Alberto Torres, associé fondateur du CVVP :

« Nous souhaitons étendre le calendrier de production de la Nadorcott en Espagne et au Portugal »

En janvier débutera la récolte de l'une des mandarines phares de la deuxième partie de la campagne des agrumes dans la péninsule ibérique : la Nadorcott, une variété protégée gérée en Espagne et au Portugal par le Club de Variedades Vegetales Protegidas (CVVP).

« La Nadorcott est devenue une icône parmi les variétés protégées car elle a été la première variété d'agrumes pour laquelle les producteurs et les emballeurs ont décidé de créer un club pour sa gestion et sa défense. Celui-ci a d'ailleurs rencontré un grand succès et est devenu un exemple à suivre au niveau mondial », déclare Alberto Torres, fondateur du CVVP, créé fin 2008 et qui rassemble plus de 1 000 producteurs et conditionneurs de cette variété. « Le Club de Variedades Vegetales Protegidas (Club des variétés végétales protégées) est désormais une entité réputée et très exigeante qui a jeté les bases de l'agriculture avec des licences en Espagne et dans le monde ».

Actuellement, la superficie consacrée à la production des Nadorcotts dans la péninsule ibérique est estimée à environ 6 600 hectares répartis entre les régions espagnoles d'Andalousie (avec Huelva et Séville en tête), de Murcie, la région de Valence et de Tarragone, et le Portugal. Le volume total de cette campagne est estimé à 215 500 tonnes, contre 213 526 tonnes l'année dernière.

La récolte de cette mandarine se déroule normalement de janvier à avril, bien que cette année, comme c'est le cas pour pratiquement toutes les autres variétés de mandarines et de clémentines, la Nadorcott soit arrivée plus tôt. « Le développement du fruit sur l'arbre a été avancé d'environ 10 jours, mais l'un des avantages de la Nadorcott est que vous avez environ 4 mois pour la récolter sans qu'elle perde ses propriétés organoleptiques », explique Alberto.

Le problème est que, malgré les prévisions initiales, la situation sur le marché de la mandarine est plus difficile cette année. Des variétés comme la Clemenules et la Clemenvilla ont donné des volumes de production élevés qui pourraient interférer avec le début de la campagne de commercialisation de la Nadorcott. Mais la force de cette mandarine et le fait qu'elle reste en bon état dans l'arbre permettent de retarder la récolte.

« La variété est si incroyablement forte que commencer le 20 février au lieu du 20 janvier ne pose aucun problème. Je ne pense pas que nous trouverons un jour une variété qui se distingue autant parmi les agrumes. Les détaillants aimeraient avoir cette variété toute l'année. Elle garantit la satisfaction du client et très peu de problèmes pour le distributeur, avec peu de rejets et une longue durée de conservation ».

Selon Alberto Torres, le Club a contribué au succès de la mandarine de Nadorcott grâce à son modèle de gestion, basé sur le contrôle de la production pour assurer la rentabilité à tous les maillons de la chaîne de valeur, permettant aux producteurs de recevoir une juste rémunération pour leur travail.

« La grande différence avec la Nadorcott est que l'objectif du Club a toujours été d'ajouter de la valeur au fruit, en évitant que la variété ne se développe de manière incontrôlée en limitant la superficie. Pour d'autres variétés, les titulaires de licences principales se concentrent davantage sur la vente de plants et l'octroi de licences », explique Alberto.

Malgré les avantages offerts par la Nadorcott, l'expansion d'autres variétés tardives de qualité, telles que la Tango ou l'Orri, et la concurrence croissante qu'elles représentent nous obligeront à élaborer de nouvelles stratégies dans les années à venir pour protéger la position de cette variété protégée.

« Parmi ces variétés, la Tango est celle qui se rapproche le plus de la Nadorcott, bien que, d'un point de vue agronomique, elle n'atteigne pas sa productivité ni ses tailles, et il n'existe pas de modèle de gestion pour protéger et contrôler son expansion. Avec l'apparition de ces variétés, nous serons confrontés à une concurrence accrue ; c'est pourquoi l'un de nos objectifs est que l'offre de fruits ne soit pas limitée aux mois de janvier, février et mars, mais qu'elle puisse être étendue aux mois d'avril et mai », conclut Alberto Torres.

Pour plus d'informations :
Club de Variedades Protegidas (CVVP)
Tél. : +34 960 61 93 35
cvvp@cvvp.es


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)