Enquête sur les entreprises de transport post-Brexit 2021

Les entreprises de transport routier sont les plus touchées par l'augmentation des temps d'attente aux frontières

La réduction du nombre de conducteurs de poids lourds au Royaume-Uni a atteint un point critique. Plusieurs raisons expliquent cette pénurie, notamment une moindre disponibilité des chauffeurs en raison des réglementations sur l'immigration post-Brexit, une forte augmentation de la demande de transport et des temps d'attente plus longs aux frontières.

Selon le nouveau rapport publié par Haulage Exchange, au cours des trois mois allant de mars à mai 2021, la hausse de la demande de transport a été plus de deux fois supérieure à celle de la même période en 2019.

Principales conclusions du rapport :

  • Une demande 120 % plus élevée en avril 2021 qu'en avril 2019.
    La demande de transport routier a été multipliée par deux entre mars et mai 2021 par rapport à mars et mai 2019.
  • Lorsqu'on les interroge sur les défis à relever, 81 % répondent que les temps d'attente aux frontières ont été allongés.
  • 69 % perdent plus de temps à effectuer des démarches administratives avant de traverser la frontière.
  • 19 % ne font plus affaire avec des entreprises de l'UE
  • 69 % s'attendent à subir les conséquences négatives des contrôles complets des marchandises à la frontière à partir du 1er janvier 2022.

Les règlements du Brexit sont entrés en vigueur le 1er janvier 2021, mais l'effet des changements sera plus apparent lorsque l'inspection complète aux frontières entrera en vigueur le 1er janvier 2022.

« Quelque 56 % des transporteurs affirment que leurs activités ont été affectées par la diminution des exportations vers l'UE, tandis que la moitié d'entre eux déclarent que leurs opérations ont été touchées par la diminution des importations. Malgré cela, la demande s'est non seulement avérée robuste, mais a même augmenté de façon spectaculaire. »

Dans l'enquête, 69 % des transporteurs ont déclaré que le Brexit leur a causé des pertes, tandis que 19 % ne travaillent plus avec des entreprises de l'UE et 25 % se sentent incapables de planifier correctement en raison de l'incertitude actuelle.

L'augmentation du temps d'attente à la frontière a eu l'impact le plus important sur les entreprises de transport depuis le 1er janvier 2021, tandis que l'augmentation de la durée des formalités administratives suit de près. De nombreuses entreprises ont également constaté une diminution des importations et des exportations en provenance de l'UE, l'allongement des temps de trajet est également un facteur.

Une augmentation du stress, de l'anxiété et d'autres problèmes de bien-être mental a été soulignée par 50 % des répondants à l'enquête. Dans le même ordre d'idées, 13 % affirment que le personnel travaille plus longtemps, tandis que 6 % disent que les employés ne prennent pas la totalité de leurs congés annuels.

L'étude révèle que 56 % des entreprises de transport routier ont transféré certaines de leurs activités dans l'UE ou envisagent de le faire à l'avenir.

Une entreprise de transport sur huit considère la pénurie de conducteurs qualifiés comme un sérieux risque pour le secteur en 2021. Des recherches ont suggéré que près de 12 000 à 15 000 d'entre eux sont partis pour trouver du travail ailleurs.

L'effet secondaire de cette pénurie de conducteurs est que certaines industries n'ont pas pu trouver suffisamment de transporteurs pour acheminer leurs produits. Certains produits sont également soumis à des contrôles et à une administration accrus, ce qui crée des obstacles supplémentaires pour les entreprises de transport routier qui véhiculent ces marchandises.

Près d'un tiers (31 %) des répondants à notre enquête disent qu'ils éviteraient de travailler avec des clients de l'industrie alimentaire et des boissons en raison des problèmes de frontières et du Brexit. Les autres secteurs avec lesquels ils sont réticents à travailler sont l'élevage (25 %), l'agriculture (25 %), les fournitures de jardinage (19 %) et la vente au détail (13 %).

Quel est le plus grand risque pour le secteur du transport routier au Royaume-Uni en 2021 ?
Selon le rapport, 75 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles pensaient que les formalités administratives constituaient le plus grand risque pour les entreprises de transport du Royaume-Uni en 2921, contre 62,5 % pour l'augmentation des coûts d'exploitation, et seulement 12,5 % pour la pénurie de chauffeurs qualifiés.

En janvier 2022, un contrôle douanier complet des importations britanniques sera mis en place - 68,75 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles seraient affectées négativement par cette mesure, 6,25 % ont déclaré qu'elles ne le seraient pas et 15 % ignoraient s’ils seront affectés.

Cliquez ici pour lire le rapport complet (en anglais).


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)