Luis Torres, directeur de Shuman Perú : « Nous avons été la première entreprise péruvienne à envoyer des oignons au Canada, au Portugal et en Belgique »

« Pour l'instant, le transport des oignons coûterait plus cher que le produit lui-même »

Le secteur de l'exportation d'oignons a connu une croissance importante au cours des dernières décennies au Pérou. « Concrètement, l'oignon d'exportation de la variété jaune a été introduit en 1996 par des importateurs des États-Unis qui cherchaient un pays pour les approvisionner en contre-saison, lorsqu'ils n'avaient pas de récolte locale », souligne Luis Torres, directeur de Shuman Perú. Et depuis lors, l'augmentation des envois est en hausse.

« Douze ans seulement après ces premiers essais de culture d'oignons et les premiers conteneurs envoyés sur le marché américain, en 2008, les exportations d'oignons du Pérou s'élevaient à 2 100 conteneurs, et en 2021, nous clôturerons avec 7 650. » Cette croissance est due à plusieurs facteurs, explique Luis.

« La fenêtre de commercialisation s'est considérablement élargie grâce à l'introduction de semences qui ont permis d'avancer le début de la récolte et de prolonger sa fin. Par exemple, en 2008, les premières exportations ont commencé en semaine 32 et les derniers conteneurs ont fini en semaine 51, tandis qu'en 2021, les premiers conteneurs d'oignons sont partis en semaine 27 et les derniers en semaine 12. En 13 ans seulement, nous sommes passés d'une saison de 19 semaines à 37 semaines continues d'exportations d'oignons. » 

« Un autre facteur est lié à la taille », partage Luis. « Les États-Unis sont un marché qui demande des oignons de grande taille, et au début des exportations, les oignons de plus petite taille devaient être jetés, car seul l'oignon rose est consommé au Pérou. Ce n'est qu'environ 10 ans après le début des exportations vers les États-Unis que certains exportateurs ont commencé à exporter vers l'Europe précisément ces tailles moyennes. En 2008, 30 conteneurs ont été envoyés en Espagne depuis le Pérou, et en 2021, ce chiffre était passé à 1 461. » 

« De même, un marché a été trouvé pour les oignons de petite taille, que nous envoyons actuellement en Amérique Centrale et à Haïti. Ce pays a notamment fait un grand bond en avant dans les importations d'oignons en provenance du Pérou : en 2019, il n'y avait encore aucune expédition et en 2021, 94 conteneurs sont arrivés dans le pays, chacun contenant 27 tonnes d'oignons. » 

« Actuellement, les exportations continuent de croître et nous expérimentons de nouveaux marchés. En fait, Shuman Perú a été la première entreprise péruvienne à envoyer des oignons au Canada, au Portugal et en Belgique. » 

« En 2021, nous avons envoyé les 6 premiers conteneurs d'oignons péruviens au Canada ; en 2020, nous avons envoyé le premier au Portugal et en 2021 nous en avons déjà envoyé 6 ; et nous avons également commencé les expéditions vers la Belgique il y a deux ans. Nous sommes très enthousiastes car, même si pour l'instant les chiffres sont faibles, vu la tendance qu'ont suivi les importations en provenance d'Espagne, il pourrait y avoir un grand bond en avant sur ces marchés », souligne Luis Torres.

Shuman Perú
« Shuman Perú » a été créé en 2006. « Nous sommes fournisseurs de l'entreprise américaine Shuman Farms et nous les approvisionnons à la fois avec nos propres produits et en organisant l'approvisionnement auprès d'autres producteurs au Pérou. » 

« Au début, nous avons commencé à travailler avec Shuman Farms uniquement en organisant l'approvisionnement et en canalisant les ventes vers les États-Unis, mais au fil des années et avec l'augmentation de leurs ventes, nous sommes allés plus loin et il y a cinq ans, nous avons décidé de produire également nos propres produits. »

« À titre de référence, lorsque Shuman Farms a commencé à importer des oignons du Pérou en 1998, ils ont acheté 7 conteneurs, et l'année dernière nous avons clôturé l'année avec 1 652 conteneurs. Actuellement, Shuman Farms, notre client aux États-Unis, est en fait le principal importateur d'oignons du Pérou », souligne Luis. « Parmi ces conteneurs, 329 proviennent de nos champs, où nous avons récolté un total de 450 conteneurs. » 

« Notre usine de transformation et de sélection est située à Ica, mais nous disposons de champs de culture d'Olmos, au nord du Pérou, à Arequipa, au sud, pour garantir l'approvisionnement de notre usine en oignons chaque semaine de la saison. Et compte tenu de la croissance qui pourrait se produire sur les nouveaux marchés que nous avons atteints, nous pourrions probablement augmenter nos zones de production dans les prochaines années. » 

La logistique, le plus grand défi du moment
La croissance a été exponentielle, comme le montrent les chiffres, mais au cours de ces années d'expansion, le secteur de l'exportation d'oignons au Pérou a également été confronté à ses propres défis.

« Le pays a subi la lourde perte du marché panaméen. C'était un marché très intéressant pour plusieurs raisons : nous n'étions qu'à 4 jours de bateau et ils demandaient des oignons de petite taille, ce qui nous permettait de vendre toute la production du pays. Mais il y a environ trois ans, leur marché a été fermé en raison des exigences phytosanitaires à l'exportation concernant la certification des champs et il est maintenant approvisionné par les Pays-Bas, le plus grand exportateur d'oignons au monde. » 

« Actuellement, nous avons également un problème lié à la logistique. Le fret maritime a doublé par rapport à l'année dernière ; en fait, à l'heure actuelle, le transport coûterait plus cher que le produit lui-même. Il ne faut pas oublier que l'oignon est une culture dont le prix unitaire est faible. Ce sera une contrainte très forte cette saison. » 

« Pour l'instant, les semis d'oignons ont déjà commencé. D'après ce que je peux voir, ils vont au même rythme qu'ils l'ont toujours fait, mais dans le secteur, nous avons tous commencé dans l'incertitude, en espérant que d'ici juin, la question du fret se normalisera. » 

« Toutefois, le Pérou possède un avantage important dans la production d'oignons pour les programmes d'exportation : la plupart des semis sont effectués sur la côte du pays, de sorte que le climat permet une production très stable. Pour un acheteur, c'est certainement intéressant », souligne le responsable.

Pour plus d'informations : 
Shuman Perú 
Panamericana Sur Km. 257
Villacurí, Ica (Pérou)
Tél. : +51 56 216130
www.shumanperu.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)