Arie Havelaar, Sawari Fresh International :

« Les prix de l'ail baissent légèrement ; ceux du gingembre augmentent »

« Les prix de l'ail baissent légèrement », déclare Arie Havelaar de Sawari Fresh International, un spécialiste néerlandais de l'ail et du gingembre. « Cela pourrait être dû aux taux de fret un peu plus bas. Cependant, le principal défaut actuel de l'ail est que l'Espagne a encore trop de produits. »

De l'ail principalement espagnol et chinois
« L'Espagne est plus chère que la Chine, mais les acheteurs se tournent de plus en plus vers l'ail espagnol. Ensuite, il y a aussi l'offre égyptienne, mais ces gousses sont plus fines, et il y a beaucoup d'ail frais en début de saison. On ne voit pas non plus souvent de l'ail séché aux Pays-Bas. »

« Je ne reçois aucun produit d'Égypte. Bien que, maintenant que les exportations vers la Russie sont plus difficiles, les fournisseurs essaient de vendre leurs marchandises ici. Les volumes argentins, eux aussi, sont limités aux Pays-Bas. Et le Maroc doit s'approvisionner en Espagne pendant toute la saison. C'est généralement de la qualité B. »

Première arrivée chinoise fin juin
Selon lui, la superficie en Chine est la même, mais le froid a retardé la récolte de 14 jours. « La communication à ce sujet est variable, et les fermetures ne nous permettent évidemment pas d'aller voir par nous-mêmes. Pourtant, le vieil ail est de nouveau chargé, malgré la situation du COVID-19. J'attends les premiers arrivages fin juin/début juillet. Personne n'en veut vraiment plus tôt ; il y a encore suffisamment de vieil ail à vendre. »

Les prix du gingembre reviennent à la normale après avoir dégringolé en décembre et janvier, indique Arie. « Il y en a toujours beaucoup qui sont expédiés. Quelque 6 000 à 8 000 conteneurs entrent en Europe chaque année, et 80 à 90 % passent par les Pays-Bas. Le gingembre est vraiment à la mode. Il y a dix ans, nous importions un conteneur toutes les quatre semaines ; aujourd'hui, nous en importons dix par semaine », explique Arie.

Stabilité, niveau élevé
Il pense que tout le monde va importer du gingembre avec plus de prudence, étant donné les prix de fret élevés jamais vus en provenance du Pérou et du Brésil. « Ceux-ci augmentent plus vite que les taux de fret en provenance d'Extrême-Orient. Je pense donc que la nouvelle récolte brésilienne va prendre un mauvais départ. Le Pérou et la Chine sont déjà en train de charger. L'année dernière, ce gingembre n'avait pas une grande qualité interne, ce qui va quelque peu freiner les attentes. Nous sommes à un niveau stable mais élevé. »

Culture sous serre néerlandaise
Il y a six ans, Arie et Sander Kleinjan ont commencé à expérimenter la culture du gingembre au Portugal. Ces résultats étaient si prometteurs que presque immédiatement après avoir lancé Sawari, les partenaires ont investi dans un projet de culture de gingembre dans des serres néerlandaises locales. La première récolte (juin à août 2021) a confirmé leur conviction.

Ils ont réussi à cultiver un produit à faible teneur en fibres et au goût pur. « Nous faisons maintenant de multiples essais avec quatre variétés différentes. Nous cultivons le gingembre de manière conventionnelle et biologique. Nous voulons avant tout avoir un produit avec une vraie valeur ajoutée, même sous forme transformée. »

Sawari Fresh commercialise également des shots de gingembre dans le cadre d'une gamme plus large de produits pratiques sous le label Faia. Ils collaborent avec Waterman Onions, Roussel Onions, et Biesheuvel Garlic. « Nous les vendons dans notre boutique en ligne www.sawarifoods.com ».

Pour plus d'informations :
Arie Havelaar
Sawari Fresh International 
Tél. : + 31 (0) 180 472 803
info@sawarifresh.com    
www.sawarifresh.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)