Les coûts du fret aérien continuent de grimper ; inquiétudes relatives aux perspectives d'évolution à Schiphol

« Les haricots verts ne font évidemment pas le poids face au nouvel iPhone 13 »

Certains importateurs et exportateurs européens se risquent à revenir au fret aérien pour le transport intercontinental de certains articles. Les tarifs du transport maritime ont en effet atteint des sommets sans précédent, mais le fret aérien est lui aussi confronté à de nombreux défis.

À l'aéroport de Schipol, aux Pays-Bas, ces problèmes concernent surtout le contexte difficile du marché du travail, comme l'indiquent les prestataires de services de fret aérien. La plupart des entreprises de l'aéroport et de ses environs se battent pour attirer du personnel de manutention au sol. Elles doivent également payer davantage le personnel disponible et les règles pour travailler dans les douanes sont devenues plus strictes.

Contrairement au personnel au sol, les employés des douanes doivent avoir une déclaration de non-objection (VGB). Celle-ci couvre une période pouvant aller jusqu'à huit ans, ce qui complique le recrutement de travailleurs étrangers pour ce type d'emplois. En outre, la communication entre le gouvernement néerlandais et les autorités compétentes des pays d'origine n'est pas toujours excellente, ce qui a des répercussions sur les délais de traitement des envois.

Disponibilité
Le recrutement de personnel est un défi, tout comme la recherche d'espace dans les soutes des avions de passagers, des avions combinés (combi) ou des avions de fret complet. « Les fruits et légumes sont souvent transportés par avion à bord d'avions de passagers », explique un représentant de l'un des transporteurs. « Un Boeing 777 peut contenir 25 tonnes de fret. En général, 45 % de la soute est constituée de fret aérien. Mais aujourd'hui, bien sûr, les vols de passagers sont beaucoup moins nombreux. Un combi, dont une partie du pont principal est équipée pour transporter du fret, peut en transporter encore plus. »

« KLM en avait une quinzaine, mais ils ne sont plus opérationnels. Tout le monde veut des cargos complets, qui sont normalement utilisés pour des destinations importantes comme Nairobi, Bogota et Quito. Mais les fruits, les légumes et les fleurs sont souvent en concurrence avec des produits plus chers qui absorbent plus facilement les hausses de prix, comme l'électronique. Un haricot vert ne peut évidemment pas concurrencer le nouvel iPhone 13. »

Changement de produit
Les volumes de fruits, légumes et fleurs restent tout de même assez stables. On constate néanmoins un glissement dans la gamme de produits. Les fleurs sont de plus en plus souvent acheminées d'Afrique de l'Est en conteneurs frigorifiques. Les avocats sont rarement acheminés par avion depuis ce pays, mais les mangues restent un article de fret aérien. Ce changement de produit ne se produit pas seulement en Afrique de l'Est, mais aussi au niveau mondial. Selon les transporteurs de Schiphol, ce phénomène est lié à la fois à l'espace disponible plus limité et à la hausse des prix.

Tarifs astronomiques
L'un des transporteurs donne un exemple. « Un charter entre, disons, la Chine et les États-Unis coûte cinq fois plus cher qu'avant. Tant que certains secteurs et consommateurs seront prêts à payer cela, les tarifs resteront élevés. À titre de comparaison, un conteneur de 40 pieds reliant Shanghai à Los Angeles coûtait environ 11 000 dollars à la fin de l'année dernière, ce qui était également cinq fois plus cher qu'avant le Covid-19. »

« Un cargo complet peut transporter environ 100 tonnes ; soit environ dix conteneurs maritimes. Il y a donc une différence de près d'un facteur 15 entre le fret maritime et aérien. » Les prix s'envolent donc. Outre l'augmentation du prix du kérosène, le jeu de l'offre et de la demande en est le principal moteur. Les transporteurs de fret aérien s'attendent à ce que les tarifs restent élevés tant que certains secteurs et certaines personnes continueront à payer ces prix astronomiques.

Tarifs au comptant
Les tarifs au comptant sont largement utilisés dans le secteur de l'aviation. Les transporteurs doivent répercuter les surtaxes sur leurs clients. Mais les fournisseurs de services de fret sont confrontés à un problème plus important : les compagnies aériennes déploient soudainement leurs avions, sur lesquels on a compté et qui ont été convenus, ailleurs. Cela complique la planification à long terme des prestataires de services logistiques. Actuellement, Nairobi, en particulier, connaît une énorme pénurie de capacité, ce qui oblige les sociétés de transport à chercher d'autres solutions.

Cargos Pax
Pour remédier à cette situation, certaines sociétés de fret aérien convertissent temporairement des avions de passagers en avions cargo. Elles enlèvent les sièges pour remplir la cabine de boîtes. Ces avions sont appelés « cargos Pax ». Ethiopian Airlines a modifié plusieurs de ses avions de cette manière, et ceux-ci sont souvent utilisés pour transporter des fleurs.

Cela pose des problèmes supplémentaires au personnel au sol. Les boîtes doivent être chargées et déchargées à la main. Elles contiennent généralement plusieurs boîtes pour différents importateurs, qui doivent être triées. Bien entendu, ce travail supplémentaire entraîne des coûts supplémentaires.

Discussions en cours
À Schiphol, les entreprises sont confrontées à des tarifs très élevés, à un espace limité et à la difficulté de trouver du personnel qualifié. De plus, en raison de l'augmentation rapide du nombre de vols de passagers et de fret, Schiphol a atteint la limite du nombre de mouvements de vols autorisés. Par conséquent, les droits de départ et d'atterrissage se font de plus en plus rares. Il existe également des contrôles stricts pour s'assurer que les créneaux horaires attribués sont respectés.

Selon les transporteurs, une grande partie du volume, notamment en provenance du Kenya et de l'Éthiopie, a déjà été déplacée vers des aéroports comme Maastricht, Liège et Bruxelles en Belgique. Dans le même temps, l'étroitesse du marché du transport routier rend les compagnies aériennes réticentes à revenir à Schiphol. La pandémie, qui continue de planer sur le marché, est donc venue s'ajouter au débat.


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)