L'offre d'aubergines, de concombres et de courgettes reste limitée à Almeria

« Le volume de travail à Almería a diminué de 40 à 50 % depuis les gelées »

Le temps conditionne une fois de plus le développement de la campagne horticole actuelle dans les serres d'Andalousie. La saison a déjà connu un début difficile, car les températures chaudes sur tout le continent ont permis de prolonger les saisons européennes, et un automne exceptionnellement doux a entraîné une trop forte augmentation des volumes de certains légumes, comme les concombres. Cela a fait baisser les prix à un point tel que 30 % de la production ont dû être retirés. Aujourd'hui, les plantes ont subi l'impact du froid provoqué par la tempête Filomena, qui a ralenti la production de légumes. Cette situation a entraîné un ralentissement de l'activité du secteur et certaines hausses de prix.

« L'offre est limitée, surtout en ce qui concerne les aubergines, les concombres et les courgettes », déclare Ginés González, directeur de l'entreprise Hortisol, basée à Almeria. « Il n'a pas neigé ici, mais ces trois légumes sont sensibles au froid et leur production est au point mort. Nous avons constaté une augmentation sensible des prix en raison de la pénurie de produits ». Selon M. Ginés, les basses températures ont provoqué une baisse des volumes d'environ 50 % par rapport à ce qui était disponible les semaines précédentes.

Lors des différentes ventes aux enchères dans la province d'Almería, des prix exorbitants ont été atteints. Ils ont dépassé 4 €/kg dans le cas des aubergines, ou 3 €/kg dans celui des courgettes, dépassant de loin les chiffres enregistrés au cours des mêmes semaines de l'année dernière. « Bien sûr, ce sont les prix aux enchères. Les prix convenus dans les programmes ont été respectés. Il y a eu très peu de production pour le marché libre, puisque pratiquement toute la production est allée aux chaînes de supermarchés par le biais de ces programmes. De toute façon, il y a toujours eu des pénuries de volume. En fait, une pénurie de légumes a été signalée dans divers supermarchés au Royaume-Uni, en Belgique ou aux Pays-Bas en raison de la baisse de la production en Espagne, principal fournisseur de légumes en Europe pendant la saison hivernale.

Poivrons et tomates. « Il pourrait y avoir une pénurie sur le marché de la tomate entre mars et avril »
Contrairement aux concombres, courgettes et aubergines, les poivrons et les tomates ont connu une relative stabilité pendant cette période, bien qu'ils aient également subi l'impact de la tempête et de la vague de froid.

« Les prix du poivron sont plus stables, avec peut-être une légère tendance à la baisse. Il y a des poivrons dans les champs, et ceux-ci n'ont pas souffert du froid. Seule la pluie a fait quelques dégâts, car, bien que nous travaillions sous plastique, nous ne sommes pas couverts à 100 % et il arrive un moment où nous ne pouvons pas travailler dans les serres. Cela signifie que, dans l'ensemble, le volume de travail a été réduit de 40 à 50 %",. Dans le cas des tomates, il y a également un manque de volumes car le processus de maturation a été ralenti. Actuellement, les producteurs ne peuvent pas récolter une fois par semaine sur chaque plante, mais une fois toutes les deux semaines », explique le directeur d'Hortisol.

En tout cas, les tomates de la province semblent perdre du terrain en termes de superficie au profit d'autres produits, comme les poivrons. « La culture de la tomate nécessite plus de main-d'œuvre que celle des autres légumes. De plus, on ne produit pas beaucoup de kilos au m² et les prix n'ont pas été rentables ces dernières saisons. En outre, la production espagnole est confrontée à une concurrence croissante de produits de qualité supérieure provenant de pays comme les Pays-Bas ou la Belgique, ainsi que des productions du Maroc et de la Turquie. Je considère la Turquie comme plus menaçante que le Maroc ».

Selon le directeur de l'entreprise Aguadulce, qui commercialise des fruits et légumes d'Almeria en Europe, principalement en Allemagne, en France et dans les pays baltes, l'interruption de la croissance des plantes durera les deux prochaines semaines, après quoi le processus de production reprendra. « Néanmoins, il pourrait y avoir un vide sur le marché de la tomate fin mars / début avril ».

Pour plus d'informations : 
Ginés González
Frutas Hortisol S.L.
Tél. : +34 950550234
Cell. : +34 670626792
gines@frutashortisol.es 
www.frutashortisol.es 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)