« Les Néerlandais et les Belges sont ravis de payer plus cher pour des produits locaux »

La saison des myrtilles belges a de nouveau commencé chez BelOrta. « Nous souhaitons utiliser les systèmes de culture et la sélection des variétés pour poursuivre notre travail sur des caractéristiques telles que la saveur, le croquant et la bonne durée de conservation. Nos clients peuvent alors avoir des myrtilles belges sur leurs étagères de la 3e semaine de juin à la 3e semaine de septembre », explique Miguel Demaeght de cette coopérative belge.

« Cette année, nous sommes même en avance de dix jours. Tout le monde n'est pas encore passé au produit local, mais les ventes concernant tous les fruits mous ont bien démarré la semaine dernière. En outre, nous recevons actuellement de bons volumes, de sorte que les prix sont à un niveau correct. Si cela se maintient pour le reste de la saison, nous serons satisfaits. »

« Les myrtilles sont également de bonne qualité, malgré l'inquiétude causée par le gel inopiné et le mois de mars sec. Nous ne pouvons certainement pas nous plaindre, mais nous devons rester vigilants. L'année dernière a montré ce qui pouvait encore arriver en juillet. Mais pour l'instant, nous avons un bon cycle et nous pouvons fournir des myrtilles d'excellente qualité aux magasins », explique Miguel.

Label belge
Selon lui, l'augmentation de la demande de produits belges est fluctuante. « Les gens apprennent vite mais oublient aussi parfois certaines choses. Après le Covid, une partie de la part de marché conquise a de nouveau été perdue, mais nous sommes toujours bien au-dessus du niveau d'avant la pandémie. Cette nouvelle part élevée ne semble pas vouloir changer non plus. Nous sommes assez réalistes pour avoir déjà pris cela en considération. Ensuite, la qualité doit être suffisamment distinctive pour que les consommateurs choisissent les myrtilles belges. »

« Les Néerlandais et les Belges sont tout à fait ravis de payer pour des fruits locaux. La question est de savoir jusqu'à quel prix. C'est une décision personnelle », poursuit le spécialiste des fruits.

« Et en ces temps économiques difficiles, pour certains, cela est un peu moins qu'avant. Globalement, les baies restent un en-cas sain, abordable et surtout délicieux, chose sur laquelle nous devons continuer à insister. »

L'année dernière, BelOrta et la Coopérative Hoogstraten ont introduit un label commun de myrtilles belges de qualité pour les acheteurs qui recherchent ce produit local. « Ce label se trouve sur le sceau supérieur et indique que le produit est belge et cueilli à la main. Cela montre clairement aux gens qu'ils achètent de la qualité et du local. »

Myrtilles biologiques
La part de myrtilles biologiques de BelOrta augmente également chaque année. « La demande de myrtilles biologiques augmente chaque année. Nous en recevons désormais d'énormes volumes. Cette année, les myrtilles biologiques représentent environ 20 % de l'ensemble de notre récolte de myrtilles. Mais il faut aussi ces volumes importants pour pouvoir se démarquer. Nous avons également mis au point des labels biologiques spéciaux et reconnaissables pour ces myrtilles. De nombreux détaillants les proposent déjà », conclut Miguel.

Pour plus d'informations :
Miguel Demaeght
BelOrta
Tél. : +32 (0) 126 70 210
miguel.demaeght@belorta.be
www.belorta.be


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)