BLE KW 25 :

« Les tomates néerlandaises et belges constituaient la base de l'offre »

Les tomates néerlandaises et belges constituaient la base de l'approvisionnement. L'offre était assez limitée. En outre, la présence des offres nationales et italiennes a quelque peu diminué. Selon le BLE, les offres de la Pologne, de l'Espagne et de la France étaient principalement complémentaires. La demande a généralement pu être satisfaite sans efforts importants. Les prix ont eu tendance à augmenter dans différents cas en raison d'achats ou de meilleures possibilités de vente.

À Francfort, le prix des tomates cœur de bœuf belges a augmenté, tandis qu'à Hambourg, c'était plutôt le cas pour les tomates rondes et les tomates en grappes. À Cologne, pendant ce temps, la saison des offres nationales de grappes a également commencé : elles ont pris la tête de ce segment en termes de prix. Des remises ont également été enregistrées, mais elles n'ont été que de faible ampleur. À Berlin, les lots de classe II en provenance d'Allemagne ont provoqué un retard dans l'accueil des lots réguliers.

Pommes
La pertinence des importations en provenance d'outre-mer a évidemment augmenté : Royal Gala et Cox Orange provenaient principalement de Nouvelle-Zélande, Braeburn jouant un rôle de plus en plus important. Le Chili a principalement envoyé Royal Gala et Elstar, tandis que Kanzi a gagné en importance ici. La Pink Lady argentine est apparue de plus en plus souvent, notamment à Hambourg.

Poires
Les produits sud-africains ont dominé devant les produits chiliens. Les expéditions d'Argentine, des Pays-Bas et de Belgique n'ont eu qu'un caractère complémentaire sélectif. La disponibilité était manifestement devenue limitée. Toutefois, comme l'hébergement avait également diminué, les prix sont souvent restés stables.

Raisins de table
L'assortiment s'est apparemment éclairci : Les Thompson Seedless chiliens et sud-africains se sont retirés de la commercialisation. Les importations d'Égypte étaient de plus en plus utilisées : Les Prime Seedless étaient entourés des Early Sweet. La disponibilité des produits italiens s'est sensiblement accrue.

Fraises
Les fruits locaux ont évidemment dominé le marché. Des produits néerlandais et belges ont également été proposés à diverses occasions. La demande n'était pas mauvaise mais ne pouvait guère suivre l'offre élargie, si bien que des concessions ont été nécessaires.

Abricots
Les livraisons espagnoles ont prédominé. En termes de qualité, elles n'étaient pas toutes parfaites, de même que les lots italiens, ce qui a entraîné des prix très variables. La demande était certes bonne mais souvent en retard sur l'offre.

Cerises
Les importations espagnoles l'ont emporté sur les importations turques. Des articles nationaux et grecs sont venus compléter l'offre, qui s'est apparemment beaucoup développée. Les produits italiens gagnent également en importance. Les stocks sont inévitables, et même les concessions ne protègent pas les négociants contre le risque de se retrouver avec des stocks.

Pêches et nectarines
Les livraisons espagnoles dominent la scène. En termes d'importance, les livraisons italiennes suivaient. Les arrivages se sont multipliés et ont souvent submergé la main qui les recevait. La demande était certainement favorable en raison des conditions climatiques, mais elle était le plus souvent insuffisante pour permettre un écoulement complet.

Citrons
Le Verna espagnol a prédominé, l'Eureka d'Argentine et d'Afrique du Sud complétant l'offre. L'offre était suffisante pour répondre à la demande constante. La commercialisation s'est déroulée de manière calme. Les prix des importations d'outre-mer ont souvent été orientés à la baisse.

Bananes
L'offre est généralement harmonisée avec les disponibilités. L'intérêt n'a pas été particulièrement fort à cet égard. Aucun changement significatif n'a été perceptible au niveau des valorisations.

Chou-fleur
Les offres nationales ont dominé et se sont présentées de manière quasi monopolistique. Les produits polonais ont complété la scène à Berlin et les produits belges à Hambourg. La disponibilité était suffisante pour répondre à la demande. L'offre était devenue limitée. La chute des prix en a été la conséquence.

Laitue
La majorité de l'assortiment provenait d'Allemagne. Les laitues et les endives belges étaient complétées par des laitues iceberg néerlandaises. Les affaires se sont déroulées de manière peu excitante. Le temps estival a souvent accéléré le chiffre d'affaires. Cependant, les distributeurs n'ont pas toujours pu en tirer des avantages financiers.

Concombres
Dans le cas des concombres de serpent, l'offre et la demande étaient suffisamment équilibrées. La disponibilité était devenue limitée, tout comme l'hébergement. Le commerce étant calme, les prix sont souvent restés à leurs niveaux précédents. 

Poivrons
L'assortiment était principalement composé de déchargements néerlandais, belges et turcs. Bien que la disponibilité ait été limitée, l'intérêt a été satisfait sans grands efforts. Les prix n'ont pas connu de ligne claire.

Asperges
La saison entrait lentement dans sa dernière ligne droite, ce qui se remarquait d'une part par des livraisons réduites et d'autre part par une demande affaiblie. La qualité, cependant, était encore assez convaincante. L'assortiment se composait principalement de produits nationaux.

Source : BLE 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)