La guerre russe en Ukraine verra les fruits détournés vers d'autres marchés

L'Uruguay doit faire face à la hausse des coûts d'expédition pour la prochaine saison des agrumes

La région de l'Europe de l'Est est désormais hors de portée des producteurs d'agrumes uruguayens, qui se préparent à la saison de récolte à partir de début avril de cette année. Selon Marta Bentancur, de l'Union des producteurs et exportateurs de fruits d'Uruguay (UPEFRUY), ils doivent faire face aux retards d'expédition et à l'augmentation des coûts avec prudence pour que la saison à venir soit un succès.

« Pour l'Uruguay, et pour beaucoup d'autres pays bien sûr, la crise va entraîner plusieurs problèmes pour notre prochaine saison d'agrumes. Pour nous, le problème est la région, la Russie, l'Ukraine et la Biélorussie. Même si les affaires sont possibles, des interdictions bancaires et logistiques ont déjà été mises en place. D'autre part, si la guerre se poursuit, tous les fournisseurs de l'hémisphère sud devront faire migrer leurs fruits vers l'Europe, les États-Unis, le Moyen-Orient et l'Asie, ce qui entraînera de graves distorsions sur ces marchés pour tous. Tout cela apparaît alors que nous avions déjà entamé une course aux coûts en raison de la hausse des coûts des intrants, de la logistique, etc. Nous prévoyons une saison très difficile et espérons que la crise se terminera bientôt pour tout le monde et en particulier pour les personnes qui sont directement confrontées à la guerre. »

« Bien que nous n'ayons pas encore commencé notre saison d'exportation, nos fruits seraient arrivés dans la région touchée vers la mi-avril. Les compagnies maritimes ont déjà annoncé qu'aucun reefer ne se rendrait dans cette région, il pourrait y avoir un détournement des fruits vers l'Europe, les États-Unis et l'Asie. En particulier pour les grands acteurs comme l'Afrique du Sud. Il y aura une distraction sur d'autres marchés qui ne sont pas la Russie, tandis que certaines variétés resteront probablement sur notre marché local », explique Marta Bentancur.

Elle explique que l'Uruguay n'exporte plus de fruits à épluchage facile vers le Royaume-Uni en raison de droits de douane inabordables pouvant atteindre 14 %. Le détournement des fruits est également un défi étant donné les différentes spécifications de qualité ainsi que les différents niveaux de résidus minimums (MRL) autorisés sur chaque marché, que l'Uruguay est très responsable de respecter. « Notre principal fruit d'exportation est l'agrume, la récolte pour le marché d'exportation commençant à partir de la semaine 11 environ. Nous allons récolter les mandarines, en commençant par les satsumas, puis les oranges et les citrons. »

Au cours de l'année 2021, les volumes d'exportation d'agrumes de l'Uruguay vers la Russie, l'Ukraine et le Bélarus étaient de 5 000 tonnes d'une valeur de 3,5 millions de dollars sur un peu plus de 100 000 tonnes d'exportations totales en 2021.

Pour Bentancur, sur les estimations de l'Uruguay pour la saison d'agrumes 2022, ils espèrent avoir au moins autant de volumes que l'année dernière. « Nous commençons les exportations avec le marché américain avec des mandarines de haute qualité. Nous avons eu un été sec. La qualité est bonne et avec de bons volumes attendus. Il y a quelques problèmes de calibrage que nous voyons, mais les pluies de mars sont venues améliorer cela dans les éplucheurs faciles dans certaines régions du pays. Il est trop tôt pour parler des oranges. Nous avons augmenté les exportations de citron et nous espérons avoir une bonne saison aussi. »

« Le secteur s'est restructuré avec de nouvelles variétés d'agrumes qui arrivent en pleine production. Les nouvelles mandarines, oranges et citrons auront un bel impact, nous l'espérons, en particulier vers les États-Unis et l'Europe, tandis que nous en enverrons au Moyen-Orient. »

« Nous n'avons pas été en mesure de développer le marché chinois autant que nous l'avions prévu en raison des problèmes de logistique, à la longue distance de ce marché et au manque de disponibilité des conteneurs et des navires qui a été aggravé par la pandémie. Le coût de la logistique et du transport maritime et la disponibilité des navires et des conteneurs constituent le plus grand défi pour la saison à venir. La saison dernière, les navires n'arrivaient pas à Montevideo, sautant notre port. C'était un gros problème. Nous allons devoir payer 3 000 à 4 000 dollars de plus par conteneur. Cela n'affecte pas seulement la partie financière de l'entreprise mais aussi la qualité des fruits. C'est très important, cela concerne tout le monde. Nous devons être prêts à défendre la qualité des fruits à l'arrivée pour les clients. »

Pour plus d'informations : 
Marta Bentancur
UPEFRUY
Tél. : +598 2916 0635
marta.bentancur@gmail.com  
www.uruguayfruits.com.uy  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)