Zespri à propos de la transition vers des emballages en carton :

« Notre entreprise soutient sans réserve le développement durable »

L'un des objectifs de durabilité globale de Zespri est de faire en sorte que ses emballages soient entièrement recyclables, réutilisables ou compostables d'ici 2025. Récemment, ce spécialiste du kiwi a fait un premier pas dans cette direction en Europe en passant à un emballage consommateur composé à 100 % de carton.

« Nous avions l'habitude d'emballer les fruits dans une barquette en carton mais toujours entourée d'un film plastique. Notre entreprise soutient de tout cœur la durabilité. Nous voulons donc passer rapidement à une solution sans plastique pour nos emballages consommateurs. Nous voulons utiliser des emballages en carton entièrement durables », explique Nele Moorthamers, chef du marketing Europe et Amérique du Nord de Zespri.

Visibilité
« Nous nous sommes principalement attachés à savoir si le nouvel emballage permettait de valoriser pleinement le fruit et de garantir un emballage et un transport optimaux des kiwis. L'emballage devait convenir à un produit frais, en veillant à ce que sa durée de conservation reste optimale pendant son conditionnement. Le plastique a une fonction importante en termes de conservation des produits frais, et les alternatives doivent être soigneusement évaluées. »

La visibilité est un autre aspect considéré, qui est moindre dans les emballages en carton que dans ceux en plastique. « Les acheteurs veulent pouvoir voir le produit et juger quel est le meilleur fruit pour eux. Nous avons donc essayé de rendre les fruits visibles. En faisant les découpes nécessaires dans l'emballage, nous avons trouvé l'équilibre entre visibilité et solidité », explique Nele.

Le kiwi rouge
Un autre aspect sur lequel Zespri poursuit sa démarche de durabilité est la culture. Par exemple, des essais de culture de kiwis rouges sont en cours en Europe. Zespri en vend déjà en Asie. « À terme, nous voulons également introduire les kiwis rouges sur le marché européen en cultivant les fruits sur place. Cela est plus proche et entre dans le cadre de nos objectifs de durabilité. »

« Nous voulons être en mesure de cultiver notre produit aussi près que possible des consommateurs », explique Nele. Comme les kiwis verts et jaunes, cette variété sera également conditionnée dans la nouvelle barquette en carton. « Nous l'emballerons de la même manière que nos autres kiwis. Nous faisons de gros efforts pour réduire la quantité de plastique que nous utilisons encore dans les emballages en Europe. »

Réactions positives
Nele souligne que les consommateurs attendent également des entreprises qu'elles abandonnent l'utilisation du plastique. « Cela dépend légèrement du pays, mais les gens veulent voir moins d'emballages en plastique. » Le marché accueille favorablement le nouvel emballage de Zespri. « Les acheteurs y réagissent de manière très positive », dit-elle. Toutefois, en raison de la hausse des prix - non seulement du papier et du carton, mais aussi de nombreuses autres matières premières - il est difficile de trouver un équilibre entre les prix à la consommation. « Les gens sont prêts à payer un bon prix pour des produits de qualité. Nous essayons donc d'équilibrer la hausse des coûts et notre prix consommateur. »

Un concept global
Avant de choisir ce nouvel emballage en carton, Zespri a fait une analyse du marché pour déterminer ses options. « L'introduction d'un nouvel emballage ne se limite pas à l'emballage, mais aussi à la technologie qui l'entoure. Celle-ci doit garantir que les cartons peuvent être mis en place, pliés, remplis et scellés », explique Melanie Vanbelleghem de Van De Velde Packaging. Cette entreprise belge travaille avec Zespri depuis des années et a configuré le nouveau processus d'emballage.

« Nous sommes un fournisseur unique. Nous avons non seulement la connaissance des produits, mais aussi celle des machines d'emballage. Nous pouvons utiliser cette expertise séparément si nécessaire. » Melanie estime que confier un processus complet, de l'emballage aux machines, à la même partie est un avantage majeur. « Nous travaillons ensemble en interne - le département de l'emballage travaille avec le département des machines - pour voir comment tout problème peut être résolu et comment nous pouvons optimiser le processus. »

« Si ce sont des acteurs séparés, la communication est normalement un peu plus difficile. » Ce concept global a séduit Zespri. « D'un côté, vous avez le nouvel emballage, mais comment l'utiliser ? Pour nous, il est important qu'il y ait un lien avec la machine, afin que nous puissions éventuellement automatiser le processus d'emballage », explique Nele.

Vers le carton
Selon Melanie, le marché s'intéresse beaucoup plus qu'avant aux emballages en papier et en carton. Elle attribue cela, entre autres, à la législation qui a été récemment adoptée en France. Elle interdit le plastique comme matériau d'emballage, à quelques exceptions près. « Nous pensons que cette tendance gagnera aussi la Belgique et les Pays-Bas ».

« Nos clients passent déjà du plastique aux emballages en carton ». Il est utile pour une entreprise de se préparer à ce changement, affirme Mélanie. « C'est un grand pas pour de nombreux clients que de passer au papier ou au carton. Cela affecte énormément leur processus de production également. »

Réduction des volumes
Les prix du carton ont augmenté de façon spectaculaire depuis l'été dernier. Plusieurs usines de carton ont fermé, soit en raison de leur obsolescence, soit pour des raisons de planification. Cela a conduit à une offre plus limitée de ce matériau. « Une grosse quantité de volume a donc disparu du marché ». Le volume provenant des usines en cours de construction pour les remplacer ne sera probablement pas disponible avant la fin de l'année. Elles fonctionneront également à pleine capacité pour répondre à la demande actuelle du marché, précise M. Melanie.

De plus, la demande va augmenter en raison du passage des emballages en plastique aux emballages en carton. « Ainsi, l'ouverture de nouvelles usines n'entraînera pas de surplus. On ne peut pas absorber une fermeture d'usine du jour au lendemain ; cela prend du temps », conclut-elle. Pour cette raison et à cause de la hausse des prix de l'énergie, Melanie s'attend à ce que le carton reste plus cher pour le moment. Elle pense toutefois que les producteurs finiront par augmenter leur capacité afin de pouvoir répondre à la demande.

Pour plus d’informations :
Nele Moorthamers
Zespri International (Europe)
Posthofbrug 10 bus 3
B-2600 Berchem
Tél. : + 32 3 201 08 05
nele.moorthamers@zespri.com
www.zespri.eu


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)