Tom Verdonck, Tomeco :

« Cette machine rend les emballages carton écologiquement et économiquement intéressants »

Tomeco, un partenariat de producteurs de tomates belges, franchit une nouvelle étape dans la transition des emballages en plastique vers les emballages en carton. Avec l'achat d'une nouvelle machine, le groupe est en mesure d'emballer des produits en carton à grande échelle. « Les possibilités offertes par cette nouvelle machine sont infinies et elle s'intègre parfaitement au caractère de notre groupe », explique Tom Verdonck, brand manager chez Tomeco. « La machine obtient un score élevé tant sur le plan écologique qu'économique, elle est facile à utiliser, a une vitesse de production élevée, est économique et emballe également avec un minimum de matériel.

TomECO
La proportion d'emballages en carton est en augmentation depuis des années. Les barquettes, les scellés supérieurs et les flowpacks en plastique sont remplacés par des manchons, des plateaux et autres variantes en carton. En France, à partir de l'année prochaine, il ne sera plus permis d'emballer les fruits et légumes frais dans du plastique.


Tomeco opte pour des cultivars qui fermement attachés à la tige, de sorte que les tomates restent fraîches et dans la barquette plus longtemps.

« Grâce à cet investissement, le carton devient une alternative attrayante et nous espérons pouvoir inciter les clients à passer dès maintenant à un emballage 100 % carton », déclare Tom. « L'éco » de Tomeco n'est pas un vain mot, c'est un facteur déterminant dans notre activité ». Cette machine et la méthode d'emballage associée s'inscrivent donc parfaitement dans les ambitions écologiques du groupe.

Mono-matériau
Il est également plus facile pour les consommateurs de trier les déchets si l'emballage est constitué d'un seul type de matériau. L'utilisation d'un mono-matériau dans un emballage a donc un effet positif sur le processus de recyclage. La possibilité de recyclage fait du carton un matériau écologiquement intéressant. En Belgique, par exemple, les flowpacks ne sont pas autorisés dans le flux de déchets plastiques et ne sont pas recyclés, mais finissent dans le flux de déchets résiduels et sont finalement incinérés.

Sans doublure
Un autre avantage supplémentaire est l'absence de support comme le font les autocollants et les étiquettes. L'étiquette est sans support, ce qui signifie qu'aucun déchet n'est produit pendant le processus d'emballage. Les étiquettes sont fabriquées sur mesure et fournies par la société Belona. Elle travaille en collaboration avec le fournisseur de la machine afin d'obtenir la combinaison la plus idéale de matériau et d'adhésif. Les étiquettes sont auto-adhésives et comportent une bande anti-adhésive afin qu'aucun résidu ne soit libéré pendant le processus de production. Un espace est prévu sur l'étiquette pour un texte variable.

Fonctionnement de la machine
Le principe de la machine est en fait assez simple. Lors des réglages, les dimensions du plateau et de l'étiquette sont déterminées, puis la machine est prête à l'emploi. Un plateau rempli de produit entre dans la machine, après quoi la machine découpe une étiquette dans le rouleau et la colle sur la boîte. Les extrémités de l'étiquette sont munies d'un bord adhésif, de sorte qu'elle se colle d'elle-même à la boîte. De cette manière, la machine peut traiter jusqu'à 50 barquettes par minute. « Les possibilités offertes par cette machine sont infinies », explique Tom. « Tant le format que l'impression peuvent être modifiés rapidement et facilement. Un changement de production prend peu de temps et peut même être effectué en quelques minutes. Et la vitesse de production d'environ 50 unités par minute est même comparable à celle d'une machine flowpack. » 

Visibilité du produit
En raison de la pandémie, la tendance est à l'augmentation et à l'amélioration des emballages. Mais dans cette méthode d'emballage, l'étiquette ne recouvre que partiellement le produit. L'avantage de cette méthode est la visibilité, mais elle rend aussi le produit plus vulnérable. « Cette machine offre une solution pour cela aussi », déclare Tom. « Il est donc possible d'ajuster la taille de l'étiquette pour que l'ensemble du produit soit couvert. Pour la visibilité des tomates, des trous peuvent également être percés dans l'étiquette, ce qui permet de voir à l'intérieur du récipient. » 

Pour plus d'informations :  
Tom Verdonck
Tomeco
Tél. : +32 488 156 416
tom.verdonck@tomeco.be 
www.tomeco.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)