En mars, environ 300 000 tonnes par semaine sont généralement exportées

La grève intensifie et aggrave les flux de fruits et légumes pendant l'un des mois de pointe pour les exportations

La grève déclenchée depuis lundi par une minorité du secteur du transport de marchandises s'est intensifiée mardi et mercredi, avec un plus grand nombre d'incidents provoqués par les piquets de grève, ce qui entraîne un ralentissement progressif des exportations de fruits et légumes, à un moment d'activité maximale.

Depuis mardi, on constate une augmentation de l'agressivité de la part des piquets de grève et un plus grand nombre d'incidents entre les piquets et les transporteurs qui ne soutiennent pas la grève, ce qui a conduit de nombreuses entreprises de transport à s'arrêter par crainte de représailles et d'attaques contre leurs flottes et leurs conducteurs.

Le manque de camions d'une part et la décision des entreprises elles-mêmes de ne pas charger leurs marchandises, compte tenu de leur caractère périssable, entraînent un ralentissement progressif et une paralysie des activités du secteur des exportations de fruits et légumes.

Le mois de mars est l'un des mois où les exportations de fruits et légumes sont les plus importantes, avec entre 1,2 et 1,3 million de tonnes, ce qui signifie des expéditions hebdomadaires de 300 000 à 325 000 tonnes, dont 94 % par la route. Ce mois-ci, une large gamme de produits est également exportée, la plupart d'entre eux étant hautement périssables comme les poivrons, les laitues, les tomates et les choux et d'autres extrêmement périssables comme les fraises et les fruits rouges, selon les chiffres de la FEPEX. Cette dernière a demandé aux administrations compétentes de garantir la libre circulation des marchandises et d'adopter des mesures immédiates pour résoudre la situation.

Sur le marché de gros le plus important d'Espagne, Mercamadrid, environ 60 % de fruits et légumes en moins ont été déchargés mardi et mercredi. Bien que la situation semble s'être légèrement améliorée aujourd'hui, elle n'a guère changé après une semaine marquée par une baisse de 50 % des déchargements en raison de la grève des transports. De plus, il est toujours impossible de réexpédier les produits de cette plateforme alimentaire vers d'autres régions du pays en raison de la situation résultant de la grève des transports.

La grève a également des répercussions sur la production. Dans ce sens, les associations de producteurs comme la Coag à Almeria ont averti les producteurs de ne pas récolter les cultures ces jours-ci en attendant que la situation évolue, bien que certains produits ne puissent pas attendre une récolte ultérieure. « Il y a déjà une accumulation de produits dans les serres », souligne Andrés Góngora, secrétaire provincial de Coag.

Du côté de l'Association des Organisations de Producteurs de Fruits et Légumes d'Almeria, Coexphal, son responsable, Luis Miguel Fernández, explique qu'au deuxième jour de l'arrêt, il y a eu des incidents dans les ronds-points de la zone de La Cañada, Viator et dans le Poniente. Cette situation les a amenés à demander une réunion urgente avec la sous-délégation du gouvernement car, bien que la Guardia Civil arrive, « elle ne crée pas de couloirs pour accéder aux autoroutes et exporter nos légumes. Nous devons maintenant exporter les légumes que nous avons cultivés cet hiver, sinon c'est un très gros problème économique pour nous, nous ne pouvons pas répondre aux commandes et nous perdons des parts de marché parce que les produits viennent du Maroc et d'autres pays. La situation se complique de jour en jour. » 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)