Manuel Cerpa, de Berry Dealer : « Les programmes de myrtilles espagnoles vont continuer à être bons en mai et juin »

« La pénurie de myrtilles à Huelva a duré pratiquement 80 % de la saison »

La saison de la myrtille est en cours à Huelva, avec des perspectives intéressantes à mesure de sa progression. Ces bons résultats devraient se poursuivre au cours du mois et même du suivant.

« Cette année, la tempête Filomena, qui a traversé la péninsule ibérique en janvier, entraînant une chute des températures, a retardé la production des variétés précoces pendant plus d'un mois. Parallèlement, le froid a avancé la production des variétés tardives », explique Manuel Cerpa, de l'exportateur de fruits Berry Dealer, basé à Séville.

« Les principales entreprises du secteur ont convenu qu'il s'agissait d'une campagne à risque, dans la mesure où, à cette époque, il semblait que toutes les variétés allaient arriver en avril, et que les variétés précoces et tardives enregistreraient des pics de production au même moment. »


Manuel Cerpa et Pablo González, respectivement directeur commercial et gérant de BerryDealer.

« Or, les températures de mars et avril ont été très douces. Si les myrtilles n'ont pas de soleil, de lumière et des températures idéales supérieures à 25 ºC, elles mûrissent à un rythme plus lent, si bien que le pic que nous attendions n'a finalement pas été atteint », explique Manuel. « En ce moment, la production des variétés précoces comme la Snowchaser ou la Windsord est déjà terminée ou est sur le point de l'être. Celle des variétés de mi-saison comme la Ventura, l'Emerald ou la Jewel tourne à plein régime à deux semaines de la fin. En ce qui concerne les variétés tardives, les premières myrtilles des variétés qui étaient à un stade de développement plus avancé sont déjà récoltées, tandis que la récolte des variétés tardives commencera dans une dizaine de jours », indique le directeur commercial.

Par conséquent, les perspectives sont très bonnes pour le reste de la saison, qui, selon Manuel Cerpa, « devrait être marquée par la stabilité jusqu'à la fin.  »

Forte demande du marché
Selon l'expert, la demande pour ce fruit a continué d'être très forte cette année et, bien qu'il ait été initialement annoncé que la production de myrtilles de cette saison à Huelva allait augmenter de manière significative par rapport à la précédente, « la pénurie a sévi pendant pratiquement 80 % de la campagne. »

« Les projections tablaient sur une année avec un volume supérieur de 40 à 50 % en raison de l'âge des arbres, des hectares en production et des variétés plantées - surtout en tenant compte des chiffres antérieurs - mais cela n'a pas été le cas. La production a été insuffisante et l'offre lente et stable, sans pics. Mais le plus important est que les prix sont restés stables ».

En fait, les myrtilles sont la baie la plus performante à Huelva cette saison. « La framboise a également connu une bonne année, notamment du fait de prix bons pendant l'hiver. Il y a eu une pénurie de fruits, et ceux qui étaient disponibles étaient de bonne qualité. Quant aux fraises, les prix de cette année sont très bons jusqu'à présent, mais le secteur n'est pas aussi confiant. La plupart des producteurs de Huelva sont mécontents à cause des faibles volumes. Bien que les prix aient été bons, les problèmes de qualité et les faibles taux de production (certaines variétés enregistrant jusqu'à 50 % de baisse) ont tout de même entraîné des résultats finaux médiocres. »

Retards de rendement des myrtilles en Europe
Si les températures printanières ont permis à la campagne de myrtilles de Huelva d'éviter la concentration de l'offre que l'on craignait en début d'année, dans le reste de l'Europe, la météo ne se montre pas aussi indulgente, retardant à la fois les productions en pleine terre et celles sous tunnels.

« Les productions sous serre, situées essentiellement en Belgique et aux Pays-Bas, tirent leur épingle du jeu. Ces pays ont déjà commencé avec leurs propres fraises, coupant court à la campagne espagnole. Cependant, dans les autres pays, la demande reste forte, avec des programmes encore élaborés pour une partie du mois prochain, vu qu'ils ne savent pas encore quand ils auront leurs propres productions et qu'ils sont conscients qu'ils devront continuer à importer », précise le professionnel.

« La production de myrtilles arrive avec entre 15 et 20 jours de retard dans de nombreuses régions d'Europe ce qui va garantir le maintien de l'Espagne sur le marché pendant tout le mois de mai et juin. Et avec de bons programmes. »

L'Europe est la principale destination des myrtilles de Berry Dealer, qui expédie également par avion les baies produites dans l'ouest de l'Andalousie vers le Moyen-Orient et l'Asie, en complément de la campagne d'exportation. Quoi qu'il en soit, les efforts du secteur pour trouver de nouvelles destinations aux myrtilles de Huelva, qui ont conduit à l'ouverture récente du marché brésilien, offrent de nouvelles opportunités à cette entreprise exportatrice.

« Nous entamons déjà des négociations pour initier des relations au Brésil. Nous avons du potentiel là-bas et nous sommes en train d'étudier le protocole pour répondre aux exigences et pouvoir y plonger », déclare Manuel. « Je suis totalement convaincu que ce sera un pays à prendre en compte à l'avenir ».

Pour plus d'informations :
Manuel Cerpa
BerryDealer
sales@berrydeale.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)