Antonio Ruiz, directeur commercial de Murgiverde

« Cette saison de concombres a été historiquement bonne jusqu'à présent »

On ne se souvient pas d'une saison de concombre espagnole aussi bonne que l'actuelle depuis plus de deux décennies, surtout en ce qui concerne les prix du produit conventionnel. La réduction des plantations, les basses températures et la faible concurrence des Pays-Bas en ont été les principaux facteurs.

« Cette saison de concombres a été historiquement bonne jusqu'à présent. Nous ne nous souvenons pas de prix aussi élevés et stables depuis la fin des années 1990 », déclare Antonio Ruiz, directeur commercial de la coopérative de second degré Almeria Murgiverde, qui produit environ 60 millions de kilos de concombres par an, dont 70 % sont cultivés biologiquement tout au long de l'année dans différentes zones de production d'Almeria avec différents microclimats.

« Cette année, moins de concombres ont été semés à Almeria, et comme la saison dernière, après un automne chaud, le froid est arrivé soudainement en janvier sous la forme de bourrasques qui a eu un impact immédiat sur la production. Cette saison, le froid n'a pas été aussi intense, mais il a été plus permanent, avec des températures minimales comprises entre 8 et 10 degrés depuis novembre. Cette situation a ralenti la production et s'est traduite par des taux de croissance et de coupe sensiblement plus faibles que d'habitude. Par conséquent, les volumes ont été plus faibles depuis novembre, ce qui a entraîné des prix moyens extraordinaires, même s'il convient de rappeler que les coûts de production ont également augmenté », explique Antonio Ruiz.

Entre-temps, la Belgique a eu moins de production sous lumière artificielle cette année. Aux Pays-Bas, la superficie cultivée a été similaire à celle de la saison hivernale précédente, bien que la production ait été plus faible en raison d'une utilisation plus limitée de l'énergie. On ne sait pas encore ce qu'il adviendra de la culture sous éclairage lors de la prochaine saison d'hiver, mais, pour l'instant, les prix de l'énergie restent très élevés - et continuent d'augmenter depuis le début de la guerre en Ukraine - ce qui rend difficile, voire impossible, l'obtention d'une culture rentable. « En ce moment, la production néerlandaise, qui a été plantée plus tard en raison des coûts énergétiques élevés, arrive sur les marchés, si bien que les prix commencent à baisser légèrement. »

On s'attend également à des volumes de concombres espagnols plus importants que d'habitude ce printemps, en raison du fait qu'une quantité considérable de cultures de melons ont été arrachées, notamment celles de Galia et de Cantaloup, ainsi que les pastèques.

La saison espagnole des poivrons a été généralement bonne et pourrait donner des résultats très positifs ce printemps. Dans certaines zones d'Almeria, les poivrons verts sont déjà récoltés et, dans environ deux semaines, les poivrons rouges suivront, avec la prévision d'une production stable tout au long du mois de mars. Les ventes de poivrons pourraient se prolonger, car les Pays-Bas ont planté moins de poivrons et plus tard que d'habitude, et cette situation s'applique à plusieurs autres pays d'Europe centrale et orientale. En Murcie, la superficie consacrée à la culture du poivron est restée stable, bien qu'un retard dans la récolte soit également attendu. Murgiverde produit et commercialise environ 45 millions de kilos de poivrons conventionnels et biologiques.

Pour plus d'informations :
www.murgiverde.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)