Roberto Tur, Fresh Fruit Alliance, sur le début de la saison espagnole des fruits à noyau

« Il y aura jusqu'à 50-60 % de pertes dans certaines zones »

Avec l'arrivée des premiers lots, la saison des fruits à noyau de cette année a débuté en Espagne. Mais les acteurs du secteur regardent désormais avec inquiétude les problèmes liés aux conditions météorologiques dans les pays de départ, comme le souligne Roberto Tur, importateur spécialisé et directeur général de Fresh Fruit Alliance, basé à Friedrichshafen. Dans le pire des cas, dit-il, nous devons nous attendre à d'importantes pénuries d'approvisionnement cette année.

Les précipitations de ces dernières semaines ont légèrement retardé le début de la saison. « En général, la pluie repousse les quantités, et la consommation n'est pas encore aussi élevée en ce début de saison. En Angleterre, en Italie et en France, par contre, la commercialisation se passe très bien. À l'approche de la récolte espagnole de fruits à noyau, les prévisions ont inévitablement dû être revues, poursuit Tur. Une grande coopérative avec laquelle nous travaillons a prévu un volume total d'environ 13,5 millions de kg à l'automne 2021, et jusqu'à 15 millions de kg au tournant de l'année. Puis, après les pluies qui ont mis un énorme coup de frein à la floraison, la prévision a été révisée le mois dernier à 9 millions de kg. »


Roberto Tur s'approvisionne en fruits à noyau conventionnels et biologiques en Espagne.

Des conséquences sérieuses dues au mauvais temps
Une saison difficile s'annonce en raison des pertes de récolte attendues, poursuit Roberto Tur. « Dans certaines régions, il y aura des pertes allant jusqu'à 50-60 %. En outre, nous prévoyons également un pourcentage relativement élevé de produits de second choix. Comme prévu, dès les semaines 24/25 - parallèlement au changement de catégorie - on assistera déjà à une situation d'offre tendue et à de possibles pénuries. » Selon Tur, ce sont les pêches Saturn qui ont le plus souffert. Les pêches ainsi que les nectarines n'ont été que légèrement touchées, selon les données actuelles. « Cependant, la région de Lerida a été très sévèrement touchée, et ces quantités de nectarines et de pêches vont également manquer. »

« J'espère que le détaillant en alimentation nous accommodera, étant donné les circonstances. À mon avis, le secteur de la distribution doit aussi s'adapter aux conséquences du changement climatique, notamment par le biais d'actions significatives menées au bon moment », plaide Tur, pointant également du doigt les hausses de coûts à l'origine. « À l'instar de l'Allemagne, les producteurs espagnols sont également aux prises avec les surcoûts actuels. Nous observons que les distributeurs alimentaires tentent de nous soutenir en termes de prix, bien qu'au bout du compte, le produit doit être proposé à des prix abordables. »


Fruits à noyau en Espagne

Développement du portefeuille de variétés
Actuellement, la gamme complète des fruits à noyau espagnols est déjà disponible, mais en quantités limitées et dans des calibres principalement plus petits. L'industrie espagnole des fruits à noyau s'est de plus en plus adaptée à l'évolution des besoins et des exigences du consommateur du nord-ouest de l'Europe, reconnaît Tur. « Le volume des anciennes variétés d'abricots a diminué ces dernières années, tandis que le volume des nouvelles variétés françaises a fortement augmenté. Les conditions météorologiques ont également eu un impact à ce niveau. Il faut donc s'attendre à des pénuries. Les pêches Saturn, quant à elles, ont réussi à s'imposer dans les rayons. La superficie de celles-ci s'est donc rapidement développée au détriment des pêches. »


Période de récolte en Espagne

Espagne vs. Italie
La campagne espagnole de fruits à noyau peut parfois se prolonger jusqu'en septembre. Cette année, il faut s'attendre à une fin de saison précoce en raison des pertes. Le volume de production dans les autres régions productrices de fruits à noyau du sud de l'Europe est également crucial, selon lui. « L'Italie a été épargnée par les grands phénomènes météorologiques extrêmes, à en croire les données actuelles. La France s'est fortement concentrée sur les produits haut de gamme au fil des ans, elle ne nous gênera donc pas. La Grèce a toujours sa part de marché, surtout en fin de saison », conclut Roberto Tur.

Images : FRESH FRUIT ALLIANCE

Pour plus d'informations :
Roberto Tur
FRESH FRUIT ALLIANCE
V.S. TUR GmbH & CO KG
Wilhelmstraße 6
88045 Friedrichshafen
Allemagne 
Tél. : +49 7541 39798-0
info@freshfruitalliance.eu
www.freshfruitalliance.eu


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)