Helia Mendonça, directrice commerciale de Fazendas Labrunier :

« L'investissement dans les nouvelles variétés sans pépins a augmenté la consommation de raisin au Brésil »

La consommation de raisin de table a beaucoup changé au Brésil avec l'introduction de nouvelles variétés sans pépins. « Le raisin de table n'était pas un produit de grande valeur au Brésil et sa consommation était plutôt temporaire. Aujourd'hui, grâce à l'introduction de nouvelles variétés sans pépins ces dernières années, il est considéré comme un en-cas sain de plus en plus attrayant et savoureux. C'est pourquoi sa consommation a beaucoup augmenté et continue de croître », explique Helia Mendonça, responsable commerciale des ventes nationales chez Fazendas Labrunier, le plus grand producteur brésilien de raisin de table, basé à Petrolina, dans l'État de Pernambouc.

La société a été rachetée il y a trois ans par le groupe espagnol El Ciruelo, ce qui en fait le plus grand fournisseur de raisin de table au monde, dirigé par José Velasco. Ce géant du raisin continue à investir dans des projets d'amélioration variétale afin de stimuler la consommation de raisin sur le marché brésilien, ainsi que dans les autres pays vers lesquels il exporte.

Parmi ces projets figure l'accent mis sur le changement variétal. Une transition pour laquelle l'entreprise investit massivement dans de nouvelles variétés provenant des principaux développeurs de fruits du monde, garantissant qu'à partir de cette année, ses 900 hectares offriront un portefeuille de variétés qui n'ont pas encore été développées et mises à disposition du marché.

« Le Brésil a une grande prédilection pour les raisins blancs sans pépins, de sorte que des variétés telles que Autumn Crisp, de SunWorld, Sugar Crisp, de IFG, Arra 15, de Grappa, ou Timpson, de SNFL, entre autres, sont très bien acceptées. Notre entreprise a été pionnière dans l'introduction de variétés spéciales telles que Cotton Candy ou Candy Snaps de IFG et, bien qu'en général, les consommateurs brésiliens ne soient pas prêts à payer les prix proposés sur les marchés américains et européens, nous maintenons des marges intéressantes », explique Helia Mendonça.

L'une des variétés qui a le plus progressé après les raisins blancs, selon le directeur commercial de Labrunier, est le raisin Vitoria, une variété noire, développée au Brésil. « Il s'agit d'une variété aux petites baies et aux nombreuses grappes, qui ont une explosion de saveur lorsqu'on les mâche. De plus, comme elle ne nécessite pas de redevances, elle a également des coûts de production et de commercialisation moins élevés. Bien que le marché brésilien soit principalement composé de raisins blancs, Vitoria trouve une grande part de la consommation. Cependant, comme la production n'est pas contrôlée, cela a conduit à de grandes concentrations qui ont entraîné une offre importante et des prix bas sur le marché intérieur. » 

Un autre projet remarquable est l'investissement dans la technologie d'utilisation des plastiques dans l'agriculture. Il évolue dans les domaines de Labrunier, permettant une meilleure conservation des plantations avant l'arrivée des pluies dans la région, un facteur qui jusqu'à présent a apporté beaucoup de risques aux vignobles au Brésil. « Cet investissement a apporté plusieurs avantages, en ajoutant de la valeur et de la qualité à notre produit », dit-il. « Il souligne également le fort investissement dans le renouvellement des machines et des outils, qui permettra une augmentation considérable de la productivité et plus de qualité, de calibre et de saveur pour nos fruits. » 

Saison nationale difficile en raison de la dureté de la saison des pluies et de l'inflation
Selon Helia Mendonça, la saison du raisin au Brésil est compliquée depuis janvier en raison de l'impact des conditions météorologiques. « La saison a été difficile en raison des précipitations excessives. La première partie de la saison est généralement pluvieuse au Brésil, mais cette année, la saison des pluies a été plus intense que d'habitude, ce qui a eu des répercussions sur les volumes, car nous devons jeter davantage de fruits qui ne répondent pas à nos normes de qualité. La manipulation post-récolte s'avère plus difficile. » 

Il s'avère également difficile de faire face à l'augmentation globale des coûts, qui intervient dans le contexte d'une grave crise financière au Brésil, durement touché par la pandémie. Il n'est pas facile de maintenir la consommation d'un produit qui finit aussi par devenir plus cher en raison de l'inflation.

Helia Mendonça souligne que tous ces investissements dans les domaines de Labrunier « permettent d'offrir des fruits et des saveurs de qualité tout au long des 12 mois de l'année, en maintenant les normes de qualité avec lesquelles nous travaillons à l'exportation. Nous renforçons également les investissements marketing dans notre marque principale, Doce Uva, qui nous a positionnés parmi les meilleurs détaillants et distributeurs au Brésil et dans le monde. » 

Bien qu'il y ait une certaine concurrence sur le marché brésilien de la part des pays voisins, le Pérou et le Chili, elle est plus perceptible sur les marchés d'exportation. « Au Brésil, nous sommes en concurrence avec le Chili, qui a initialement introduit des variétés sans pépins telles que Thompson et Crimson. La présence d'offres de raisin péruvien, dont la production s'est beaucoup développée dans le monde, est perceptible, quoique timidement. Comme nous sommes en mesure de fournir du raisin de table toute l'année, les grossistes et les détaillants brésiliens préfèrent le produit national, qui présente déjà une bonne gamme de variétés et est plus frais en raison de sa proximité. » 

Projets d'expansion des exportations et de production de fruits à noyau
En ce qui concerne les exportations de Labrunier, sous la responsabilité de Rocío Mejía, leur développement est divisé en deux zones distinctes au niveau international : les États-Unis, où la marque avait déjà une certaine présence, et l'Europe et le Royaume-Uni, programmes qui ont été renforcés grâce à la forte présence et participation du groupe El Ciruelo.

« Il y a de grands projets en cours de réalisation pour continuer à développer nos exportations en plus de l'augmentation des ventes sur le marché intérieur. L'acquisition d'El Ciruelo nous permet de le faire, ainsi que la possibilité de produire et de commercialiser des fruits à noyau à l'avenir », avance le directeur des exportations.

Pour plus d'informations : 
Helia Mendonça (directrice des ventes pour le Brésil)
Fazendas Labrunier
Tél. : +55 11 98223506
helia.mendonca@bravis.com.br 
doceuva.com.br 

Rocio Mejia (responsable des ventes à l'exportation) 
El Ciruelo
Tél. : +34 618 04 84 93
rmejia@elciruelo.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)