« Les panneaux solaires au-dessus des cultures de framboises profitent à tout le monde »

Pour le producteur de framboises néerlandais Piet Albers, tout a commencé en 2019. Avec GroenLevens, il a mis en place le premier champ d'essai. Il s'agit d'une entreprise qui développe l'énergie solaire et plus les panneaux sont sombres, plus ils produisent d'énergie. Mais les framboises ont besoin de lumière comme d'ombre. Il leur fallait donc trouver le juste milieu.

« Nous avons commencé avec des panneaux solaires qui laissaient passer 11 % de lumière. Mais cela ne fonctionnait pas », explique Piet. « On a fini par passer à 40 %. Maintenant, la récolte est similaire à celle des framboises cultivées sous serre. Leur taille, leur saveur et leur durée de conservation sont à peu près les mêmes. » 

Ces panneaux produisent suffisamment d'énergie pour alimenter 750 foyers. Pour Piet, il y a un avantage supplémentaire. Ses framboises sont mieux protégées des températures élevées, des tempêtes et des pluies battantes. « Le plastique peut se déchirer. Je ne pense pas que ces panneaux s'abîmeront rapidement. » Un autre avantage est que les panneaux solaires ne causent pratiquement aucune gêne à quiconque, alors que les projets impliquant l'installation de panneaux sur des terres agricoles ou sur l'eau suscitent souvent la résistance des riverains.

Des coûts élevés
GroenLeven mène six projets pilotes parmi les cultures aux Pays-Bas. « Tout ne se prête pas de la même manière à la culture sous panneaux solaires », explique Willem de Vries, responsable de l'innovation. « Comme les tomates, qui ont besoin de beaucoup de lumière. Les fruits rouges, comme les framboises et les baies, poussent dans les forêts. Ils ont besoin d'ombre, ils sont donc adaptés à cette solution. » 

Un inconvénient majeur est le coût énorme de tout cela. « L'installation des 10 000 panneaux dans le village néerlandais de Babberich a coûté des millions. Un hectare coûte déjà plus de 500 000 euros. Nous ne pouvons pas le faire sans subventions. C'est au gouvernement de décider si le pays va investir dans ce domaine. » 

Le producteur de groseilles, Rini Kusters, mène actuellement un projet pilote. « À un moment donné, il faisait 39°C à l'extérieur ; sous les panneaux, il faisait 29. C'est une sacrée différence ». GroenLeven construit actuellement un point de livraison d'électricité sur ses terres. « Je crois en ce type de culture ; je ne suis simplement pas encore à 100 %. » 

Un double objectif
Piet Albers était également anxieux au départ. « C'était excitant et aussi stressant. On ne sait pas vraiment dans quoi on s'engage. » Pendant ce temps, le procès reçoit l'attention de toute l'Europe. Même de la Corée du Sud et des États-Unis. « Le monde universitaire est très intéressé et écrit à ce sujet », déclare Willem.

Après deux ans d'essais, Albers a été conquis. « Maintenant, nous avons un double objectif : produire de l'énergie solaire et des framboises. Que demander de plus ? »

Pour plus d'informations :
GroenLeven
Willem de Vries
Cell : +31 (0) 683 249 443
Tél. : +31 (0) 587 990 000
willemdevries@groenleven.nl 
www.groenleven.nl/agri-pv 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)