Les pomelos israéliens ont souffert de problèmes logistiques

« Le transport a connu quelques retards »

La guerre en Ukraine a eu un impact négatif sur la saison des pomelos en Israël. Dès le début de l'invasion, les prix et la demande de pomelos ont considérablement chuté. Les exportateurs ont également dû faire face à des circonstances difficiles en termes de logistique. Ils ont dû dépenser beaucoup plus d'argent pour acheminer les produits à leur destination.

Betsalel Ohana, responsable des exportations pour Planet Israel, déclare que la saison du pomelo est généralement divisée : « Nous exportons des pomelos Sweetie Green vers l'Europe occidentale, des mandarines Orri vers l'Europe occidentale et des pomelos Sunrise (Star Ruby) Red vers l'Extrême-Orient. En raison de la bonne demande et des prix élevés en Europe pour les pomelos Sweetie Green, nous exportons surtout cette variété vers la région européenne. Notamment en Hollande, d'où les fruits sont distribués dans d'autres pays européens, comme l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France et autres. La saison du Sweetie est courte, seulement deux à trois mois d'octobre à décembre. »

« En raison de la bonne demande et des prix en Extrême-Orient, nous exportons les pomelos rouges Sunrise (Star Ruby) vers cette région, essentiellement vers la Chine, Hong Kong et Singapour. Il est difficile de vendre nos pomelos Sunrise en Europe, car ils seraient soumis à une forte concurrence de l'Espagne, de la Turquie et d'autres pays. Le transport depuis l'Espagne et la Turquie se fait majoritairement par camions, ce qui est à la fois plus rapide et moins cher. C'est la principale raison pour laquelle nous nous concentrons sur l'exportation de Sunrise vers l'Extrême-Orient. Nous vendons également beaucoup de mandarines Orri en Europe et au Canada. Notre saison d'Orri va de janvier à mars. »

Planet Israel a connu un très bon départ cette année mais a dû faire face à des défis importants en termes de logistique. « Pour cette saison, nous avons dû relever différents défis. Tout d'abord, il y a eu des retards dans le transport, en raison du manque d'espace disponible sur les navires pendant la saison chaude, ainsi que des retards dans le déchargement au port de destination, comme au FOS France et à Rotterdam Hollande. Nous avons dû décharger certains conteneurs à Anvers ou à Hambourg et poursuivre le transport jusqu'au client en Hollande par camions. Nous avons envoyé certains conteneurs via le port maritime de Koper et par transport terrestre, mais cela a plus que doublé les frais d'expédition, qui ont atteint un total d'environ 6 000 euros, ce qui inclut les frais de transport maritime et terrestre. »

Malgré ce bon départ, la guerre en Ukraine a altéré le résultat de la saison de manière négative, la demande et les prix ayant chuté, indique Ohana. « D'habitude, le mois de janvier constituait une bonne période pour exporter vers l'Europe. Cependant, le marché a baissé en termes de demande et de prix lorsque la guerre entre la Russie et l'Ukraine a commencé. Les fruits que nous avons envoyés en février sont arrivés aux destinations alors que la guerre avait commencé. Pour la saison prochaine, nous espérons que la logistique et la demande seront meilleures que celles de cette saison. »

Pour plus d'informations :
Betsalel Ohana
Planet Israël
Tél. : +972 54 738 3436
israel@planetfareast.com
www.planetisrael.farm


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)