Francois van der Merwe - CAN-Agri

Des cultures en colonnes qui régulent la température dans une serre innovante en Afrique du Sud

Les serres ne sont pas habituelles en Afrique du Sud. Mais pour l'ancien architecte Francois van der Merwe (à droite), les serres, qui ont une durée de vie de plus de 20 ans, résolvent d'un seul coup un problème récurrent de l'agriculture verticale : les coûts énergétiques élevés.

Il affirme que le système innovant et breveté de CAN-Agri offre plusieurs avantages par rapport aux autres méthodes de culture.

« Notre système produit des salades et des légumes verts de la plus haute qualité, sans pesticides ni herbicides, tout en étant durable et sans impact négatif sur l’environnement. »

« C'est une erreur de se reposer entièrement sur la lumière artificielle »
« Nous avons compris très tôt que la durabilité et l'évolutivité étaient la clé. Si nous ne résolvons pas la question de la durabilité, les fermes verticales continueront à ressembler à une sympathique fenêtre sur l'avenir, ou à un phénomène de niche. »

« C'est une erreur de se reposer entièrement sur la lumière artificielle et de produire à l'intérieur d'un bâtiment fermé. La lumière naturelle nous permet de cultiver des produits en masse, comme la laitue, ainsi que des produits de niche, comme les herbes aromatiques », explique-t-il.


Le système de CAN-Agri sera utilisé dans de futurs projets en Namibie et aux Emirats Arabes Unis (photos fournies par CAN-Agri)

CAN-Agri, située à Klipkop dans le Bronberg, à l'est de Pretoria, cultive actuellement des laitues haut de gamme pour des détaillants tels que PicknPay. Elle fournit également le secteur de la restauration et plusieurs établissements de restauration rapide de Gauteng comme Wimpy et Mugg & Bean.


La marque GrownUp Greens de CAN-Agri, fournie l'industrie de la restauration

« Je n'ai pas besoin de chercher l'onde idéale du spectre lumineux »
« Le coût d'exploitation de l'agriculture en intérieur est trop élevé pour être durable, en raison des coûts de fonctionnement de la lumière artificielle, du climat artificiel et des systèmes de ventilation. La forte consommation d'énergie les oblige à cultiver des produits destinés à des marchés de niche à un prix élevé. Nous nous en tenons aux principes naturels. Je n'ai pas besoin de chercher l'onde idéale du spectre lumineux pour mes plantes. »

Les meilleures lampes LED fournissent 230 micro mol de lumière par m² et par heure. « Comparez cela à la lumière naturelle du soleil qui fournit 1 400 micro mol / m² à midi. Notre approche diffère des autres méthodes d'agriculture verticale car, dès le départ, nous avons décidé de trouver des solutions pour résoudre les facteurs impliquant des coûts élevés. L'énergie est le seul élément sur lequel nous pouvons vraiment avoir un impact, c'est pourquoi nous devions trouver un moyen d'utiliser la lumière naturelle. »

Leur consommation énergétique moyenne est de 0,59 kW/h par kg de produit.

Les colonnes de culture font également office de radiateurs
Cultiver en serre a ses défis, observe-t-il, et il a fallu trouver une solution au plus gros problème : maintenir un climat homogène dans une boîte en verre. « Notre réponse à ce problème a été d'utiliser notre système de plantation pour chauffer et refroidir les plantes. »

Dans la serre de CAN-Agri, les plantes sont placées dans une colonne verticale comportant 80 plantes, dans leur configuration actuelle.

Il y a 4 500 colonnes de six mètres de haut dans la serre. Ces colonnes sont utilisées comme système de plantation et comme dispositif de climatisation.

La somme des 27 km de « tuyaux » sert de radiateur géant. L'eau est refroidie ou, plus rarement, chauffée à la température souhaitée et pompée dans tout le système, refroidissant la température là où c'est nécessaire.

« Ce qui rend notre système de culture unique, c'est qu'il permet de moduler le climat à l'intérieur de la serre grâce à l'eau qui circule dans les tuyaux jusqu'aux plantes. La température est contrôlée là où c'est nécessaire : au niveau des plantes. Il n'existe pas de dispositif meilleur ou plus efficace que celui-ci », poursuit-il.

À droite : la couleur de la laitue s'intensifie à proximité du toit

« Il sert à obtenir une température uniforme dans toute la serre, ce qui permet au système de fonctionner, qu'il neige dehors ou qu'il soit en plein désert. »

CAN-Agri mettra en place son système breveté en Namibie et dans les Émirats arabes unis dans un avenir proche.

La serre de Klipkop se compose de quatre travées compartimentées de 800 m², d'une pépinière et d'une zone de conditionnement. L'équipement déployé peut supporter jusqu'à 16 baies compartimentées, permettant de réduire les coûts d'exploitation à mesure que les rendements augmentent.

La serre a été importée des Pays-Bas par l'intermédiaire de la société sud-africaine Dynatrade et érigée par Agri-Span Greenhouse Construction. La société néerlandaise Ridder's a fourni des écrans climatiques qui permettent un filtrage automatique activé par des capteurs d'intensité lumineuse dans la section des semis ainsi que dans le reste de la serre.

CAN-Agri fait germer ses propres semis, en utilisant des semences Enza Zaden (dont le prix est très compétitif, remarque-t-il) dans un mélange composé de tourbe et de son propre compost. Les semis sont placés dans un panier de leur propre conception, fabriqué localement (à droite).

Bien que le panier soit compostable en 8 mois, il est réutilisé dans une certaine mesure. L’objectif est de pasteuriser leur milieu de culture recyclé pour obtenir un système entièrement circulaire.

Un cycle de culture court, de 21 à 28 jours, leur permet d'augmenter les récoltes et de ramasser des plantes plus jeunes, plus fréquemment. Il garantit un meilleur rapport feuille/tige pour leur gamme de produits prêt à l’emploi, où la tige est retirée (et compostée) sur place.

« Un plus grand nombre de cycles de production par an est plus logique. Ce que nous perdons en poids, nous le compensons par des cycles de culture supplémentaires. L'effet net est une augmentation de près de 30 % de la production totale et une qualité accrue. »

L'un des facteurs qui les a attirés dans cet endroit, auparavant infesté de caroncules, est la disponibilité d'une eau abondante et très propre, qui s'écoule du Bronberg Conservancy au sud-est.

« Tout ce que nous faisons peut se résumer en un objectif principal : utiliser moins pour faire pousser plus. »

Pour plus d'informations :
Francois van der Merwe
CAN-Agri
Tél : +27 12 534 3429
fran@can-agri.com
https://can-agri.com/


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)