Le secteur des fruits déjà confronté à des pirates informatiques par le passé

Priorité à l'exportation de produits frais après une cyberattaque contre les terminaux à conteneurs d'Afrique du Sud

Le système d'exploitation de tous les terminaux à conteneurs sud-africains a récemment été attaqué, entraînant un nouvel arrêt des opérations, à l'exception du chargement manuel limité des conteneurs frigorifiques.

Aujourd'hui, l'entreprise publique Transnet a publié une déclaration indiquant qu'elle avait identifié et isolé la source de « la perturbation de ses systèmes informatiques » (la présidence sud-africaine a parlé hier de « cyberattaque »).

La déclaration poursuit : « Dans le cadre des efforts visant à soutenir les exportations sud-africaines, les opérations portuaires et ferroviaires manuelles se poursuivent. Transnet donne la priorité à l'exportation de conteneurs frigorifiques, principalement via le port de Durban. Ceci alors que la saison des agrumes approche de son apogée. Deux navires destinés à l'exportation ont entamé un cycle de chargement au quai 2, tandis qu'un troisième navire décharge des importations au quai 1 et commencera bientôt à charger des conteneurs frigorifiques. » 

Transnet note que depuis le début de la saison en avril, les volumes de conteneurs frigorifiques sont supérieurs de 12 % à ceux de la même période l'année dernière.

« Le suivi par satellite de MarineTraffic montre un nombre à deux chiffres de navires en attente à Durban et Port Elizabeth, avec le début d'une file d'attente qui commence également à se former à l'extérieur des terminaux du Cap », écrit Splash247.com. 

SA Trucker, un organe d'information créé par des camionneurs eux-mêmes, a été informé hier par des initiés du port d'un piratage présumé, tandis que des photos du message de bienvenue laissé par les pirates sur les ordinateurs du personnel de Transport Port Terminals s'échappaient.

Source : Twitter Sli Masikane, eNCA

L'industrie fruitière n'en est pas à ses premières cyberattaques
Quelques heures plus tard, lors d'un point presse sur l'évolution de la situation depuis le chaos de la semaine dernière, le gouvernement a admis qu'une cyberattaque avait eu lieu et qu'elle faisait l'objet d'une enquête. En réponse à la question de savoir si elle avait un lien avec les événements de la semaine dernière, le ministre de la présidence, Khumbudzo Ntshavheni, a déclaré qu'elle était traitée « pas comme un événement sans rapport. » 

Ce n'est pas la première fois que le secteur sud-africain des fruits d'exportation est touché par des cyberattaques : il y a deux ans, le Perishable Products Export Control Board a été piraté par un quelqu'un dont l'identité reste indéterminée.

Terminal à conteneurs de Durban (photo © Druid007 | Dreamstime.com)

Coïncidence : des troubles civils la semaine dernière, une cyberattaque cette semaine ?
Juste au moment où les activités reprenaient après les troubles de la semaine dernière et du week-end précédent, les opérations de déchargement, de chargement et de débarquement (gate in et gate out) dans tous les ports de Durban, Port Elizabeth, Cape Town et East London ont de nouveau été suspendues, et le moment n'est peut-être pas une coïncidence.

Lors d'une émission de radio 702/Cape Talk, un expert en renseignement de cybersécurité a émis l'hypothèse que les récents événements survenus en Afrique du Sud pourraient avoir attiré l'attention de pirates informatiques « à la recherche de cibles faciles et cherchant à tirer parti d'environnements mal gérés. » 

« Nous avons assisté à une floraison d'activités de la part des cybercriminels et nous avons fait la une des journaux pendant sept jours », a déclaré Jayson O'Reilly du cabinet de conseil en cyber-résilience AtVance Intellect, basé à Johannesburg. « C'est en fait le genre d'attention médiatique que les cybercriminels recherchent. » 

Il a noté que les cybercriminels cherchaient à savoir comment ils pourraient mettre hors service les infrastructures essentielles, ce qui est rendu possible par l'intégration de la technologie dans toutes les activités humaines. Les rançongiciels sont l'un de leurs mécanismes préférés.

Une installation de refroidissement du raisin du Cap « super occupée » par les agrumes du Nord
Dans la vallée de la rivière Hex, la Mecque du raisin de table du Western Cape, recouverte de neige, l'installation de refroidissement du raisin de table d'Hexkoel est soudainement devenue « très active ».

Ce n'est que la deuxième année qu'ils stockent des agrumes, et cette année, le nombre de palettes reçues a été multiplié par six, principalement des agrumes doux, mais aussi des pamplemousses, des citrons et des Valencias, en grande partie à cause des perturbations à Durban.

Congestion des camions attendant d'entrer dans le port de Durban.

Les centres de conditionnement des agrumes manquent de camions
Un certain nombre de centres de conditionnement d'agrumes dans le Limpopo et le Mpumalanga avaient repris les chargements pour Durban, mais ont de nouveau interrompu leurs activités. Il est difficile de prévoir quand le système sera à nouveau en ligne.

« La logistique est très lente. Nous sommes loin de recevoir suffisamment de camions du port pour assurer notre production à des niveaux normaux », explique un responsable d'une usine de conditionnement.

Transnet a confirmé qu'à Richards Bay, les opérations manuelles se poursuivent. D'après leur déclaration : « Dans l'Eastern Cape, les terminaux à conteneurs et automobiles d'East London et de PE fonctionnent manuellement. Le Ngqura Container Terminal continue d'être affecté par de fortes houles. Cela s'applique également au Cape Town Container Terminal. Tous les autres terminaux du Western Cape fonctionnent manuellement. » 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)