Les zones touchées par les gelées représentent plus de 70 % de la production espagnole de fruits à noyau

« Nous sommes sûrs d'une chose, il n'y aura pas assez de fruits pour tout le monde et ils seront plus chers »

Les effets des gelées de la fin de la semaine 13 et du début de la semaine 14 dans les zones de production de fruits à noyau et à pépins de Catalogne et d'Aragon font qu'il est de plus en plus évident que la baisse de la récolte dans ces zones, qui représentent plus de 70 % de la production espagnole, sera sensiblement réduite cette année.

Au fil des jours, on continue à évaluer les champs pour voir comment évolue l'état des fleurs et la nouaison. « Nous n'avons toujours pas de quantification exacte de l'étendue des dégâts. Les prévisions de récolte commencent à être établies à la fin du mois d'avril et seront annoncées en mai. À ce moment-là, les chiffres seront beaucoup plus réalistes, même si personne n'ignore que le gel a évidemment eu un impact important, plus encore que les gelées de l'année dernière », explique Manel Simón, directeur de l'Afrucat, Asociación Empresarial de Fruta de Cataluña.

Il y a eu de nombreuses heures à des températures inférieures à zéro. En général, la plupart des zones de culture ont été touchées, bien que l'intensité des gelées varie selon les régions. Certaines régions étaient déjà sujettes à ces phénomènes et ont pu recourir à des systèmes antigel, mais même avec ces moyens, des dégâts ont été enregistrés.

« Tous les agriculteurs n'ont pas de systèmes de protection contre le gel. Au cours des deux dernières années, il a gelé dans des zones où il n'avait pas l'habitude de geler et cela indique que quelque chose est en train de changer dans le climat, car il semble maintenant qu'il puisse geler partout. C'est pourquoi nous demandons aux administrations publiques d'encourager les investissements dans les systèmes antigel par aspersion d'eau, qui sont ceux qui fonctionnent vraiment, afin que nous puissions nous protéger d'un changement climatique évident », explique Manel Simón.

L'abricot, tant en Aragon qu'en Catalogne, a été l'espèce la plus touchée en raison du stade phénologique dans lequel il se trouvait, bien qu'en termes de volume, il sera plus perceptible dans la pêche et la nectarine. Il y a également eu des gelées en France, où les prochaines récoltes d'abricots vont être pratiquement anéanties. Les plantations de pommiers et de poiriers ont également été touchées en Catalogne, bien que, selon le directeur d'Afrucat, les dégâts pourraient être moindres que pour les fruits à noyau, ce qui a entraîné un fort éclaircissement des arbres.

« Les zones touchées par les gelées représentent plus de 70 % de la production espagnole de fruits à noyau. Par conséquent, pour une année de plus, nous assisterons à une inadéquation entre l'offre et la demande. L'offre de pêches et de nectarines sera beaucoup moins importante et le prix devrait être plus élevé car il ne faut pas oublier que les coûts ont augmenté de 35 % si l'on ajoute la logistique, le carburant, l'énergie et les matériaux d'emballage tels que le carton et le plastique. Il faut aussi rappeler que nous avons une loi sur la chaîne alimentaire qui nous empêche de vendre en dessous des coûts de production. C'est pourquoi les détaillants doivent planifier leurs commandes dès maintenant s'ils veulent avoir suffisamment de produits dans leurs rayons. Nous sommes sûrs d'une chose : il n'y aura pas assez de fruits pour tout le monde et ils seront plus chers », prévient Manel Simón.

Le représentant de l'Afrucat prévoit également qu'avec une récolte beaucoup plus faible, il n'y aura pas autant de besoin de main-d'œuvre, en fonction du degré de dégâts dans chaque zone, c'est pourquoi il demande aux administrations de permettre l'ERTES pour les entreprises qui en ont besoin.


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)