite par deux tiers des producteurs enquêtés. Elle relègue loin derrière Innovator (15 % des surfaces, stable) et Challenger (12 %, en recul). Bintje (8 %) poursuit sa baisse et est à présent talonnée par Markies (7 %) qui progresse lentement mais sûrement. Lady Claire est inchangée à 2,5%. Toutes les autres variétés occupent moins de 0,5 %, avec une série de nouveautés : Heraclea, Lady Allicia, Kingsam, Maverick, Risoletto, Tiger. Par contre, Royal, Divaa, Victoria, VR808 et Crisper ont disparu de la production des producteurs enquêtés. 

En variétés du marché du frais, on retrouve les 5 mêmes variétés aux 5 premières places (mais un peu en désordre) : Hansa, Nicola, Jazzy, Alegria et Annabelle). Deux nouveautés dans la liste complète : Zen et Bernadette.

Selon l’enquête, environ 1,5 % des surfaces en Wallonie restait à récolter au 15 novembre, soit +/- 600 ha, dont 0,5 % considérés comme définitivement perdus.

Tableau 1 : Bilan des emblavements par variété cultivée par les agriculteurs enquêtés en Wallonie en 2020 :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau 2 : Répartition des variétés par province dans l’enquête :

Selon l’enquête, la part contractée dans la production wallonne de pommes de terre de conservation 2020 est de 82 %, elle était de 71 % l’an dernier, et de 80 % en 2018. La moyenne des 5 dernières années s’élève à 71 %. Les faibles rendements cette année limitent de nouveau les volumes libres. La situation actuelle se rapproche assez bien de la production 2018 (80 % de volumes contractés). Cette année, Bintje est contractée à 70 %, Fontane à 79 % et les autres variétés de conservation à 88 %.

En Flandre
Le PCA/Inagro a contacté 127 agriculteurs, pour 4.614 ha, soit 8,6 % de la surface totale des pommes de terre de consommation. Les hâtives montrent une très forte baisse des surfaces qui ramène leur superficie à 7.200 ha contre plus de 9.000 ha l’an dernier ; Amora domine le segment, devant Première. En variétés de conservation, le trio de tête est dominé par Fontane (58 %) largement devant un quatuor serré composé de Bintje (7 %), Challenger (7 %), Innovator (6 %) et Markies (6 %, stable). Viennent ensuite Felsina et VR808 (chacune 2 %). Les variétés pour le marché du frais restent très marginales. La production flamande de pommes de terre de conservation est contractée à hauteur de près de 70 % (toutes variétés), contre 62 % l’an dernier et 72 % en 2018. Bintje est contractée à 62 %, Fontane à 67 % et les autres variétés de conservation à 74 %. La proportion moyenne contractée des 5 dernières années en Flandre est à 63 %.

Au 15 novembre il restait environ 2,5 % des surfaces à récolter en Flandre, soit plus de 1300 ha, dont 0,5 % considérés comme définitivement perdus.

2. Production belge 2020 estimée à 4,34 millions de tonnes

Compte tenu des proportions de surfaces et des rendements par variétés principales, la production totale 2020 de pomme de terre de consommation belge (hâtives comprises) est estimée à 4,34 Mt (voir tableau 3), en baisse de 70.000 tonnes (soit -1,6 %) par rapport à l’an dernier. Elle est très semblable à la moyenne des 3 dernières années (4,32 Mt), et en hausse de 220.000 tonnes (soit +2,9 %) par rapport à la moyenne des 5 dernières années.  
Le rendement moyen brut 2020 sortie champ (hâtives comprises) est évalué à 44,7 t/ha, très semblable à l’an dernier et à la moyenne des 3 dernières années (45,0 t/ha). Sur les 5 dernières saisons, la moyenne est de 46,1 t/ha.   

Tableau 3 : Estimation de la production belge de pommes de terre de consommation (hâtives comprises) :

(1) Sources surfaces : déclarations régionales PAC ;
(2) Source rendement : enquête stocks Fiwap / Carah / PCA (sauf hâtives : parcelles de référence PCA).

La production 2020 de hâtives est évaluée à 290.000 tonnes, et celle de Bintje à seulement 280.000 tonnes (voir tableau 4). Fontane fournit plus de 50 % de la production belge).

Tableau 4 : Surfaces, rendements et productions 2019 estimés par (type de) variété en Belgique :

Important : il s’agit du rendement brut sortie champ ! Le suivi des parcelles de référence a montré des tares pommes de terre plutôt faibles (de 2 à 5 % selon les variétés). Mais les conditions difficiles de récolte (trop sèches d’abord, trop mouillées ensuite), ont pu endommager la qualité (coups, pourritures…). Les pertes en stockage dues à la difficile maîtrise de la germination sans CIPC pourront aussi être plus élevées que la normale. A suivre dans les prochains mois…
Notons aussi que l’enquête confirme des différences considérables entre régions, avec des rendements moyens (toutes variétés confondues) de l’ordre de 5 t/ha plus élevés en Flandre qu’en Wallonie. Tout comme l’an passé, les parcelles de référence suivies en culture avaient déjà mis cela en évidence.

Selon l’enquête, 75 % du volume produit en Belgique en variétés de conservation est contracté. C’est plus que l’an dernier (66 %) et comparable à 2018 (76 %). Fontane est contractée à 72 %, Innovator à 88 %, Challenger à 76 %, Bintje à 66 % et les autres variétés en moyenne à 80 %. Tous ces pourcentages sont en hausse par rapport à 2019.

