Juan Pedro Beltrán, PDG de V.ROS, à propos de la situation actuelle du secteur agrumicole espagnol :

« Les arbitres européens donnent des buts à l'adversaire, alors que c'est nous qui payons le stade et l'électricité »

La concurrence croissante des pays tiers, la passivité des autorités sanitaires européennes, la réduction du nombre de partenaires commerciaux, l'augmentation des coûts et le manque de ressources pour lutter contre les parasites sont quelques-unes des principales préoccupations du secteur espagnol des agrumes, qui ont été analysées par le PDG de V.ROS lors d'une visite de FreshPlaza dans ses installations de la municipalité de Les Alqueries, dans la province espagnole de Castellón.

La saison d'agrumes 2021-2022 de l'Espagne a commencé sur un chevauchement historique avec la fin de la saison de l'hémisphère sud, provoquant une chute de la demande et une baisse significative des volumes d'exportation par rapport aux autres années.


Juan Pedro Beltrán, PDG de V.ROS.

« L'offre de fruits en provenance de pays tiers augmente chaque année, tant en provenance d'Afrique du Sud dans l'hémisphère sud que d'Égypte et de Turquie dans l'hémisphère nord. Ce sont des pays qui ont des règles différentes en matière de salaires et de droits des travailleurs, et qui ne respectent pas non plus les normes phytosanitaires et de résidus qui nous sont imposées », explique Juan Pedro Beltrán, PDG de V. ROS. « La passivité des organismes de contrôle à Bruxelles nous fait penser que dans ce jeu auquel tous les producteurs européens d'agrumes participent, les arbitres européens donnent des buts à l'adversaire, alors que c'est nous qui payons le stade et l'électricité », ajoute-t-il.

« Lorsque les acheteurs pensent aux clémentines avec feuille, ils doivent encore penser à V.ROS »
L'entreprise basée à Castellón commercialise quelque 20 000 tonnes de fruits par an. Sur ce total, environ 70 % sont des fruits à feuilles, sa principale spécialisation. Environ 20 % des volumes avec lesquels elle travaille sont des oranges, tandis que les 10 % restants correspondent à d'autres agrumes.

« Heureusement, l'importation d'agrumes avec feuille en provenance de pays tiers n'est pas autorisée en Europe, ce qui nous donne un certain avantage. S'il est vrai qu'au cours des dix dernières années, le nombre d'opérateurs travaillant avec des fruits à feuilles s'est multiplié, nous nous appuyons sur la vaste expérience que nous avons déjà, ce qui nous donne un avantage. Lorsque les acheteurs pensent aux clémentines à feuilles, nous voulons qu'ils pensent à V.ROS. »

« Le méthylchlorpyrifos n'a aucun impact sur la santé s'il est utilisé aux dates indiquées et de manière contrôlée »
Les prévisions pour la production de cette année sont une réduction des volumes de clémentines par rapport à l'année dernière, notamment pour les clémenules, alors que la production d'oranges est en légère hausse. La baisse de la production de cette variété est due non seulement aux tempêtes et à la grêle, mais aussi à l'impact de la cochenille sud-africaine, qui a sévèrement touché la zone centrale et méridionale de la province de Castellón, où se trouve la majeure partie de la production espagnole de clémenules. Les kakis et les avocats en sont également affectés. Même si le ravageur est arrivé dans la région il y a plus de 10 ans, il a été maîtrisé grâce à l'utilisation du chlorpyrifos et du méthylchlorpyrifos, un pesticide qui a été interdit en février 2020.


Lionel Beltrán, directeur commercial de V.ROS, montre les installations à FreshPlaza.

« Jusqu'à l'année dernière, nous avons réussi à maîtriser ce parasite, mais il est désormais impossible de l'arrêter. Le méthylchlorpyrifos pourrait être dangereux pour la santé des gens, mais seulement s'il est utilisé aux mauvaises dates », explique Juan Pedro Beltrán. « Il a toujours été utilisé et rien ne s'est produit. Je pense que nous devrions viser à réglementer son utilisation, au lieu de l'interdire, car nous nous sommes retrouvés sans ressources pour faire face à un problème causé par le laxisme des autorités sanitaires européennes pour empêcher l'entrée de parasites étrangers. Sinon, le problème va s'aggraver de manière exponentielle dans les années à venir ».

