Carlos Llambrich, directeur de Llamfruit :

« Nous commençons la saison des cerises avec 12 jours de retard, de bons prix et de gros calibres »

La saison des cerises a commencé dans les zones les plus précoces d'Aragon avec près de deux semaines de retard en raison de l'influence d'un temps plus froid que d'habitude, accompagné de gelées occasionnelles. Les ventes démarrent avec de bons prix dans un marché désireux de ce produit saisonnier.

« Nous avons commencé à expédier les premiers volumes cette semaine, avec 12 jours de retard par rapport à la saison dernière », déclare Carlos Llambrich, directeur de Llamfruit Cherry.

« Le printemps a été plus froid et plus nuageux que d'habitude et à la fin du mois de mars, nous avons même subi l'impact des gelées, qui ont affecté nos plantations à Mequinenza, principalement les variétés Santina et Chelan. Cependant, les cultures dans d'autres régions de Saragosse et de Lleida sont encore plus touchées ». 

« Nous parlons donc d'un manque d'environ 20 % de la récolte que nous attendions, même s'il reste à voir au final si la taille des fruits compensera un peu les volumes, car cette année il y a une abondance de gros calibres », explique le producteur et exportateur, qui affirme que la qualité est extraordinaire cette année. « Jamais auparavant nous n'avions commencé une saison de cerises avec si peu de problèmes au niveau de l'aspect craquant du fruit. »

Le temps est maintenant ensoleillé et chaud, ce qui favorise la formation des fruits et devrait contribuer à une bonne consommation. Le retard de la récolte est généralisé dans presque toutes les zones de culture espagnoles et européennes.

« Ils nous appellent depuis des jours pour faire le plein de cerises, car il y a toujours beaucoup d'intérêt à démarrer avec un produit saisonnier comme celui-ci après plusieurs mois de fruits d'hiver. Nous pensions que le retard entraînerait une baisse des prix, mais apparemment, il n'y avait pas beaucoup de fruits disponibles dans d'autres régions précoces comme la nôtre non plus. Les prix de départ sont bons et nous espérons que le manque général de volumes en Europe cette année permettra de mieux maintenir les prix pendant les mois où l'offre est habituellement plus importante, comme en juin », souligne Carlos Llambrich. « Non seulement il y aura un manque de cerises, mais la baisse des volumes de pêches, nectarines et abricots est beaucoup plus importante, ainsi que d'autres fruits d'été comme le melon et la pastèque », ajoute-t-il.

Il est toutefois à craindre qu'après le conflit entre la Russie et l'Ukraine, la Turquie envoie la majeure partie de sa production dans les pays de l'UE, où se trouvent les principaux marchés de la cerise espagnole. « Il est encore trop tôt pour le dire, car la Turquie commence un peu plus tard », affirme Carlos, qui, cette année, concentrera ses ventes sur les marchés européens. « Ces dernières années, nous avons connu une forte croissance dans les pays d'Asie et du Moyen-Orient, mais cette année, les coûts du fret aérien ont explosé et il est difficile de trouver de la place dans les avions pour le chargement. S'il est possible de répercuter cette hausse des coûts sur les prix finaux, nous continuerons à expédier de bons volumes, même si je vois qu'il nous sera certainement difficile d'augmenter les exportations vers ces destinations cette année, l'Europe sera donc plus intéressante. » 

Pour plus d'informations : 
Carlos Llambrich
Llamfruits Cherry S.L.
Tél. : +34 618 996 701
carlos@llamfruit.com 
www.llamfruit.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)