3. Estimation des stocks au 15 novembre

Toutes variétés confondues, les stocks belges au 15 novembre sont estimés à 3,25 Mt, très semblable à l’an dernier et à la moyenne des 3 dernières années. Cela représente 80 % de la production brute initiale. La part contractée est importante (2,41 Mt), ce qui ne laisse que 840.000 tonnes de libres. Les marchés ont dégagé depuis le début de saison environ 800.000 tonnes, dont seulement 170.000 tonnes achetées en libre (le plus faible chiffre de ces 6 dernières années). Covid-19 et difficultés de récolte ont clairement réduit les achats hors contrat.

Fontane : avec près de 2,0 Mt, Fontane domine les stocks actuels. La variété ayant poursuivi sa progression en surfaces, les stocks sont évidemment plus élevés que l’an dernier (1,55 Mt) et que la moyenne pluriannuelle de 3 ans (1,42 Mt). Environ 240.000 tonnes de Fontane ont été dégagées depuis le début de la récolte (dont seulement 60.000 tonnes en libre), comparable à l’an dernier (260.000 t). Les stocks actuels représentent 89 % de la production initiale, et sont essentiellement contractés (64 % contrats, 25 % libre).

Innovator : selon l’enquête, il y aurait 240.000 tonnes d’Innovator dans les hangars belges au 15 novembre, dont 220.000 tonnes sous contrat, et seulement 20.000 tonnes libres. Le stock représente moins de 60 % de la production initiale, car plus de 40 % ont été dégagés en sortie champ et début novembre.

Challenger : les stocks de Challenger sont estimés à 250.000 tonnes, soit quasiment les 2/3 de la production initiale. Ils sont majoritairement contractés (à plus de 70 %), de sorte que les volumes libres sont évalués à 70.000 tonnes (soit 18 % de la récolte initiale). Les marchés ont dégagé jusqu’ici 140.000 tonnes de Challenger, dont 20.000 tonnes en libre et 120.000 tonnes sous contrats.

Bintje : le stock de Bintje au 15 novembre est estimé à seulement 240.000 tonnes, dont 150.000 tonnes sous contrat, et 90.000 tonnes libres. C’est encore un peu moins que l’an dernier (stocks de l’ordre de 300.000 tonnes). Depuis le début de la saison, les marchés n’auraient dégagé que 40.000 tonnes de Bintje (soit 15 % de la récolte initiale). C’était encore 100.000 tonnes l’an dernier, 190.000 tonnes en 2017 et 330.000 tonnes en 2014… Le marché de Bintje devient un marché de niche, sur lequel les utilisateurs spécialisés (notamment pour la transformation en frites fraîches, ou pour l’épluchage) doivent contracter de plus en plus avec les producteurs, et rivaliser pour les faibles volumes libres produits.

Autres variétés (Markies, Lady Anna, variétés à chips et variétés du marché du frais) : au 15 novembre, on estimait leur stock à 540.000 tonnes, soit 72 % de la récolte initiale. Les volumes dégagés depuis le début des arrachages sont estimés à 210.000 tonnes, essentiellement sous contrat (170.000 tonnes). Les stocks actuels sont à 80 % contractés, ce qui ne laisse que 110.000 tonnes de libre. Pour ces variétés, les surfaces ont tendance à se stabiliser ces dernières années autour de 17.000 ha.

4. Conclusions 

Sur base de l’enquête du 15 novembre auprès de 207 agriculteurs belges menée par la collaboration Fiwap/Carah/PCA/Inagro, la production nationale brute de pommes de terre de consommation (toutes variétés) s’élève à 4,34 millions de tonnes. Au moment de l’enquête, de l’ordre de 1,5 % restaient à récolter (soit entre 1.000 et 1.500 ha), dont 0,5 % (soit +/- 500 ha) sont considérés par les producteurs comme définitivement perdus. Au rendement moyen des variétés de conservation (45,1 t/ha), cela représente une perte de production de l’ordre de 20.000 tonnes. La récolte belge 2020 peut donc être estimée à 4,32 Mt, en baisse de 2,0 %. Cette diminution résulte d’une légère baisse des superficies (-1,0 %) et du rendement (-0,6 %), et des pertes de non-récolte (-0,4 %). 
Dans la production belge, Fontane est devenue très dominante avec 2,22 Mt à elle seule (soit plus de 50 % !), tandis que Bintje ne représente plus que 6 % de la production nationale. 
Le rendement moyen (hâtives comprises) atteint 44,7 t/ha, un chiffre finalement correct compte tenu de la sécheresse et de la canicule subies en culture.  Les différences entre variétés sont considérables, aux dépends de Bintje, et au profit de Fontane et Challenger, Innovator étant intermédiaire. L’enquête a aussi confirmé les rendements meilleurs en Flandre qu’en Wallonie, tout comme en 2019.
 
Les stocks au 10 novembre étaient évalués à environ 3,25 Mt, très semblable à l’an dernier, soit 600.000 tonnes de plus que l’an dernier, et à la moyenne des 3 dernières années. Les marchés ont dégagé 1.090.000 tonnes (hâtives comprises), soit un peu moins que l’an passé, et semblable à la moyenne des 3 dernières années. Enfin, on estime que les proportions contractées sont nettement plus élevées cette année (dans la production initiale comme dans les stocks actuels). C’est plutôt une bonne nouvelle compte tenu des incertitudes quant aux besoins des marchés (proches et lointains) perturbés par la pandémie.

Message élaboré par la Fiwap dans le cadre du Centre Pilote Pomme de terre cofinancé par le SPW. Sources : Fiwap (Gembloux), Carah (Ath) et PCA/Inagro (Kruishoutem - Beitem).


Pour plus d'informations :
FIWAP
www.fiwap.be