Maarten van Damme, Dacomex :

« Une chose est sûre, nous allons bientôt perdre un important marché de vente d'oignons »

Chaque année de commercialisation des oignons est unique. Il en va de même cette année selon Maarten van Damme, de Dacomex, aux Pays-Bas. « Les chiffres des exportations sont tout à fait corrects. Mais il n'y a que quelques destinations qui prennent beaucoup d'oignons. Il s'agit principalement des gros acheteurs des pays d'Afrique de l'Ouest. Parmi eux, la Côte d'Ivoire, le Sénégal et le Mali. Une chose est sûre, nous allons perdre un énorme marché de vente au début de l'année prochaine. »

« Aussi, c'est peut-être une bonne chose qu'il y ait des pénuries de conteneurs à certains endroits. Sinon, toutes sortes d'exportateurs enverraient des oignons en Afrique sans arrêt. Cela inonderait totalement ce marché. Sur une note positive, nous recevons déjà des demandes de pays d'Europe de l'Est. C'est sûrement un signe annonciateur. »

« Là-bas, les rendements n'ont pas été les mêmes dans tous les pays non plus. Ils devraient donc être sur le marché au printemps prochain. Mais ils ne prendront jamais les mêmes volumes que ceux envoyés en Afrique ces derniers mois. La demande est bonne au Royaume-Uni. Mais les choses sont calmes là-bas », explique Maarten.

« Les prix - actuellement de 0,145 à 0,155 €/botte - n'entravent pas les exportations. C'est plutôt la disponibilité des conteneurs qui s'avère être un facteur inhibiteur. Bien que cela varie selon la destination. Sur le plan de la qualité, l'année semble être bonne. Il y a eu beaucoup de problèmes dans le secteur des oignons. Mais c'est une bonne année, qualitativement, pour les semis d'oignons. La différence de prix entre les oignons de bonne et de mauvaise qualité n'est pas très importante. Le marché de l'oignon rouge est également calme. Il y a surtout une demande pour les gros calibres, mais ils sont peu nombreux. »

Selon Maarten, les exportations de pommes de terre sont également très calmes. « Toutes les destinations prennent beaucoup moins de pommes de terre. Seules les pommes de terre en gros sacs vers Israël se sont bien vendues ces dernières semaines. Mais cela va bientôt s'arrêter aussi. Les clients africains trouvent les pommes de terre chères. Ajoutez à cela les prix de l'emballage et du transport. L'enthousiasme est alors bien moindre. Les gens ont alors tendance à opter pour des produits moins chers », conclut-il.

Pour plus d'informations :
Maarten van Damme
Dacomex
46 Provincialeweg
4695 RK, Sint-Maartensdijk, NL
Tél. : +31 (0) 166 662 550
maarten@dacomex.nl
www.dacomex.nl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)