Trop tôt pour dire s'il faut se convertir au blé dur

Année difficile pour les carottes siciliennes

« Cette saison des carottes particulièrement difficile est maintenant derrière nous. Elle est principalement dû à l'absence de demande de notre produit sur les marchés étrangers », déclare Carmelo Calabrese, de l'organisation de producteurs Fonteverde OP à Ispica (RG).

« Plusieurs facteurs ont contribué à ce résultat, à commencer par le retard que nous avons subi en raison d'un hiver et d'un printemps rigoureux. En revanche, la région de Vénétie - qui arrive avec son produit immédiatement après nous - n'a pas connu le même problème, puisqu'ils ont commencé la saison régulièrement début mai. Cela implique que nous n'avons pas eu de débouché non plus dans la dernière partie de la campagne, au milieu d'un scénario international écrasant qui a vu beaucoup de produits réfrigérés en conserve arriver sur les marchés européens au printemps. »

En Sicile, environ 400 hectares n'ont pas été récoltés
« Les prix, dès le début, sont restés bas pour arriver en fin de saison à atteindre moins que le coût de revient avec 0,16 à 0,17 €/kg. Les conditions défavorables nous ont amenés à arrêter toute nouvelle récolte, laissant plusieurs centaines d'hectares de produit de première qualité dans les champs, qui attendent maintenant d'être coupés. Le calendrier nous avait conduit à augmenter les surfaces pour cette campagne, passant approximativement des 1400 hectares habituels à environ 1800 hectares pour cette dernière campagne. Évidemment, ces surfaces ne concernent pas uniquement l'OP Fonteverde, mais l'ensemble de la production sicilienne. En tout cas, il y a un surplus de production qui est resté dans les champs, ce qui nous laisse en plein questionnement quant au prochain calendrier. Il est probable que nous reviendrons aux surfaces précédentes, ou peut-être même moins. »


Les poivrons sont l'une des principales références de l'OP Fonteverde

Il reste donc environ 300 à 400 hectares bons pour le paillage, sacrifiés pour faire place au produit étranger en conserve, aux caractéristiques organoleptiques certainement pas à la hauteur du produit sicilien, à un moment où l'insécurité alimentaire est particulièrement d’actualité. C'est une situation qui voit la réévaluation des références comme le blé dur, qui a toujours été cultivé en Sicile. Surtout pour une entreprise comme Fonteverde, puisqu’elle constitue une culture de rotation précisément avec les carottes et les pommes de terre.


La courgette est également l'un des produits phares de l'entreprise

« Pour le moment, nous n'avons pas l'intention d'étendre les surfaces consacrées au blé dur », commente l'expert, « mais la situation est fluctuante et nous devrons réévaluer notre position actuelle en octobre, c'est-à-dire au moment où de nouveaux semis devront être effectués. D'ici là, nous nous efforcerons de nous tenir au courant des prix et des innovations variétales. Le prix actuel de 0,52 €/kg pour le blé dur, contre 0,30 € par le passé, en raison de la crise actuelle éveille notre intérêt. Toutefois, la prudence est de mise. »

Pour plus d'informations :
Carmelo Calabrese
OP Consorzio Fonteverde
Società Consortile Agricola a r.l.
C.da Fontanazza s.n.
97014 Ispica (RG) Italie
Tél. : +39 0932 951484
patrizia@fonteverde.com
www.fonteverde.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)