José María Naranjo, de Tany Nature : « On ne peut pas produire à perte pour la campagne »

« Cette année, les consommateurs peuvent compter sur des prunes de qualité dès le départ de la saison »

La campagne de prunes évolue en Espagne dans un contexte très favorable, tandis que les autres types de fruits à noyau ont vu leur production réduite sur l'ensemble du continent européen en raison de conditions climatiques difficiles au printemps. L'Estrémadure, et plus précisément Badajoz, est le « berceau de la prune en Europe », comme le définit José María Naranjo, directeur des ventes et du développement du marché chez Tany Nature. Après avoir débuté en Andalousie occidentale avec la campagne sur les variétés précoces, c'est dans cette région que l'entreprise va déplacer ses opérations de récolte.

« L'année dernière, la production était limitée et la qualité était plutôt faible. Cette année, nous avons une récolte ordinaire, mais ce qui compte le plus, c'est sa qualité », explique le professionnel. « Pendant l'hiver, nous avons eu les heures de froid nécessaires pour maintenir la production à flot, sans aucun incident climatique, ni au moment de la floraison ni pendant la période de maturation des fruits, contrairement à ce qui s'est passé cette année pour de nombreuses zones de culture qui ont été touchées par des tempêtes et des gelées. Tout cela nous a permis d'obtenir une qualité exceptionnelle : de l'intérieur du fruit, où on ne trouve aucun type de problème lié à des déséquilibres physiologiques, à l'extérieur, car nous n'avons pas non plus de problèmes dus au pâturage ou à la grêle. Dès le premier instant, le consommateur déguste une prune de qualité », souligne-t-il.

Selon José María, la production de fruits à noyau de l'entreprise devrait atteindre 68 millions de kilos cette saison, qui durera jusqu'en novembre. Dès la semaine prochaine, la récolte commencera dans les cultures de Vegas Altas, lesquelles auront atteint leur maturité optimale pour être commercialisées. « Cependant, certains producteurs font l'erreur de prendre de l'avance et commencent à cueillir les fruits avant le moment optimal. C'est un problème chronique dans ce secteur : au cours d'une année où la qualité est spectaculaire, où les fruits atteignent une bonne coloration et ont de bonnes qualités très tôt, on peut faire l'erreur de récolter avant l'heure  », prévient-il.

« Il est important de souligner que chez Tany, étant à la fois producteurs et conditionneurs, nous pouvons gérer la campagne de manière efficace et surtout durable. En effet, l'un des grands concepts pour nous est la durabilité, entendue selon trois piliers fondamentaux : la durabilité économique pour assurer la rentabilité du champ, afin que nous puissions innover et surprendre nos clients chaque année ; la durabilité environnementale ; et la durabilité sociale, car chaque hectare de culture génère 1,5 emploi, ce qui nous permet d'éviter le dépeuplement des zones rurales ».

« Les producteurs ont compris qu'ils ne peuvent pas produire en dessous des coûts, car ceux-ci augmentent chaque année ».

Tany Nature est fortement orientée vers l'exportation. Leurs prunes, produit phare de leur gamme de fruits à noyau, sont commercialisées sur 58 marchés mondiaux. Toutefois, l'année dernière a été turbulente à de nombreux niveaux pour l'ensemble du secteur exportateur de la communauté autonome qui, en plus de faire face à l'énorme défi posé par la pandémie et à l'incertitude provoquée par le Brexit - et qui a continué jusqu'à l'accord conclu in extremis avec l'Union européenne - a dû faire face à la fermeture du marché brésilien aux prunes espagnoles. Le tout plongé dans une inquiétante crise de la rentabilité.

« Tous les produits ont connu une augmentation significative des coûts au cours des dernières années, non seulement au niveau des salaires avec une hausse de 38 % mais également des intrants qui ont augmenté d'environ 18 %. Nous parlons de coûts très élevés (56 % au cours des deux dernières années). Il s'agit d'une dérive particulièrement problématique. C'est pourquoi l'agriculteur doit fixer un prix décent pour son produit ».

« En Estrémadure, 2 800 hectares d'arbres fruitiers à noyau ont été arrachés l'année dernière. Mais outre les arbres, ce sont les producteurs de fruits qui ont été déracinés et qui ont dû cesser leur activité », souligne-t-il. « Les producteurs de fruits à noyau perdent en rentabilité depuis des années et cela ne peut être supporté que jusqu'à un certain point ».

« C'est pourquoi nous devons faire comprendre aux gens que notre secteur a besoin de dynamisme. Et d'un qui soit un réel élan à 360 degrés. Non seulement le producteur doit être toujours au courant de la météo ou de ce qui se passe, mais l'administration publique doit également être impliquée avec nous, puisque nous sommes l'une des cultures les plus sociales qui existent. Non seulement en encourageant l'ouverture de nouveaux marchés, mais aussi en évitant qu'ils se replient et nous mettent des bâtons dans les roues qui nous empêchent d'exporter nos produits avec une certaine dignité », explique José María Naranjo.

La Chine, en effet, a été l'un des derniers marchés à s'ouvrir aux fruits à noyau espagnols, obtenant l'autorisation après de longues négociations entre les deux pays. « À mon avis, le marché chinois est vraiment un marché de niche. En effet, ce sont les plus grands producteurs de fruits à noyau du monde. Pour pénétrer ce marché avec un produit différent de ce qu'ils ont, de meilleure qualité, et avec un délai de transit de 30 jours, il faut se montrer très prudent. Il faut bien comprendre que nous devons atteindre les marchés avec la qualité requise. À Tany Nature, nous avons le savoir-faire nécessaire pour le faire, mais c'est un marché qui ne tolère aucune erreur et rares sont les entreprises qui peuvent s'y conformer ».

« Quoi qu'il en soit, nous avons à cœur de fournir d'excellents fruits à nos clients et aux consommateurs. Et si nous sommes bons sur les longues distances, nous sommes excellents sur les courtes distances. Toute l'expérience que nous avons acquise sur les marchés étrangers nous permet de servir le marché national avec une qualité extrême. Et pour nous, le marché intérieur désigne l'ensemble de l'Europe », conclut-il.

Pour plus d'informations :
José María Naranjo
Tany Nature
Camino General. 1. Zurbarán. Badajoz. Espagne
Tél. :+34 924 856 096
Cell. : +34627960234
jnaranjo@tany.es
www.tanynature.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)