« La consommation pourrait être régulée par l'augmentation des coûts et du prix final du produit »
Par rapport à l'année dernière, la production de clémentines est en baisse de plus de 25 %, même « s'il ne faut pas oublier qu'on a eu une grande récolte la saison dernière », précise Juan Pedro Beltrán. « Les ventes de clémentines commencent à remonter, tout comme les prix, même s'il faut aussi rappeler que les coûts de production ont fortement augmenté, notamment ceux de l'énergie et du carburant, ainsi que des matériaux d'emballage, comme le bois, le carton et la main-d'œuvre. Sans oublier le coût du fret maritime, qui a presque quadruplé par rapport à l'année dernière, entraînant une baisse des volumes exportés. Cette augmentation des coûts devra être répercutée sur le prix final du produit, ce qui pourrait également nuire à la consommation, ou plutôt la réguler. »

« Heureusement, jusqu'à présent, nous avons pu maintenir nos ventes au niveau de la saison précédente, au cours de laquelle nous avons augmenté de 12 % », déclare Juan Pedro Beltrán, PDG de V.ROS. « En raison de la production plus faible cette année, nous ne nous attendons pas à une saison de grande croissance en termes de ventes, même si nous allons continuer à travailler aussi dur que possible pour y parvenir. Obtenir des résultats similaires à ceux de l'année dernière devrait déjà être considéré comme un succès. »

« La concentration d'acheteurs de plus en plus importants fait perdre à l'Espagne sa compétitivité en tant qu'origine. » 
Le PDG de cette entreprise affirme que l'application de la loi AICA, qui ne s'applique qu'aux entreprises privées, leur fait perdre en compétitivité. « Bien que l'objectif poursuivi avec cette loi soit noble, elle a un effet secondaire financier qui affaiblit les entreprises exportatrices de taille moyenne face aux superpuissances financières des groupes internationaux. »

La diminution progressive du nombre de partenaires commerciaux façonne les paramètres de négociation. « Ces dernières années, de plus en plus de grandes chaînes de distribution se sont rachetées les unes les autres, et celles qui restent deviennent plus grandes et plus fortes, ce qui leur permet d'avoir un plus grand pouvoir d'achat et d'exercer une plus grande pression sur les prix. En conséquence, nous constatons que la fenêtre commerciale de l'Espagne en tant que fournisseur d'agrumes se rétrécit. Par exemple, certaines chaînes continuent avec l'Afrique du Sud aussi longtemps que possible, passant à la production espagnole pendant 2 ou 3 mois, avant de passer à l'Égypte et à la Turquie, puis de revenir à l'Afrique du Sud. » 

« Malgré toutes ces difficultés, je reste optimiste, car je pense que les entreprises exportatrices de notre secteur ont des avantages en termes de flexibilité, de service, de dévouement et de professionnalisme, ainsi qu'une volonté plus forte que la plupart des concurrents des pays tiers. Ces deux dernières années, d'importants fonds d'investissement ont fait preuve d'un engagement croissant envers le secteur espagnol des agrumes, ce qui pourrait contribuer à changer les choses à long terme. Tout indique que seules les entreprises les plus spécialisées et les plus professionnalisées survivront ; celles qui gardent un excellent contrôle de tous les paramètres. »

Pour en savoir plus :
Juan Pedro Beltrán
juanpedro@v-ros.com 
Lionel Beltrán
lionel@v-ros.com  
V.Ros S.L.U.
C/ Navelate 10, Pol. Ind. Ull Fondo
12539 Alquerías, Castellón - Espagne
Tél. : (+34) 964 53 00 31
Fax : (+34) 964 52 03 48
www.v-ros.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)