Alberto Casanova, de Frutas Manzano, à propos des exotiques espagnols :

« Nous avons la chance d'avoir un produit de niche que peu de producteurs cultivent »

La Costa Granadina et une partie de l'Axarquía de Malaga concentrent la majeure partie de la zone destinée à la culture des chérimoles en Espagne, qui s'est désormais imposée comme le leader mondial de la production de ce fruit originaire d'Amérique du Sud.

« La campagne des chérimoles se déroule de septembre à mai »,  déclare Alberto Casanova, chef du département Import-Export de Frutas Manzano, une entreprise spécialisée dans les fruits exotiques et une référence nationale dans la commercialisation des chérimoles et des avocats. « Les volumes ont tendance à être plus importants entre la mi-septembre et la mi-novembre, lorsque la production atteint son maximum. Ensuite, ils diminuent et augmentent de nouveau à la mi-mars. Actuellement, les volumes de fruits sont plus faibles, mais ils nous permettent d'avoir une production continue pendant 8 à 9 mois par an ».

La demande a été bonne tout au long de la saison de commercialisation. « Nous avons la chance d'avoir un produit de niche que peu de producteurs cultivent, car il est toujours très demandé. De plus, l'offre est très concentrée, ce qui nous aide ».

Il explique également que les prix n'avaient pas été affectés de manière significative par le contexte complexe déclenché par la deuxième vague de coronavirus et l'adoption de nouvelles restrictions dans toute l'Europe, qui se sont développées parallèlement à la campagne nationale du chérimole. « Globalement, le secteur agroalimentaire et les produits avec lesquels nous travaillons n'ont pas été véritablement touchés par la pandémie ».

« En fait, au début de la crise sanitaire, les prix de différents produits, comme l'avocat, ont augmenté parce qu'il y a eu des retards dans les expéditions en provenance d'Amérique du Sud à cause des confinements et ils ont suivi cette tendance. En outre, la production de ces produits n'est pas très importante. Certaines parties du secteur ont été touchées, comme le canal HoReCa. Beaucoup de nos clients qui passaient des commandes quotidiennes ou hebdomadaires ne commandent plus. Mais la demande a été compensée par d'autres canaux et, en fin de compte, la consommation totale n'a pas beaucoup changé ».

La demande de chérimoles augmente à Noël, juste au moment où la production, sensible au froid, est au plus bas. « C'est un problème que nous avons. Les clients demandent beaucoup de fruits une cette période où il y en a vraiment moins. Malheureusement, le chérimole n'est pas comme l'avocat, que vous pouvez garder sur l'arbre pendant des mois. Vous devez le cueillir au bon moment ».

Début de la campagne espagnole pour l'avocat Hass 
La campagne subtropicale espagnole est complétée à cette époque par l'avocat Hass, un autre produit important pour Frutas Manzano. « La récolte nationale d'avocats commence dès maintenant. Nous  avons récolté un petit volume le mois dernier, mais c'est maintenant, au début de l'année, que l'avocat est à son pic et atteint un très bon point de maturité. C'est aussi le moment où les marchés commencent à en demander davantage ».

En fait, les volumes d'importation de Colombie, du Mexique et du Chili diminuent considérablement, ce qui favorise une plus grande demande d'avocats espagnols. « En outre, les pluies de cette semaine font que le marché change rapidement. Les prix augmentent beaucoup et on s'attend à ce qu'ils soient élevés pendant plusieurs semaines voire mois car chacune de ces origines disparaît progressivement du marché jusqu'à ce que le Pérou entre sur le marché ». L'arrivée des avocats du Pérou représente généralement un tournant et le début de la production estivale.

« Le Pérou entre sur le marché à la fin du mois de mars avec de faibles volumes, mais il y a un afflux d'avocats péruviens de la mi-mai à la mi-juillet. L'important est que les expéditions se fassent de manière ordonnée. L'arrivée massive d'avocats serait contre-productive pour nous et pour eux car elle entraverait le marché et ferait fortement baisser les prix ».

« Il semble que le Pérou se concentre sur de nouveaux marchés, comme la Chine, dont la consommation augmente beaucoup, ce qui est bon pour nous et très intéressant pour l'Europe. Si les envois sont répartis entre l'Europe, les États-Unis et la Chine et que ceux vers l'Europe sont effectués de manière ordonnée, nous pourrions avoir des prix plus constants et plus raisonnables ».

La mangue espagnole a besoin de plus de promotion
La saison de la mangue espagnole, qui a débuté en septembre, s'est achevée fin novembre. Ainsi, l'entreprise basée dans la municipalité de Salobreña travaille actuellement avec des mangues importées. « Pratiquement tout notre approvisionnement vient du Brésil, bien que nous commencions à recevoir la variété Kent du Pérou. Il semble qu'il y ait moins de production cette année, ce qui serait positif pour les prix car ils ont tendance à baisser chaque année à cette époque. L'année dernière, ils sont tombés à 2 ou 3 euros par boîte. Maintenant, ils sont à 4 ou 5 euros par boîte, ce qui est un prix moyen voire bas, mais qui reste raisonnable ».

Ces dernières années, la mangue nationale a également atteint des prix relativement bas. Toutefois, sa qualité est spectaculaire par rapport à la mangue importée.

Selon Alberto Casanova, c'est la raison pour laquelle le secteur espagnol doit faire un effort supplémentaire pour lui donner la valeur ajoutée que possède la mangue cultivée dans la péninsule, qui se distingue en Europe par sa qualité et son point de maturité.

« Les supermarchés en Europe veulent la mangue à un certain prix et ils font toutes sortes d'efforts pour qu'elle le reste. Il y a toujours de la production, et quand la récolte espagnole arrive, ils essaient de ne pas payer trop cher. Il y a un pourcentage croissant de clients qui préfèrent la mangue nationale pour sa qualité, et qui n'hésitent pas à payer 2 ou 3 euros de plus par boîte ».

D'importants efforts de promotion sont faits mais ne sont pas suffisants. « Il sera très difficile de différencier les prix des mangues en fonction de leur origine tant que les consommateurs européens n'exigeront pas que les chaînes de supermarchés proposent des mangues espagnoles. C'est une question compliquée, mais la perception qu'on a de la mangue espagnole commence à changer après des années de promotion et de consolidation de sa qualité ».

Pour plus d'informations : 
Alberto Casanova  
Frutas Rafael Manzano e Hijos S.L.
Poli. Ind. « La Gasolinera », 43-44
Salobreña (Grenade)
Tél. : +34958612597
alberto@frutasmanzano.com 
www.frutasmanzano.com 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)